La ville de Kamikatsu est capable, par la responsabilité de ses citoyens, de ne produire aucun déchet, en tout cas qui ne soit pas recyclable. Découvrez leur organisation gagnante…

Parfois, le tri entre les déchets papier, plastique et verre peut prendre du temps. Mais ce n’est rien à coté des efforts de recyclage des résidents de Kamikatsu, un petit village au sud-ouest du Japon.

Ils trient leurs déchets en 34 catégories distinctes, la preuve :

Les résidents trient leurs ordures dans des catégories extrêmement spécifiques, comme les canettes en aluminium, les boîtes en acier, les cartons en papier ou les dépliants en papier.

En 2003, la ville a lancé un programme 0 déchet très rigoureux.
La ville a commencé par incinérer ses déchets avant de réaliser à quel point c’était néfaste pour l’environnement. En effet, les incinérateurs émettent de grandes quantités de gaz à effet de serre et les toxines peuvent endommager l’approvisionnement alimentaire.

Il a fallu du temps pour que les résidents s’adaptent à la tâche fastidieuse de lavage, de tri, et de transport de leurs ordures au centre de tri de la ville.

Ce processus est devenue une routine.

La ville possède aussi un magasin où les gens peuvent laisser des vêtements ou des meubles dont ils ne veulent plus, ainsi qu’échanger leurs vieilles affaires pour des articles laissés par d’autres.

En bas de la rue, il y a une usine où les femmes locales fabriquent des produits à partir de produits jetés, comme des ours en peluche ou de vieux kimonos.

« Nous essayons de nous concentrer davantage à changer totalement nos modes de vie, » dit Akira Sakano, responsable en chef de l’Académie Zero Waste.

Aujourd’hui, 80% des ordures de la ville sont recyclées, réutilisées ou compostées, le reste va à la décharge.

Le processus épargne au village 1/3  de ses anciens coûts d’incinération des déchets.
En 2020, Kamikatsu espère être complètement à zéro déchet même si aujourd’hui c’est déjà quasiment le cas.

Globalement, la quantité de déchets produite augmente plus rapidement que le taux d’urbanisation, selon le rapport 2015 de la Banque mondiale.
En 2025, l’organisation estime que 1,4 milliard de personnes vivront dans des villes à travers le monde, et chaque personne produira environ 1,5 kg de déchets par jour – soit plus du double de la moyenne actuelle.

Le Japon produit déjà près de moitié moins de déchets par habitant que les États-Unis.

Ailleurs dans le monde d’autres villes font ces efforts de tri et recyclage des déchets.

medium_0asnq4swomj9vsyuqc1oqu07m9svxpahf0-i0u2ffew
Par exemple, San Diego a récemment annoncé son plan pour réduire l’ élimination des ordures de 75% d’ici 2030 et devenir complètement sans déchets en 2040.
New York a des plans aussi ambitieux, avec l’espoir de se libérer de déchets d’ici 15 ans.

Publicités

3 commentaires »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.