Publicités

Cette boutique pop-up vous permet d’acheter des vêtements pour les défavorisés et non pour vous

Cette boutique pop-up vous permet d’acheter des vêtements pour les défavorisés et non pour vous

Crack et Cider vous permet d’acheter des choses comme des manteaux et des chapeaux, mais ils reviennent directement aux sans-abris.

Une autre façon de consommer est l’ordre.

L’idée est venue à Scarlett Montanaro et Charlotte Cramer pendant qu’elles marchaient dans une rue de Berlin, elles ont fait le genre de rencontre que tous citadins a pu expérimenter : elles ont dit non à un sans-abri qui demandait des vêtements de rechange.
Mais elles n’ont cessé de penser à la raison pour laquelle elles avaient fait ce choix.

charleyandscarlett_large

« Nous avons ressentis un profond sentiment d’empathie de la situation dans laquelle il était, » dit Cramer.
« Nous nous sommes senties coupable de ne pas lui donner quoi que ce soit. Nous ne donnons rien pas même de l’argent aux grandes organisations caritatives aidant les sans-abris. »

Le problème, c’est que dans les deux cas, on ne sait pas comment ces dons seront utilisés.
En réponse, elles ont fondé une nouvelle entreprise sociale qui permet aux gens de les aider d’une manière très directe: si vous achetez une veste imperméable ou une paire de gants via leur magasin – Crack + Cidre – il sera remis à une personne sans-abri.

screen-shot-2016-11-27-at-09-24-19 screen-shot-2016-11-27-at-09-24-06

« Nous avons décidé que nous voulions juste créer un modèle très simple, totalement transparent pour les dons de charité« , dit Cramer.

Le nom vient d’une conversation avec une personne sans-abri. « Un gars nous a dit, ‘Oh, les gens ne me donnent pas l’argent dans la rue parce qu’ils pensent que je vais m’acheter du crack et du cidre, » dit-elle.

En 2015, le magasin et la pop-up boutique sont lancés en ligne à Londres pour la vente de fournitures essentielles par temps froid, et en partenariat avec les refuges locaux pour distribuer les produits.
Ce mois-ci, ils ont lancé un deuxième pop-up à San Francisco, au Musée Tenderloin, dans le quartier au cœur de la crise des sans-abris de la ville.

Elles ont vu la boutique pop-up comme un moyen de prêter de la crédibilité du projet pour les donateurs. « Ils peuvent venir nous voir, dire bonjour, toucher les objets et le type voir la qualité pour eux-mêmes », dit Cramer.

En ligne, le magasin explique que chaque prix – 18,78 $ pour un sac à dos, 31,29 $ pour un « panier canin » avec de la nourriture, une laisse et une veste chaude – est basé sur un balisage de base du prix de gros, avec tous les bénéfices utilisés pour acheter plus de produits et payer pour de la communication, des dépliants et d’autres coûts minimes.
Les fondatrices, qui ont toutes deux un emploi à temps plein ailleurs, ne prennent pas de salaire pour leur travail.

Elles ont l’intention de créer un kit open-source pour toute personne intéressée à amener la boutique dans une autre ville ; quelqu’un à New York a déjà tendu la main vers ce projet.
« Je pense que le mieux que nous puissions faire est tout simplement d’inspirer les gens qui ont la possibilité et le privilège de faire quelque chose, si petit soit-il, » dit Cramer.

« Ce n’est beaucoup d’argent ou d’investissement, seulement quelques heures« , dit-elle, puis elle rit. « Bon, un grand nombre d’heures. »

Une autre bonne idée que celle des pop-up stores.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :