Publicités

Le choix de vos filtres Instagram trahissent vos émotions profondes

Le choix de vos filtres Instagram trahissent vos émotions profondes

Bien sûr que les couleurs et les émotions sont étroitement liées, mais nous commençons à peine à percevoir cette réalité. Voici ce que les filtres de vos photos révèlent de vos états d’âme…

Dans le code des couleurs, les tons chauds ou froids ne suffisent plus à associer les couleurs aux émotions réelles qu’elles trahissent.

En effet, nous savons ce que le bleu représente réellement dans notre inconscient, mais réciproquement nos émotions influent sur notre perception des couleurs (une récente étude développe cette théorie).

mood

Imaginez donc les concepteurs et les agences marketing peuvent tirer de ce postulat : les couleurs influencerait notre sommeil, notre alimentation et l’usage des choses, voire notre attirance ou notre répulsion aux objets…

A l’inverse, le choix des couleurs par les utilisateurs donne beaucoup plus d’indices que nous pouvions supposer sur nos états d’âmes et nos émotions… Une mine d’informations également pour ces mêmes personnes.

Processed with VSCOcam with k2 preset
Processed with VSCOcam with k2 preset

Les chercheurs Andrew Reece et Christopher Danforth ont analysé par ordinateur une série de photo Instagram pour détecter la dépression et la mélancolie.

«Quand les gens se sentent différents à l’intérieur, ils communiquent différemment. »

«nous devrions être en mesure de comprendre ce qui change dans la psychologie des gens en regardant la façon dont leurs modes de communication sur les médias sociaux changent. »

C’est la conséquence des médias sociaux et des bouleversements qu’ils provoquent dans la communication.

Après le recrutement de 160 personnes, le recueil de près de 50 000 postes et photos Instagram, ils ont exploité les interprétations de l’usage des filtres de luminosité, de saturation et de couleurs.

Résultats ?

Les utilisateurs déprimés publient des photos avec des teintes plus élevées : plus bleues, une luminosité faible et une saturation basse.

3063124-inline-i-3-were-only-just-beginning-to-understand-how-color-impacts-users

L’étude complète ici.

Aucune couleur artificielle ni d’accentuation vive pour les utilisateurs déprimés en comparaison des utilisateurs sains, qui eux exploitent beaucoup plus les filtres rouges et lumineux. Davantage de selfies et de portraits pour les plus tristes que pour les plus gais…

photo-1457131760772-7017c6180f05

Comme on le sait, certaines couleurs influent grandement sur notre stress et notre sérénité : il suffit d’une faiblesse d’humeur (l’état dépressif étant extrême).

Pour en savoir plus, découvrez le fascinant petit livre L’Etonnant pouvoir des couleurs.

Publicités

1 comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :