Quand le papier naîtra de lui-même : le journal recyclable

On l’annonce la mort de la presse écrite, du moins on la redoute, sans pour autant bouder les nouvelles habitudes digitales. La presse quotidienne a su convertir ses marques et les intégrer dans les nouveaux modes technologiques. Mais au Japon, on prend l’affaire au 1er degré : le journal plantable, pour enrayer son déclin programmé.

Le « Green Newpaper » Mainichi se réinvente : un journal physiquement fertile et écologique !
En France, il existe déjà Growing Paper, idem aux Etats-Unis c’est Botanical Paper Works. Le challenge avec un papier aussi fin que ceux d’un journal, avec une encre fertilisatrice et un journal intégralement « plantable » relève d’une première mondiale.

Cette initiative confirme la valeur ajoutée pour une marque militante ou engagée de donner du sens à ses opérations marketing, et le quotidien nippon n’en est pas à son coup d’essai. Dans une première campagne publicitaire, il avait encouragé et facilité les donations d’eau pour les populations dans le besoin. The Mainichi se présente comme un journal qui apporte des solutions à des problèmes globaux en dépassant la seule information qui caractérise son rôle. C’est ainsi qu’on peut espérer sensibiliser les gens et les impliquer à agir, au « quotidien ».

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.