10 philosophes islamiques que vous devriez connaître

Si vous deviez citer 10 philosophes, là maintenant, peut-être que vous y arriveriez, et en mentionnant des grecs et des occidentaux. Pourtant, l’Orient en compte quelqu’uns, en dehors de Buddha, Lao Tseu et Sun Tzu. On doit beaucoup plus qu’on ne l’imagine à l’islam…

Les astronomes arabes ont donné les noms de nos constellations, les chiffres sont arabes, nombres de normes scientifiques sont aussi un héritage arabe…
La vérité est que : il est impossible de comprendre la pensée occidentale sans comprendre les idées des penseurs islamiques.

Voici dix des philosophes, les plus sous-estimés et sous-appréciés du monde islamique :

Abū Bakr Muhammad ibn Zakariya al-Razi 854 – 925

philosophy_1

Célèbre médecin, chimiste et philosophe. La première personne à décrire la variole et la rougeole comme des maladies distinctes. Il développa un système métaphysique, fondé sur Platon, qui décrit l’univers composé de cinq éléments; Dieu, le temps, le lieu, l’âme et la matière. Il est aussi l’auteur du premier livre sur la pédiatrie.
Alchimiste devenu médecin, il aurait isolé l’acide sulfurique et l’éthanol dont il fut parmi les premiers à prôner l’utilisation médicale. S’agissant de la pratique médicale, il a vigoureusement défendu la démarche scientifique dans le diagnostic et la thérapeutique et a largement influencé la conception de l’organisation hospitalière en lien avec la formation des futurs médecins. Empiriste et rationaliste, il fut l’objet de nombreuses critiques pour son opposition à l’aristotélisme et sa libre-pensée vis-à-vis de la religion musulmane.

De nos jours son nom est commémoré avec l’institut Razi près de Téhéran et son anniversaire est célébré tous les 27 août en Iran lors de la journée de la pharmacie.

Saadia Gaon 882 – 942

philosopher_2

Sa vie est une suite de luttes et de batailles pour assurer la survie et la pérennité du judaïsme rabbinique babylonien face à l’assimilation dans la civilisation arabo-musulmane conquérante, aux luttes d’influence entre les académies de la terre d’Israël et de Babylone, à celles opposant l’exilarque (dirigeant des exilés juifs de Babylonie) aux scholarques etc. Il est, surtout, le premier opposant majeur aux Karaïtes, adeptes d’un judaïsme scripturaliste qui rejette la Torah orale des rabbins.

Il répond à ces défis par une œuvre abondante et novatrice, devenant le premier adepte du judaïsme rabbinique à s’intéresser aux sciences profanes de son temps sans délaisser les domaines traditionnels. Ses travaux les plus connus de nos jours sont le Tafsir, premier commentaire rabbinique de la Bible, et le Sefer Emounot veDeot, première tentative majeure de conciliation entre la tradition juive rabbinique et la philosophie grecque.

La vie et l’œuvre de Saadia Gaon en font l’une des plus hautes autorités spirituelles et scientifiques de la période des Gueonim. Ses travaux ont fortement contribué à l’âge d’or de la culture juive en Espagne, lui assurant une place dans le judaïsme arabo-andalou à laquelle seul Moïse Maïmonide a pu prétendre par la suite.

3.  Yahya ibn Adi 893 – 974

philosophe_new

Théoricien de la logique et médecin basé à Tikrit, en Irak moderne. Des dizaines de traductions produites de la philosophie grecque en arabe. Chrétien, il était capable d’utiliser ses connaissances philosophiques pour produire les défenses de la théologie chrétienne à la terre dans la pensée classique.

4. Avicenna 980 – 1037

philosophy_4new

est un philosophe, écrivain, médecin et scientifique médiéval persan. Il s’intéressa à de nombreuses sciences, notamment l’astronomie, l’alchimie, la chimie et la psychologie, ainsi que la poésie. Ses commentaires et traductions d’Aristote ont continué à influencer la pensée européenne au siècle des Lumières.
Ses disciples l’appelaient Cheikh el-Raïs, prince des savants, le plus grand des médecins, le Maître par excellence, le troisième Maître (après Aristote et Al-Farabi). Plusieurs théologiens musulmans de son époque comme Al-Ghazali, Ibn Taymiyya, Ibn Al-Qayim et Al-Dhahabi l’ont traité d’irreligieux.
Auteur de 450 livres, dont l’un était un texte médical standard jusqu’en 1650. Il a affiné la méthode scientifique passée de son idole philosophique, Aristote.

