Le peigne Oroku en Minébari : le très précieux

Un peigne peut être un véritable objet de luxe, voici pourquoi :

Le peigne Oroku est principalement fabriqué à partir de l’arbre de Minébari.
Le Minébari a grandi dans le Torii dans les temps anciens, il a été dit que Yabuhara est devenu le principal lieu de production du peigne Oroku .
Le matériau est très ferme, et est appelé « ono-ore » signifiant « à coups de hache ». En outre, le nom local de Minébari provient de la croissance de l’arbre sur un terrain de roche de montagne.

Il ne pousse que de 0.2mm un an car cet arbre grandit dans un environnement rigoureux. La croissance étant extrêmement minime, le bois prend une très haute densité. Il a d’ailleurs une gravité très spécifique lorsqu’il coule dans l’eau.

Le Minébari ne rompt pas facilement par rapport aux autres bois. Il est extrêmement dur et solide, et il ne se déforme pas facilement. Il est aussi le meilleur bois pour les peignes à dents Oroku.

« Oroku-gushi », ce petit peigne fabriqué à partir de Minébari comporte environ 100 dents sciées avec une largeur de seulement 10 cm ou moins. Spécial et célèbre dans tout le pays comme un produit spécial de Nakasendo, c’est l’un des plus traditionnels produits d’artisanat du peigne.

La légende :

Il y avait une belle jeune fille appelée Oroku, vivant dans le Tsumago-jyuku.
Elle était toujours inquiète au sujet de ses maux de tête. Elle peignait ses cheveux avec le Hatchel fabriqué à partir de l’arbre Minébari matin et soir.
Ses maux de tête ont fini par disparaître. Dès que le peigne put être commercialisé, « Oroku-gushi » est devenu célèbre. On dit que le Minebali qui est l’arbre qui soigne.

La chevelure brillante au noir profond des japonaises fait rêver, comme font voyager les peignes de bois pâle et dur qui démêlent et hydrater leurs cheveux. Longuement trempés dans un bain d’huile de camélia, réputée pour lisser la chevelure, ces peignes prennent le temps  de dénouer les cheveux rebelles. Il faut plusieurs centaines d’années et des générations d’artisans pour faire un peigne mais sa beauté durera toute une vie.

screen-shot-2016-12-02-at-07-54-52

L’usage Chaque peigne a un usage spécifique. Certains sont destinés à la chevelure, d’autres à la barbe ou à la moustache. Celui de la lune croissante est idéal pour lisser les cheveux aussi bien longs que courts. Tous apportent protection et brillance grâce à l’huile de camélia dont ils sont imprégnés. Posséder un tel objet est un privilège qui se transmet de génération en génération. Le «Who’s who» de l’O-Roku-Kushi compte ainsi la famille impériale du Japon.

Le matériau Il faut près d’un demi-millénaire pour concevoir un tel objet. Car le Minebari est un arbre qui prend son temps. En raison de sa lente croissance, il faut patienter 400 ans avant de le couper puis encore 100 ans pour le laisser sécher avant de sculpter le bois. Ultime étape, un bain d’huile de camélia de trois ans. Près de Kiso, le sanctuaire de Yashina-sha est dédié à la divinité des peignes en bois. Il est d’usage de la remercier pour ce don de la nature.

Un objet de collection qu’on trouve ici.

1 commentaire sur “Le peigne Oroku en Minébari : le très précieux”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.