Un expert de la conception de produit explique pourquoi injecter de la personnalité aux machines agace tout le monde

La technologie apporte beaucoup de choses dans notre vie, et cela pour tous les gens aux quatre coins de la planète. Mais en réalité le bien reconnu aux machine s’arrête dès que celles-ci singent l’humanité. En fait, les robots parlants rendent les gens fous, les concepteurs de produits s’en rendent compte.

Elizabeth McGuane, l’experte en langue d’une équipe de conception de produits à Intercom, dit que la conception doit se fondre dans l’arrière-plan de nos vies. Les moteurs de recherche, les assistants virtuels, et les autres applications doivent fonctionner davantage comme des outils, comme un brave marteau traditionnel. Dans l’ idéal, nos outils technologiques devraient nous servir en silence et sans intrusion. « La vraie mesure du succès pour les concepteurs de technologie d’aujourd’hui est de faire disparaître la technologie » , écrit – elle.

Elle a pensé, un temps, que les humains appréciaient l’interaction avec les machines. Mais, en testant une conversation avec un bot, son équipe de conception a été surprise de constater que le discours de la machine irrite profondément les utilisateurs.

Elle explique: « En tant que spécialiste de la langue dans la conception de produits, nommer les choses fait partie de mon travail. Lorsque nous avons commencé à itérer un bot au sein de notre produit de messagerie, je me suis mise à réfléchir à des centaines de noms. Sexué, non sexué, fonctionnel, etc. « Mais avant que l’équipe ne puisse poser un nom parfait, ils ont découvert quelque chose d’inattendu: rien ne semblait changer le fait que les gens détestaient la machine à partir du moment où ils pouvaient leur parler, et particulièrement quand ils utilisent un prénom.

Dans les tests, le robot lui-même est présenté à ses utilisateurs comme si il était une personne, en disant: « Salut. Je suis Bot, assistant numérique Intercom. « Les gens détestaient. Ainsi, l’équipe a essayé toutes sortes de changements, ce qui a rendu le robot plus timide, ou plus convivial, en utilisant différentes voix et différents noms. « Mais nous n’avons pas vu beaucoup de changement. Ce fut seulement quand nous avons supprimé le nom et enlevé le pronom personnel que l’introduction à la chose a commencé à s’améliorer. Le nom, plus que tout autre facteur, a causé des frictions. »

« Nous avons appris que donner une identité à un bot n’est pas idéal. Appeler un bot Siri n’a pas nécessairement le même effet de renforcement de la relation que d’appeler votre voiture Sara,  » expliaue McGuane. Une grande partie de cela est due à la nuance entre parler et dactylographier. Parler a un effet humanisant, et selon des recherches récentes, quand les gens entendent quelque chose, ils sont plus enclins à en faire l’attribution à un créateur humain. Ainsi, la voix a un effet humanisant sur la technologie. « Mais ce qui est humanisant peut également être irritant. Nous pouvons trouver beaucoup plus épuisant, comme les humains, de dire « OK Google » 75 fois par jour plutôt que d’ouvrir silencieusement un ordinateur portable et faire sa recherche « , selon McGuane.

McGuane a donc vu les choses différemment à propos de la conception de la technologie. Maintenant, elle croit que nous ne devrions pas sentir l’interaction avec les machines du tout. Elle dit que Siri et Alexa -les personnalités derrière Apple et Amazon, les assistants personnels automatisés- font un travail décent de rester « en arrière – plan », mais si ils étaient encore plus silencieux, ils seraient plus plus efficaces.

Les concepteurs qui travaillent sur des technologies liées à la langue doivent apprendre à mieux effacer leur travail, fait valoir McGuane, et la fabrication d’outils invisibles et intuitifs à utiliser devrait faire que nous ne les remarquons pas du tout. « Les noms et l’identité élèvent l’interaction avec les outils », dit-elle. « Ils nous font voir l’outil dans toute sa gloire virtuelle, et le placent dans un contexte entièrement différent pour la personne qui l’utilise et, en vérité, ce n’est pas toujours une relation que la personne demande ou apprécie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.