Les scientifiques détournent les coquilles d’œufs en dispositifs de stockage de données écologiques

Marcher sur des oeufs ? Pas ces scientifiques. Une équipe du Guizhou Institute of Technology travaille sur un moyen de transformer les sous-produits (comme la coquille d’oeuf) en un dispositif de stockage de données qui pourraient ouvrir la voie à des ordinateurs écologiques.

L’appareil lui-même utilise ce qu’on appelle la mémoire à accès aléatoire résistif, ReRAM pour faire court, un système de mémoire à haute densité mais peu consommateur d’énergie. Au lieu de stocker une charge, comme la mémoire, ReRAM fonctionne en créant une résistance électrique à travers un matériau à l’état solide diélectrique qui transmet la tension sans la conduire, servant essentiellement comme un isolant.

egghsell-1-1-1020x610

memory-chip

Il se trouve que les coquilles d’œufs ont une « grande mémoire résistive de commutation » ,comme les scientifiques l’ont noté dans le numéro de Février 2017 du Current Applied Physics, où ils ont publié leurs résultats.

Mais ne commencez pas à coller des coquilles d’oeufs dans votre port USB pour l’instant. Pour créer le dispositif, il faut pulvériser d’abord les coquilles pendant des heures en une poudre ultra-fine, à l’échelle nanométrique, puis la dissoudre alors en solution.

La pâte ainsi obtenue, déposée sur un substrat, devient la portion d’électrolyte d’une puce mémoire, qui est la partie qui porte la charge électrique.

Le dispositif à base de coquille d’oeuf a été capable d’écrire 100 bits de code binaire dans sa mémoire avant qu’il ne tombe en panne. La promesse est là.

« Cette découverte prévoit la possibilité d’un faible coût écologique et l’application durable des matériaux dans le dispositif de stockage non volatile de la prochaine génération », a déclaré les scientifiques. Egg -citing.

Via New Scientist

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.