 » Le monde est divisé en hommes qui ont de l’esprit et pas de religion et les hommes qui ont une religion et pas d’esprit. »

5.  Sohrevardi 1154 – 1191

philosopher_5

Philosophe persan et fondateur de l’école iranienne de Illuminationism, il fonda une importante école de philosophie islamique et de mysticisme qui a attiré sur zoroastriens et platoniciens. La « lumière » dans sa « Philosophie de l’ illumination » est une source divine et métaphysique de la connaissance.
Il est désigné par le titre honorifique Shaikh al-‘Ishraq « Maître de l’Illumination » et Shaikh al-Maqtul « le Maître assassiné », en référence à son exécution pour hérésie . Il est considéré comme le réanimateur de l’ancienne tradition de la sagesse perse.

 » Celui qui connaît la philosophie et persévère pour remercier et sanctifiant la Lumière des Lumières, sera doté avec la gloire royale.  »

6.  Fakhr al-Din al-Razi 1149 – 1209

philopsher_6

Scientifique, Philosophe et Théologien. Il a proposé plusieurs modèles possibles du cosmos , y compris un modèle multivers. Il a écrit « Tafsir Al-Kabeer« , Le Grand Commentaire,  sur le Coran qui est encore une référence. Il est aussi auteur de livres supplémentaires sur la logique et la médecine, en plus d’autres sujets.

7. Katip Çelebi 1609 – 1657

philosophy_7

Historien ottoman et géographe. Il rédiga une encyclopédie bibliographique de 14.500 entrées. Il a beaucoup écrit sur la loi islamique, l’éthique et la théologie ainsi que l’histoire et la géographie. Il est la principale source de changement social dans l’empire du 16ème et 17ème siècle ottoman. C’est aussi lui qui introduisit le café dans l’empire.

« Avec l’avènement d’une période de déclin, les vents de la connaissance cessent de souffler. »

8. Dara Shikoh 1615 – 1659

philosopher_8

Un prince indien à la une vie dramatique : Dara a été exécuté pour être du côté des perdants d’une lutte de succession après la maladie de l’empereur de l’ Empire moghol. En dépit de sa courte vie, il a été en mesure de trouver le temps de travailler sur les fondements mystiques de la religion hindoue et de la pensée islamique. Il rédigea plusieurs livres et traduisit plusieurs classiques sanskrits qui furent étudier plus tard par des savants islamiques. La bibliothèque qu’il a établie est toujours utilisée par l’Université Guru Gobind Singh Indraprastha.

9. Muhammad Abduh 1849 – 1905

philosopher_9

Savant égyptien, juriste, réformateur, et philosophe. Il est le fondateur de l’école islamique Modernisme, et théoricien de l’application de la pensée libérale aux nations islamiques. Il es exilé d’Egypte par les autorités britanniques pour l’utilisation de son journal pour défendre l’indépendance. Il a fait valoir que de nombreuses idées occidentales avaient des racines dans la pensée islamique.

« Je suis allé à l’ouest et j’ai vu l’Islam, mais pas de musulmans. Je suis allé à l’est j’ai vu les musulmans, mais pas l’Islam. »

10. Fatema Mernissi 1940 – 2015

philosopher_10

Féministe et sociologue marocaine. Elle a étudié l’histoire de la pensée islamique et le rôle des femmes en elle. Comme son ouvrage se vend, il devint évident que la condition de la femme est un sujet d’actualité dans le monde musulman.

«Quand une femme pense qu’elle n’est rien, les petits moineaux pleurent. Qui peut les défendre sur la terrasse, si personne n’a la vision d’un monde sans lance-pierres? »

 

Même si vous ne vous souviendrez pas de tous les noms, qui a dit qu’on ne pouvait voir plus grand ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.