Après avoir maintes fois cherché du réseau dans un coin isolé de province, ou compris que vous ne pouviez téléphoner de votre canapé, il est fort probable qu’aujourd’hui vous soyez en recherche de ces espaces de répit pour vos vacances ou tout simplement pour faire « pause ». L’appli géniale qui vous donnera les clés de la paix royale existe ! Elle s’appelle…

White Spots.(ici sur le appStore)

L’invisible fut pendant longtemps la réponse aux questions sans réponse, au hasard, coupable de chance ou de malheur. Il est Dieu pour certains, la conscience (la mauvaise) pour d’autre, mais toujours considéré comme une « chose » extérieure à nous-même, le x de l’équation, la variable d’un prédicat qui du fait d’être nommé pouvait rester dans le domaine de l’indéchiffrable, synonyme d’inconnu.
Et l’inconnu fait du bien, il rassure autant qu’il inquiète. Il ne s’approprie pas mais permet de déplacer les choses irrésolubles et trop complexes dans ce nuage flou, nous accordant un trêve mentale.
Notre époque, immatérielle, révolutionne complètement l’inconnu et cherche à le réduire, si ce n’est le trouver.

Lorsque Google est capable de (presque) tout géolocaliser, lorsque notre téléphone nous situe avec nos données personnelles, il semble que la transparence nous perce intégralement ne nous accordant plus aucun répit d’intimité. Plus d’intermittence, plus de musique, plus de contrastes, plus de mouvement finalement.
Nous évoluons intrinsèquement dans la recherche de l’équilibre fragile entre l’ombre et la lumière, le connu et l’inconnu, l’être ou ne pas être : un résumé express de ce qu’est la vie en somme. Le va-et-vient entre vide et plein, manque et satisfaction, voilà ce dont on nous avons besoin pour évoluer.

L’application du designer néerlandais Richard Vijgen, dans la lignée de la précédente qu’il a créée, Architecture of sounds (qui permet de faire apparaître toutes les ondes qui nous entourent), permet de détecter les zones blanches (white spots).

Autrement dit, son application permet de trouver la fin d’Internet : les lieux où il n’y a pas de réseau, et potentiellement qui n’en auront jamais.

white-spot

Ces zones blanches signifient qu’à ces endroits précis, une personne ne fournit aucune donnée, aucune onde et si elle n’est plus connecté au monde, elle n’est plus vue du tout.

L’application ouverte commence à distinguer des zones blanches tout en matérialisant virtuellement l’espace où vous êtes.
Elle vous montre toutes les couvertures réseaux avec leur puissance et elle peut par conséquent estimer la distance qui vous sépare d’une de ces zones de répit.

La plupart des taches blanches sont dans l’océan ou dans des endroits parfaitement inaccessibles, mais il reste quelques lacunes un peu partout et il vous est proposé un itinéraire pour vous y rendre.

Capture d’écran 2016-07-25 à 22.55.02

Cette appli nous montre bien la réalité de l’Internet : elle est spatiale et géographique.
Par voie de conséquence, ces lieux ne permettent généralement pas l’investissement d’une infrastructure réseau : trop chère pour peu ou pas de rentabilité.

(regardez la vidéo de présentation)

Associé à une réalisatrice de documentaire, il est possible aussi d’aller à la rencontre des personnes qui vivent dans ces zones blanches : par choix, par hasard, mais également par conviction, par nécessité, ainsi que celles qui tentent d’y installer ces infrastructures.

La « terra incognita » du 21ème est ici, malgré notre monde ultra connecté et médiatisé, il existe ces zones aveugles épargnées par le rayon X du contrôle.

Capture d’écran 2016-07-25 à 22.55.20

Capture d’écran 2016-07-25 à 22.56.25

Pour en savoir plus sur White Spots.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.