TIME WELL SPENT : et si on vous disait que les applis sont conçues pour vous faire perdre du temps ?

Le but d’une application ou d’un site est de vous faire passer un maximum de temps dessus : c’est sa monétisation principale.
Ça se matérialise comme l’addiction aux notifications des réseaux sociaux, le temps passé à écumer les boards Pinterest, les listes de vidéo sur Youtube, la circulation de vos données personnelles à un tiers qui vous promet des solutions d’optimisation de votre régime, de votre sommeil, de l’organisation de vos journées, etc.

Tristan Harris est un ancien designer éthique de Google : il est un expert sur la façon dont la technologie détourne nos vulnérabilités psychologiques pour en tirer profit.

Lorsqu’une application vous promet l’optimisation et la résolution de vos problèmes, il s’avère qu’elle a été pensée pour vous rendre accro à elle !

Dans un article de Médium, Harris compare le jeu du magicien au travail qu’il faisait chez Google pour expliquer que le design et l’étude de l’expérience utilisateurs est au centre d’une seule motivation : exploiter les faiblesses de l’esprit.

Les concepteurs de produit jouent sur les vulnérabilités de l’esprit, conscientes et inconscientes, pour nous attirer notre attention et surtout la conserver alerte et en demande.

Quelques exemples pour réfléchir concrètement aux situations que nous connaissons parfaitement :

  • Le menu:

Qui contrôle ou décide ? Vous ou le menu imaginé par les concepteurs ?
Entre choix et liberté, notre culture occidentale se targue d’en garantir son extensibilité.
En réalité, l’application que vous et votre entourage utilise vous réduit à agir dans le cadre de 3 ou 4 choix « géniaux » d’actions.
C’est ce qui a été dénoncé concernant Facebook : aviez-vous le choix de ne pas aimer quelque chose ? (consultez Facebook : cette mafia qui ne s’assume pas)
Non, Facebook reste malgré tout cette plate-forme de partage de vos moments de vie, comme vitrine qui offre matière à envier et admirer par ceux qui regardent votre profil… car potentiellement vous-mêmes, ne valorisez-vous la richesse de votre vie par comparaison de ce que votre voisin daigne bien vous montrer…

  • Les moments que vous vivez ne sont plus dirigés par la spontanéité mais par la façon que vous aurez de le partager sur les réseaux sociaux :avisadvisorVous passez une soirée entre amis, et pour prolonger ce moment, vous tapez frénétiquement sur votre mobile une recherche de lieux à proximité pour aller boire un verre ou dîner : les yeux rivés sur le téléphone, vous disséquez les avis  pour trouver l’endroit… qui fera quoi ?
    Est-ce que les avis et les commentaires des autres vous garantiront que vous passerez une meilleure soirée ici qu’ailleurs ? N’est-ce pas l’imprévisibilité des moments qui en font leur valeur et leur qualité…
    Finalement, on vous promet l’exhaustivité des lieux autour de vous, mais seuls ceux qui ont été commentés et illustrés remonteront à vos yeux, rangeant dans le fond de l’annuaire d’autres adresses sans doute très bien pour la soirée.
    On vous donne l’illusion de vous offrir la connaissance de tout ce qui vous entoure pour trouver le lieu parfait, tandis que la seule garantie du moment parfait, c’est la réunion de personnes bien ensemble, n’importe où finalement.
    Qui choisit vraiment pour vous ?

    “Un homme ne peut valoir que ce qu’il plaît aux autres de le faire valoir.” Baltasar Gracian

  • Et combien d’actions simples passent à présent par des reflexes technologiques ?

