Passez donc au crible l’essentiel du non-essentiel, comme Einstein

Charlie Munger a dit une fois: «Nous avons une passion pour ne garder que les choses simples.« 

Einstein dit: « Je me suis vite mis à flairer ce qui a pu conduire à des principes fondamentaux et à me détourner de tout le reste, de la multitude de choses qui encombrent l’esprit. »
La plupart d’ entre nous essaient de consommer plus le plus d’informations, pensant que cela conduira à en savoir plus, sans penser à la façon dont nous filtrons et comment nous traitons les informations qui affluent.

Connaître quelques principes de base aide sur le fait de savoir comment les combiner. Comme le dit Einstein « Une théorie est plus impressionnante lorsqu’elle est de la plus grande simplicité, plus est vaste la quantité de choses qui s’y rapporte, et plus s’étend son domaine d’application. »

Ce ne fut pas parce qu’il comprenait plus de choses complexes que d’autres, comme John Wheeler le souligne dans sa courte mémoire biographique sur Einstein:

Beaucoup pensaient d’Einstein que c’était un homme qui ne pouvait pas progresser dans son travail tant il absorbait de pages de mathématiques compliquées ; la vérité est tout autre.
Chaque enfant comprend plus sur la géométrie à quatre dimensions que Einstein. Pourtant, malgré cela, Einstein a fait ce travail mais pas les mathématiciens. Idem pour l’effet photoélectrique, pour la relativité, pour la gravitation, l’amateur a saisi le point simple qui avait échappé à l’expert.

Est-ce qu’ Einstein n’a pas acquis cette capacité de passer au crible l’essentiel du non-essentiel ? Pour cela tournons-nous vers son premier emploi:

Pour beaucoup, le poste de greffier du bureau des brevets suisse n’était pas un bon travail, mais c’était le meilleur travail à la disposition de toutes personnes ayant un dossier universitaire ingrat (comme Einstein).
Il a servi dans au bureau de Berne pendant 7 ans, à partir du 23 Juin, 1902 jusqu’au 6 Juillet 1909. Chaque matin, il faisait face aux demandes de brevet. Ses journées étaient toujours sur le même modèle de travail. Au-delà de l’exécution, il y avait le patron, un homme aimable, sévère et sage. Il donnait des instructions strictes: expliquer très brièvement, si possible en une seule phrase, pourquoi l’appareil ne fonctionnera ou pourquoi il ne sera pas breveté ; pourquoi la demande devrait être accordée ou pourquoi elle devrait être refusée.

Jour après jour, Einstein appliquait donc la leçon centrale sur tous les objets que l’homme avait le pouvoir d’inventer. La manière la plus merveilleuse d’acquérir un sentiment de ce que la physique est et comment elle fonctionne ? Il n’est pas étonnant que Einstein se soit détourné des concepts complexes du monde physique pour s’intéresser aux méandres d’une rivière, ou la mécanique de la nature.

Qui d’autre qu’un employé de brevet aurait pu découvrir la théorie de la relativité ? « Qui d’autre, » écrit Wheeler, « aurait pu distillé ce point central de la simplicité à partir de tous les échos de l’électromagnétisme à part quelqu’un dont le travail était d’extraire la simplicité de la complexité. »

Charles Munger parle de l’importance de passer au crible la folie.

Une partie de cette qualité, je pense, est d’être capable de régler la folie, par opposition à la reconnaissance de la sagesse. Notre cerveau est encombré de choses complexes et variées. De cette façon, vous êtes plus en mesure de trouver  quelques choses de sensible à faire.

Publicités

7 commentaires sur “Passez donc au crible l’essentiel du non-essentiel, comme Einstein”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.