Pourquoi les adultes aiment-ils encore regarder des dessins animés ?

Les dessins animés amusent et divertissent les enfants, avec des histoires simples, des personnages truculents, des voix amusantes, des couleurs vives, et des héros capables de tout. Dans leur monde d’enfants, les dessins animés s’assimilent au rêve, au développement de leur imagination et à un générateur d’émotions.

Ce que nous partageons avec les enfants, c’est ce besoin de sensations.
Par l’expérience de la vie d’adultes, nous avons déjà vécu des émotions fortes, positives ou négatives, et notre lancinante tristesse de la routine quotidienne est la matière de nos pensées, de nos discussions et même le résultat de ce que nous devenons.

Lorsque les seuls enjeux sociaux des enfants sont l’amusement entre eux, l’école et les parents, ceux des adultes sont plus sombres : cacher la solitude, prendre ses responsabilités, s’assurer un confort de vie qui nous permet d’accéder à des schémas communautaires, les relations…

Les enfants regardent des dessins animés, les adultes regardent des films pour se divertir.
Pourquoi les adultes ne regarderaient plus de dessins animés ?

Parce que nous croyons encore que les dessins animés sont par nature imaginaires, fous, irréels et grossiers dans leurs messages.

Pourtant, il existe des dessins animés pour adultes qui répondent à cela, tout en étant justes dans leur propos : mêlant pénis, pubis et sagesse.

Le déguisement des idées fortes qui intéressent les adultes sont les images de synthèse, les personnages illustrés, les décors imaginaires.
Les sujets qui touchent les adultes ?
Ce sont les méchants, les situations desquelles doivent s’extirper les héros qui renvoient à la symbolique de la société dévergondée, de la solitude de chacun, des thématiques philosophiques de notre place dans le monde, de l’identité, des valeurs morales, de la liberté, etc…

Il y a d’agréable, dans le dessin animé pour adultes, la libération : la même libération de l’imaginaire que celle des enfants sans qu’elle leur soit accessible.
Et tout passe toujours mieux par le dessin, comme peut l’être la caricature.

Adultes, nous avons droit aux gros mots, nous avons droit aux images crues, nous avons droit à la mort spirituelle, nous avons droit aux situations injustes, nous avons droit à une fin triste.

Nous avons besoin, adultes, de libérer les pulsions matures, de vivre et revivre des expériences possibles et impossibles, nous avons besoin de libérer nos pensées complexes à travers des représentations simples de notre vie réelle, cruelle parfois exaltante.

Nos amusements et notre divertissement passent par une infinie complexité de choses que les dessins animés peuvent porter mieux que n’importe quelle support.

Voici quelques exemples de dessins animés pour adultes :

Le plus ancien, Fritz the Cat, de Ralph Bashki, (1972) :

Quand la controverse s’exprime avec ironie, laideur, irrévérence, le dessin animé explore les problèmes profonds de la société et soutient une vision décadente du monde : violence, sexe, abus, dépravation.

http://dai.ly/x1jcfr

Heavy Traffic, (1973) :

Coonskin, (1975) :

Film d’animation traitant dans une violente satire des stéréotypes racistes des noirs-américains.

Le Seigneur des Anneaux, (1978):

Belladona of Sadness, Animerama (1973) :

Remastérisé cette année, ce film d’animation japonais pour adultes, considéré comme un chef-d’oeuvre, traite du viol, du diable et de l’injustice.

Fantastic planet, René Lalou (1973):

Un film d’animation de science fiction donnant à voir une projection du futur mêlant les sujets de l’humanisme, du racisme et du spécisme.

Bambi Meets Godzilla (1968) :

Bref et violent, les films d’animation très courts permettent aussi d’exprimer les choses et les pensées les plus extrêmes d’une culture populaire mise à mal : une vision.

Thank you Mask Man, Lenny Bruce (1971) :

Une histoire mettant en scène l’homosexualité.

Persepolis, Marjane Satrapi (2007):

Un long métrage animé qui retrace de façon pudique les souvenirs de la guerre en Irak, l’exil d’une petite fille confrontée à la différence, à la solitude, l’exil et la liberté.

Valse avec Bachir, Ari Folman (2008) :

Film animé documentaire qui retrace les souvenirs de la guerre du Liban.

Récemment, Pixar a sorti Vice et Versa, (2015) :

Plus ambitieux que jamais de rendre divertissant et touchant, un film d’animation qui parle en sous-couches aux parents, à un degré insoupçonnable pour les enfants :

Sur Netflix, l’hilarant BoJack Horseman (2014):

Le salace Sausage Party de Conrad Vernon, (2016):

Pour parler du sexe de manière décomplexée et clairement excessive, un brin inutile dans le fond mais divertissant.

World of Tomorrow, (2015) :

Les films d’animation pour adultes ont largement permis d’exprimer le sombre, le sexe, les problèmes de société, les secrets qu’on ne dévoile pas dans la réalité, mais ils peuvent aussi se revêtir de mélancolie et de beauté, tout en demeurant destinés à un public d’adultes.

Adultland, Cornelius Joksch :

Exprimer finalement le profond désir de s’extirper de la réalité, et ressentir à nouveau la liberté de faire ce qu’on veut, tout ce qu’on veut.

Voici pourquoi les dessins animés pour adultes nous apprennent à nous réjouir de notre tristesse, car la controverse de l’animation n’a pas besoin d’être mélancolique et belle pour encapsuler ce qui nous rend humain.

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Pourquoi les adultes aiment-ils encore regarder des dessins animés ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s