Passion Indigo : la marque BUASOU, maîtres teinturiers du bleu japonais

D’où vient l’indigo ? Comment l’obtient-on, comment est-il utilisé pour teindre. Découvrez cette marque japonaise amoureuse du bleu…

Ai en japonais c’est l’Indigo (藍).
Ao en japonaise c’est le Bleu (青).

Le jean et l’indigo sont l’or bleu du Japon. Les meilleurs denim sont réalisés par des japonais, avec des marques comme Momotaro Jeans, Japan Blue Jeans, Soulive, Setto, etc.

La marque Buasou :

BUASOU a été fondée en 2012 par deux cultivateurs et teinturiers d’indigo japonais, Kenta Watanabe et Kakuo Kaji.
La ville de Tokushima, au Japon, où la société a été fondée, est réputée pour sa culture de l’indigo, et sa tradition de compostage des feuilles d’indigo en cuves Sukumo.

fireshot-capture-188-buaisou-i-coaster_-http___www-buaisou-i-com_product-p dsc09048_1024x1024 fireshot-capture-185-buaisou-i-11_26%e5%9c%9f-10_00-%e6%89%8b%e3%81%ac%e3%81%90%e3%81%84%e6%9f%93%e3%82%81%e3%83%af%e3%83%bc%e3%82%af%e3%82%b7%e3%83%a7%e3%83%83_-http___www-buaisou-i-com_product

La préfecture de Tokushima, qui correspond à l’ancienne province d’Awa, se trouve au nord-est de l’île de Shikoku. Traversée d’ouest en est par la rivière Yoshino, celle-ci est limitée au nord par la chaîne montagneuse du Sanuki et au sud par celle du Shikoku. C’est dans ce cadre que s’est développé l’un des centres les plus actifs de l’art traditionnel japonais de la teinture à l’indigo.

La vallée de la Yoshinogawa est un lieu très propice à la culture de l’indigotier car elle subit des pluies torrentielles. Les alluvions fertiles apportées régulièrement par les inondations des fleuves constituent un terreau idéal pour cultiver l’indigotier. C’est ainsi que la province d’Awa est devenue la première région productrice d’indigo de haute qualité du Japon.

fireshot-capture-186-buaisou-i-brooklyn-workshop-http___www-buaisou-i-com_brooklyn-workshop

L’indigotier (indigofera tinctoria) est une plante annuelle de la famille des Fabacées qui mesure de 60 centimètres à 1,2 mètre de hauteur et donne des grappes de fleurs blanches ou rouges en automne. Originaire de la péninsule d’Indochine, il aurait été introduit au Japon via la Chine au cours de la période d’Asuka (592-710). La vallée de la Yoshinogawa s’est spécialisée dans sa culture et en tire profit. En 1889, au moment de la mise en place du nouveau système de division territoriale instauré par le gouvernement de Meiji, la ville de Tokushima arrivait au 10e rang des municipalités les plus peuplées du Japon. En 2010, elle n’occupait plus que la 86eplace. Mais la tradition de la teinture à l’indigo n’en reste pas moins toujours présente.

dsc09043_1024x1024

Depuis le 12ème siècle on porte des vêtements indigo car sous leur armure, les guerriers portaient des vêtements en étoffes teintées d’indigo, pour la beauté de sa couleur mais surtout pour ses propriétés antiseptiques. La teinture à l’indigo a en effet la particularité de contribuer à éviter les irritations et d’autres problèmes cutanés liés aux frottements et à la transpiration, ce qui explique qu’aujourd’hui encore on porte des vêtement indigo dans la pratique des arts martiaux.

fireshot-capture-183-buaisou-i-t-shirt-201600826c25-3-_-http___www-buaisou-i-com_product-p

Après la récolte, on coupe les feuilles d’indigotier et on les laisse fermenter longtemps jusqu’à obtention d’une matière tinctoriale appelée sukumo. On ajoute ensuite de la lessive de cendres (aku) et de la chaux (sekkai).
Pour que le sukumo atteigne son point d’équilibre, il faut veiller à conserver une température ambiante et un degré d’alcalinité adapté.
Une écume de couleur bleu cobalt appelée « fleur d’indigo » (ai no hana) apparaît à la surface du sukumo. C’est le signe que la teinture est prête à l’emploi.

fireshot-capture-182-buaisou-i-bandana-skm2016_-http___www-buaisou-i-com_product-p

Les tissus teints à l’indigo doivent leur couleur à des micro-organismes (kankin) qui se développent durant le processus de fermentation des feuilles d’indigotier. Sous l’action de ces bactéries, la matière colorante dont le tissu est imprégné prend une coloration bleue quand elle s’oxyde à l’air libre.
La teinture à l’indigo doit être préparée et traitée avec le plus grand soin afin de protéger et nourrir les micro-organismes dont dépend sa couleur. Pour entretenir ces bactéries, on ajoute plusieurs ingrédients au mélange, entre autres du saké et une gelée à base de sirop d’orge malté (mizuame).

Pour teindre un tissu, on utilise une des techniques, comme la « teinture à réserves » (shibori) qui consiste à isoler certaines parties de l’étoffe en les ligaturant avec des noeuds pour empêcher la couleur d’y pénétrer, il suffit ensuite de plonger le tout dans la teinture à l’indigo pendant 60 secondes.
Le tissu passe du vert foncé au bleu.

La couleur de l’indigo dépend du nombre de bains que le tissu fait dans la cuve de teinture : elle est d’autant plus foncée que l’opération est répétée.
Chaque nuance a un nom qui lui est propre :

  • kamenozoki (bleu pâle)
  • asagi (bleu-vert pâle)
  • hanada (bleu azur)
  • nando (bleu-vert foncé)
  • ai (indigo, bleu de Prusse
  • kon (bleu foncé)
  • kachiiro (indigo foncé, bleu-noir).

Une fois la couleur souhaitée obtenue, la teinture à proprement dite est terminée. On défait les noeuds si on choisi de faire un motif et on rince le tissu à l’eau claire.

Les marques Japonaises cultivent cet art du « bleu japonais » pour leur tissu.
On reconnaît d’ailleurs la grande qualité de la teinture au fait qu’on peut laver ces vêtements sans prendre le risque qu’ils perdent leur couleur.

Avec Yuki Ken et Yuya Miura, BUASOU forme une équipe de quatre artisans qui préservent la tradition de l’indigo japonais, et tentent d’apporter une nouvelle vitalité à « Japan Blue, » à travers de belles créations.

fireshot-capture-189-buaisou-i-about-http___www-buaisou-i-com_about

 Découvrez leur produits sur leur site : BUASOU.

Et pour trouver les meilleures marques d’indigo japonais, c’est ici.

Voici le genre de vêtements qu’on achète pas par tendance mais par qualité.

 

Publicités

Une réflexion sur “Passion Indigo : la marque BUASOU, maîtres teinturiers du bleu japonais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s