Controverse à Tsukiji : le mercato du sushi

Si vous dégustez des sushis, des fruits de mer ou du poisson au Japon, il y a de grandes chances qu’ils viennent directement du plus grand marché du monde : Tsukuji. Destiné à être déplacé, le nouveau site semble être extrêmement pollué…

Du thon au calamars sautés, des sashimis aux filets de poisson, au Japon, on se fournit au plus grand marché du monde Tsukiji (1800 tonnes de fruits de mer gérées par jour) : une collection tentaculaire d’entrepôts, de restaurants et de magasins qui font partie de la capitale du Japon économique et de son tissu culturel depuis plus de 80 ans.

screen-shot-2016-11-10-at-22-36-35

L’obsession des produits de la mer se transforme en une immense opération commerciale d’une valeur de près de 2 milliards de yens (18 millions d’euros) par jour.

Le sort du plus grand marché de poissons du monde est en jeu suite au déménagement prévu sur le nouveau site, en raison du programme d’installation pour accueillir les Jeux Olympiques de 2020. En réalité, le déménagement prévu pour novembre 2016 est mis en stand-by en raison de problèmes de contamination.

Malgré la situation, les enchères et les ventes ne cessent pas.
Le marché, couvrant 223.000 mètres carrés, gère plus de 400 variétés de fruits de mer par jour, générant des ventes quotidiennes d’une valeur d’environ 1,8 milliard de yens.
20 000 véhicules passent par les portes du marché chaque jour, pour relier environ 60.000 personnes dans un flux continu de poissons allant de la salle de vente aux enchères aux cuisines de restaurant et étals de supermarchés.

screen-shot-2016-11-10-at-22-34-05

Les Japonais mangent plus de poisson par habitant que tout autre pays développé, soit environ 27 kg par an, pour une moyenne mondiale de 19 kg. L’appétit du pays pour le thon rouge – qui consomme 80% de l’offre mondiale – a eu pour impact un écoulement dramatique des stocks du poisson et déclenché des avertissements car l’espèce est en voie d’extinction commerciale.

C’est le nouveau gouverneur de Tokyo, Yuriko Koike , qui a décidé d’interrompre le de projet de déménagement du site, invoquant des préoccupations croissantes prouvées d’une contamination par des toxines dangereuses.

Des enquêtes ont révélé des niveaux de benzène, d’arsenic et de cyanure légèrement au-dessus des normes fixées par le gouvernement. Les niveaux de mercure entre 5 et 7 fois plus élevés que la norme de qualité de l’air nationale ont été trouvés dans le sous-sol du bâtiment prévu.

screen-shot-2016-11-10-at-22-37-33

Koike, qui a critiqué la manipulation de ses prédécesseurs du mouvement, a affirmé préférer attendre les résultats d’une nouvelle enquête environnementale qui sera publiée en Janvier avant de prendre une décision finale.

Tsukiji porte également la réputation d’une qualité exemplaire des produits qui y sont vendus, ce qui justifie plus précisément la prudence de Koike.

« Des rumeurs nuisibles au sujet de la contamination se répandent dans le monde entier. La sécurité et l’assurance sont les deux facteurs les plus importants de notre relation avec nos clients. On en arrive au point où la situation ici est comparée à celle de Fukushima … et les rumeurs peuvent détruire les entreprises. »

screen-shot-2016-11-10-at-22-37-12

« Tsukiji seulement prospère en raison de sa marque, et que la marque est basée sur la garantie absolue que notre produit est propre à la consommation. Négliger cela, et la confiance disparaît. »

screen-shot-2016-11-10-at-22-37-03

Un sondage parmi les grossistes de Tsukiji, mené en Avril a révélé une opposition écrasante à déménager à Toyosu. Parmi les 247 qui ont répondu, 205 ont dit qu’ils voulaient rester à Tsukiji ; seulement 9 ont dit qu’ils voulaient déménager.
Certains experts disent que les niveaux légèrement élevés de substances toxiques ne présentent pas un risque pour la santé humaine.
Pour Robbie Swinnerton , un journaliste food du Times Japan : « le mouvement va détruire l’identité Tsukiji, celui qui est connu dans le monde et qui est devenu un symbole de la culture alimentaire traditionnelle du Japon.

screen-shot-2016-11-10-at-22-36-47

En l’état, personne ne peut réellement dire pourquoi ce déménagement fait une telle controverse, lorsque des arguments émotionnels se mêlent à des faits politiques, environnementaux et économiques.

De quoi devenir végétarien, si on ne souhaite pas prendre partie…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.