    Que faites-vous dans ces situations
    ?
    – Envie de sortir :
    1. Qui est libre ce soir (pastilles vertes à côté des contacts de votre répertoire, à condition qu’ils soient connectés.
    2. Appelez une personne que vous souhaitez voir

    – Envie de rencontrer l’âme soeur :
    1. Vous balayez du doigt des visages sur une applications comme si vous choisissiez un film.
    2. Vous sortez dans un endroit que vous aimez pour potentiellement rencontrer des personnes qui partagent les mêmes goûts et les mêmes centres d’intérêt.- Vous êtes contacté (sms, mail, ping, notifications de messagerie) :
    1. L’option répondre
    2. Contact humain : téléphone, rendez-vous

    Quand vous vous réveillez le matin, avec un peu de chance, le téléphone est prêt de vous et vous survolez les notifications et les différents menus qui vous donneront les dernières actualités du monde, mais également l’actualité de vos amis : vous vous levez avec la motivation de savoir ce que vous avez manqué pendant les dernières heures (une intéressante vidéo sur Viméo vous décortique très bien tout cela).

    On pourrait détailler les exemples finalement à l’infini tant il paraît évident que les menus et les listes qui occupent nos écrans et nos esprits sont totalement détournés et en parallèle de nos vrais besoins, comme lorsqu’une lumière très forte vous éblouit et vous empêche de voir ce qui est à côté.

    swipe_up___match

    Les applications, les nouvelles machines à sous :

    Vous pensiez ne pas être un joueur ou un gambler de casino ? Plus besoin de se déplacer dans ces lieux !
    Aujourd’hui les applications sont bel et bien conçues pour vous accrocher et vous tenir.
    Elles vous promettent des récompenses, mais à intermittences variables !
    26454_Screen-Shot-2011-10-02-at-7.11.32-PM

    Vous consultez votre téléphone environ 200 fois par jour pour :
    – voir qui a aimé votre photo
    – voir les derniers mails reçus
    – voir qui a fait quoi
    – voir dans les notifications la dernière actualité
    – voir la dernière publication de quelqu’un que vous suivez
    – voir si votre profil a matché avec quelqu’un

    Autrement dit, à chaque fois que vous agissez ou donnez une info, vous attendez un retour : la récompense.
    Plus vous alimentez l’application, plus vous êtes en attente de cette récompense, et ainsi vous devenez addict mais à plusieurs petites choses.
    Certes, à l’extrême, on vous permet toujours de régler certains paramètres pour distiller les actualisations (de façon à économiser votre batterie de téléphone, récepteur de chaque instant, de chaque personne, de chaque nouveauté), mais vous attrapez une maladie : FOMSI, la peur de manquer quelque chose d’important( Fear Of Missing Something Important).

Votre téléphone vous contrôle par les tripes, par les sentiments et les désirs qui vous animent car il centralise : opportunités sexuelles, contacts virtuels mais immédiats avec votre entourage, messages et publications qui vous importent.
Comment pourriez-vous l’éteindre si vous vous sentez moins seul et moins isolé quand votre téléphone récolte toutes ces gratifications et témoignages d’attention à votre égard ?

En vérité, nous serons toujours en manque de quelque chose, et la frénétique création d’applications (Product Hunt, cet annuaire génial des dernières applications) et de bots vous le confirme (jetez un oeil à l’article sur les bots, cet assistant personnel idéal).
Comme pour la machine à sous, vous poursuivez le jeu jusqu’à gagner le gros lot « promis », vous continuez à regarder une minute de plus, au cas où quelque chose d’intéressant serait publié.

Que construisons-nous lorsqu’on est esclave de l’instant ?

Voici pourquoi TIME WELL SPENT est une notion a faire entrer dans nos vies.
Il n’est d’autres gratifications et gloire que par ce que le temps construit et déconstruit.
Nos « fausses » et « vaines » préoccupations nous détournent des projets, de la pensée longue, de la construction.
La technologie nous abreuve et empile des sons, des vibrations et des listes qui nous rassurent au moment présent mais qui ne nous apportent rien de concret ou d’utilisable vraiment.
Non seulement nous vivons dans l’illusion de ne plus craindre, angoisser, attendre ou espérer, qui sont les sentiments-ciment de toute vie humaine à construire.
Si nous faisons le test de se déconnecter de la notification, que se passe-t-il ?
Le temps semble long au début, et il finit par se remplir de ce qui nous importe vraiment : notre vie, nos besoins, nos hauts, nos bas.
Et heureusement, nous ne manquons pas ce que nous ne voyons pas, nous ne craignons pas ce qu’on ne sait pas.

