Comment mêler les mathématiques au mythe : le nombre palindrome Belphégor

La rencontre de 1000000000000066600000000000001 et d’un des 7 princes de l’Enfer: l’imprononçable un nonillion, soixante-six quadrillions, six-cent mille millions et un. Creepypasta le mythe Belphégor ?

Pour certains les chiffres sont froids, de simples indicateurs numériques.
Et il y a ceux qui veulent voir davantage, porter de la signification rationnelle à l’irrationnel, alimenter la superstition.

Osez regarder le nombre infernal, le seul qui se lise dans un sens et dans l’autre : 1000000000000066600000000000001.

Autrement dit, 666, enfermé dans 13 zéros de part et d’autre et de 1.

Ce nombre immense est un nombre premier, autrement dit seulement divisible par lui-même et 1.

L’auteur de ce chiffre ? Un mathématicien !
Cliff Pickover, étudiant les recherches de Harvey Dubner qui aurait déterminé l’origine du nombre premier ainsi :16661, le premier nombre premier, en y ajoutant de 0 à 13 zéros, demeurait un nombre premier.
Une sorte de confusion du hasard et de la logique : puissante matière à superstition.

Un cercle dans un cercle puisque les 31 chiffres du premier Belphegor n’est que l’inversion du chiffre 13…

belphegor

Le tout mêlé aux projections culturelles très anciennes suffit à confirmer la connotation abstraite et négative de 666 et du 13 comme chiffres maléfiques et portant malheur.

En vérité, le mathématicien, en souhaitant porter l’attention sur cette découverte de ce chiffre atypique, a donné ce nom de Belphégor en référence à l’un des sept princes de l’Enfer. Il souhaitait simplement démocratiser l’intérêt pour les mathématiques au grand public, et son idée n’était que de popularisé son concept et le rendre accessible à la compréhension.

Belphégor c’est donc celui qui séduit les gens en leur proposant des inventions ingénieuse, il est lié à la découverte qui enrichit les gens, s’appuyant sur la paresse humaine.

Pickover a également lié le premier Belphégor au Manuscrit de Voynich, ce mystérieux ouvrage écrit dans une langue inconnue, entreposé à l’Université de Yale : représenté comme un Pi inversé, le nombre maléfique.

the-voynich-glyph

 

Finalement ce premier Belphégor a gagné une popularité hors norme : un sujet mathématique qui a réussi à se faire une place dans la culture.

La seule occurence mathématique portée aux yeux du public a été remarquée dans un épisode des Simpson, preuve que le genre de creepypasta, ou légende urbaine a encore de belles années devant elles !

Oui, nous sommes friands de ce genre de confusion entre logique et ésotérisme, preuves et croyance, toucher du doigts la limite floue du concret et du spirituel.

Alors pour ceux qui se sentent gênés par l’idée d’avoir lu ce chiffre maléfique, regardez 1000000000000077700000000000001 : c’est aussi un chiffre premier !

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.