Depuis le premier iPhone, chaque smartphone est devenu une petite tablette. Philippe Starck et Jérôme Olivet montrent comment cela pourrait changer avec l’IA.

Vous êtes-vous déjà demandé s’il y aurait un « prochain iPhone » prévu (cette année on attend quelque chose pour ses 10 ans), quelque chose que l’entreprise aurait prévu pour revisiter la conception industrielle standard de cette mini-tablette que vous tenez fidèlement en main (si vous êtes adepte invétéré).
Certains s’attendent depuis des années à ce que l’iPhone devienne simplement une surface standard pour le future, comme si on pouvait supposer que cette conception devienne juste intemporelle.

Et pourtant, quelques années plus tard, nous ne tapons déjà plus sur des boutons et des touches. Nous parlons d’assistants IA comme Google Home – on prévoit déjà que ces personnalités robotiques ne se contenteront plus seulement de répondre à nos questions, mais pourront automatiquement résoudre des problèmes et de manière proactive s’insérer dans notre quotidien. Dans ce monde, dans lequel nous pouvons déjà communiquer avec des logiciels plus intelligents par tellement de nouvelles façons, avons-nous encore besoin de faire un outil chargé avec des dizaines d’applications différentes ?

Selon les designers Philippe Starck et Jérôme Olivet, non. Le duo a présenté un nouveau concept convaincant appelé Alo pour la marque d’électronique Thomson. En vedette sur Dezeen, Alo est comme l’iPhone pour un monde post-iPhone.

Plutôt qu’un rectangle, Alo est un croissant. Seul le noyau est en aluminium, tandis que l’extérieur est en, ce qu’ils appellent un matériau « gélatineux » qui fournit une rétroaction haptique à l’utilisateur, y compris les vibrations et la chaleur. Mais l’interface d’entrée principale de Alo est invisible. Au lieu de compter sur un écran tactile, il écoute votre voix et vous regarde à travers une caméra. Pour jouer les médias, il projette un hologramme 3D.

Bien que cela puisse, à première vue, sembler n’être rien d’autre qu’une prise sensationnelle sur l’avenir, Starck et Olivet ont effectivement présenté une nouvelle idée du futurisme. Quelle est la bonne conception, si ce n’est celle qui dépouille l’inessentiel ?

Et dans un monde entraîné par l’IA qui est en permanence dans l’observation, et l’écoute, n’est-il pas raisonnable de supposer que nous pourrions profiter de cette occasion pour nous débarrasser au moins de quelques-uns de ces écrans qui prolifèrent dans nos vies?

Bien sûr que c’est plausible. Cependant, Alo semble négliger une chose importante: nous faisons beaucoup de choses très privées sur nos smartphones, comme vérifier nos comptes bancaires pour communiquer des informations sensibles, voire intimes. Il semble que Alo soit capable de gérer certaines de ces situations en utilisant l’eye-tracking (peut-être une auto-suppression des données sensibles ou un cryptage d’informations que nous seuls pourrions comprendre…). Par contre, reste le gros problème d’avoir à demander à voix haute si notre prescription contre les hémorroïdes est toujours à jour… Alors peut-être qu’un langage secret devra être imaginé pour communiquer de façon privée avec Alo ?

Dezeen

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.