Les réseaux sociaux, qui nous connectent de façon biaisée aux uns et aux autres, aux proches et aux egos reposent sur notre besoin d’approbation sociale, et c’est en cela que le vice est au coeur des ces plateformes.
Avec recul, votre visage taggé, épinglé par les autres vous réduit à être étiqueté, pour un moment fugace qui anime la conversation de la veille.

“Les choses ne sont point ce qu’elles sont, mais ce qu’elles paraissent être. ” Baltasar Gracian.

Et toute action que l’on fait est avant soumise, quasi conditionnée à cette approbation : combien de likes vais-je recevoir ?
Et puis un like devient un troc : je t’ai liké cette fois, tu me likeras en retour. Je t’ai ajouté en ami, accepte mon invitation, je t’ai écris, répond-moi, etc (appelé le Tit for Tat).
Et comble de cette animation, Facebook et LinkedIn en sont les premiers instigateurs : vous avez sans doute été repéré grâce à une suggestion de l’application, non pour ce que vous êtes, ce qui relève ici de l’obligation sociale !
Quelqu’un a recommandé vos compétences parce qu’ON LUI A SUGGÉRÉ de le faire !

Vous vous sentez toujours libres, vous ?

Une autre maxime de Baltasar Gracian (L’Homme de Cour) vient contraster avec tout ce constat :

Il faut laisser les gens avec le nectar sur les lèvres. Le désir est la mesure de l’estime.

La technologie nécessite que nous donnions tout de nous comme matière à construire un tissu de relation et de vie, qui pourtant s’appuie sur de pauvres apparences, le vice de la curiosité, les péchés de l’envie et de l’orgueil.
De simples sentiments qui animent les individus depuis la nuit des temps, sujet favori de discorde et liens indénouables qui soudent les coeurs et non les âmes.

La technologie vous invite encore à pire : les flux sans fin, les autoplays des vidéos avec compte à rebours. Vous êtes donc lié, asservi à la promesse de l’infini, misant sur une boulimie sans conséquence de matières qui sont savamment monnayées derrière.

Encore plus vicieux, la présence d’un sigle validé qui permet à la personne qui vous a envoyé un message de voir si vous l’avez reçu ET lu. Si tel est le cas, vous vous sentez dans l’obligation de répondre puisque la machine a divulgué la bonne réception et la lecture du message, toujours avec cette pression de réciprocité sous-jacente.
1-BNOfmUQ2nTRVPVe0CHx7ew

TIME WELL SPENT, comment bien dépenser son temps, alors ?

Rassurez-vous les grandes marques savent très bien vous emmener là où elles souhaitent.
Vous pouvez twitter sans consulter le flux de tweet, consulter un événement sur Facebook sans consulter le mur, etc.
IL EST POSSIBLE D’OBTENIR LES CHOSES PAR UN MOYEN DIRECT, RAPIDE ET EFFICACE.

Time Well Spent c’est une sorte de « gendarme du temps utile », une « déclaration des droits numériques » pour garantir que les outils que vous utilisez sont effectivement utiles à la vie, et non utilisés pour remplir votre vie.

Prenez l’exemple des désabonnements ou des paramètres de contrôle de confidentialité : sont-ils faciles à trouver ? Sont-ils rapides et facile à exécuter ?
Voici pourquoi il est sans doute nécessaire d’opter d’une certaine façon à une égalité des choix : positifs ou négatifs.
Annoncer les conséquences d’un clic : temps de lecture, temps de remplissage pour chaque page ouverte ou clic fait, le temps requis pour obtenir ce qu’on demande ou ce qu’on veut nous faire voir.

La technologie n’est pas un fléau, bien au contraire, c’est un vaste champs d’ouverture, de potentiels, de créativité et de pouvoir, mais il mérite d’être cadré suivant nos besoins, non par rentabilité d’usage frénétique qui décorrèle complètement l’action de l’utilité.
Les notifications et les listes doivent davantage représenter nos valeurs plutôt que nos impulsions et nos désirs…

Pour aller plus loin, visitez le site de Harris : Timewellspent.io.

