Si la culture est trop chère, tout le monde paye un prix

En 2012, alors que la Major League de Baseball répandait fièrement que les générations de parents partageaient leur passe-temps américain favori avec leurs enfants, le prix moyen des billets pour les World Series avoisinait les 1000 $ – comparativement à seulement 2 $ pour les sièges en 1963. Le coût moyen pour deux personnes pour assister à même match de baseball en 2016 était de 80 $ le billet, 6 $ par bière, près de 5 $ pour un hot-dog, et 16 $ pour garer la voiture.

L’utilisation du statut culturel identitaire du baseball dans le but d’exploiter les fans fait partie d’une longue tendance sombre qui touche à tous les loisirs : la tendance à traire les masses avec ce qui appartient ostensiblement à tout le monde.

Au Moyen Age, les quaestores accordaient aux adeptes de l’Église catholique, des « indulgences ». en faisant croire que payer permettrait de réduire les peines de ses péchés pour l’après. Dans un premier temps , les indulgences été données pour des actes de piété et de prière, mais, au fil du temps, elles se vendaient par les membres de l’Église juste pour se faire de l’argent. Cette pratique est devenue si commune, et les prix si extrêmes, que la Réforme protestante a été, en partie, galvanisée par l’indignation de Martin Luther face à cette industrie de l’Eglise.

L’inaccessibilité du salut continue à ce jour. Un bilan très lourd peut être vu dans le prix des aliments.
Nous payons pour la croyance: le coût de la viande casher est 20% plus cher que la viande non casher.
Nous payons pour la santé: l’exposition aux pesticides peut accroître le risque de développer des cancers tels que des mélanomes multiples, d’où des aliments biologiques sensiblement plus chers, parfois deux fois plus que des variétés non-bio.
Nous payons pour l’ éthique: dans l’Union européenne, les œufs sont marqués afin que nous sachions quand ils viennent de poules en cage (abusifs), poules semi-libre parcours (mieux), ou en libre parcours (où ils peuvent se déplacer, la plupart du temps libre). Bio, les œufs fermiers sont les plus coûteux de tous.

Les monopoles culturels, religieux et culinaires peuvent être trouvés dans tous les pays. Les travailleurs pour les constructions des Jeux olympiques récents au Brésil se sont plaints qu’ils ne pouvaient même pas se permettre des billets pour l’un des événements des jeux. Pourtant, les propriétaires d’équipes sportives ont pu faire des centaines de millions de bénéfices chaque année.

Les billets pour le Musée d’Art Moderne de New York coûtent 25 $ pour les adultes, qui, comme Michael Rushton – chargé de cours en administration des arts à l’ Université d’ Indiana à Bloomington soutient, est beaucoup moins cher qu’une nuit à l’Orchestre philharmonique de New York ou au Metropolitan Opera. Pourtant, la comparaison révèle l’aveuglement de l’élite : oui, l’opéra est cher, mais est-ce que cela signifie que 50 $ est abordable pour deux étudiants, ou deux baristas, pour passer un après -midi au musée ?

A Londres, certains des musées les plus impressionnants du monde sont gratuits pour tout le monde. Le Shakespeare Theater public joue les plus grandes pièces du monde gratuitement dansle Parc Central Park à New York. Sans une vigilance constante, la culture s’éloigne de nous lentement: en 1972, le Musée d’Art Moderne de New York était gratuit, et vous pouviez faire un don de ce que vous vouliez.

Sans l’accès du public, la culture meurt, une coquille inerte qui sert de complice du profit, et sa raréfaction l’éloignera inévitablement de la prospérité. Lesquaestores  des temps modernes utilisent la santé, la religion, l’accès aux sports et à l’art de la même façon que le salut était utilisé au Moyen Age : en exploitant les gens à payer par le prix  fort pour ce qu’ils apprécient. Seulement en exposant ces monopoles culturels peut-on prévenir que ce que nous chérissons va finir par devenir hors de portée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.