« Let’s build a movement for those of us who want a more « humane » technology industry. Instead of designing to maximize screen time and amuse each other, we want technology designed to support our ability to live by our values. »

Et suivez la page Facebook animée par des questions actuelles sur la valeur des applications que nous utilisons.

Un extrait du contenu publié par le mouvement TIME WELL SPENT :

Ce qui rend un produit conçu pour temps bien dépensé en fonction du temps passé? Voici plusieurs distinctions.

Traduction google

AVEC TEMPS PASSÉ

AVEC TIME WELL PASSÉ

CONCEPTION GOAL

Nous concevons pour garder les utilisateurs actifs et accroché, tout en les aidant à réaliser des tâches . Nous concevons pour aider les utilisateurs à vivre leur vie et de passer du temps bien, tout en acquérant leur loyauté et leur entreprise.

POSSIBILITÉ DE DÉCONNECTER

Nous nous attendons aux utilisateurs d’être connectés 24/7. S’ils veulent déconnecter, ils peuvent éteindre leur téléphone. Nous permettons aux utilisateurs de se déconnecter sans manquer importante.

QUALITÉ DE L’ATTENTION

Nous découpons l’attention des gens en courtes rafales fréquentes d’attention; qui dit de courtes rafales sont pires que les utilisations longues et continues? Nous traitons l’attention des gens comme sacré et de minimiser les tâches de commutation et les interruptions.

METRICS SUCCESS

Nous mesurons le succès en termes de nombre de transactions (clics, les ventes, le temps passé, ou l’utilisation quotidienne). Nous mesurons le succès en termes d’avantages qui atterrissent concrètement dans la vie des gens durables, alors que très peu en utilisant leur temps.

MODÈLE D’AFFAIRES

Nous vendons l’attention des gens à des annonceurs, nous avons donc besoin autant que possible. Nous utilisons des modèles d’affaires qui ne nous obligent pas à maximiser la quantité de l’attention que nous obtenons: paiements, de souscription ou le soutien d’autres sources de revenus.

ENCADREMENT DES CHOIX

choix paralysante qui se rapportent à ce que les entreprises se soucie. Autonomiser les choix qui se rapportent à ce que les gens se soucient de leur vie.

SELF-DECEPTION & GREENWASHING

Nous croyons que notre énoncé de mission explique notre impact sur la vie des utilisateurs. Nous avons une question Mission qui nous permet d’obtenir humblement en contact avec notre impact global sur la vie des utilisateurs.

DIGNITÉ ET RESPECT

Les utilisateurs sont des moutons, nous pouvons influencer avec des entonnoirs de conversion.Nous concevons pour les manipuler. Les utilisateurs sont des personnes dont l’attention, les choix, les relations et les vies sont sacrées. Nous concevons pour leur donner les moyens.

EXPLICATION DES CHOIX DU PEUPLE

les choix des utilisateurs reflètent leur propre volonté. les choix des utilisateurs reflètent le menu, la situation et le contexte à partir duquel ils choisissent.

LA VALEUR PAR DÉFAUT & RESPONSABILITÉ

Les paramètres par défaut ne comptent pas. Il est de la responsabilité de l’utilisateur de tirer le meilleur parti du produit; même si la plupart des gens ne sauront pas comment et il faut faire des efforts. Les paramètres par défaut d’ importance. Il est denotre responsabilité d’aider la majorité des gens àtirer le maximum du produit avec le moindre effort.

EXTERNALITIES PSYCHOLOGIQUES

Il est de la responsabilité des utilisateurs de réduire les angoisses et les compulsions qui viennent de l’utilisation de nos produits. Il est de notre responsabilité de réduire les angoisses et les compulsions qui viennent de l’utilisation de nos produits.
Publicités

5 commentaires sur “TIME WELL SPENT : et si on vous disait que les applis sont conçues pour vous faire perdre du temps ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s