Comment héler un taxi n’importe où dans le monde ?

Cela ressemble à un problème mathématique scolaire du genre comment aller du point A au point B quand on est à l’étranger. Quand vous êtes dans une nouvelle ville, en voyage, ce genre de problème peut impliquer des calculs sérieux. Si vous êtes trop fatigué ou nerveux pour essayer le métro local ou la ligne de bus, il est tentant de sauter dans un taxi pour traverser la ville. Il y a 196 pays dans le monde et la plupart d’entre eux ont leurs propres normes en matière de héler un taxi.

Les villes ont tendance à tomber dans deux catégories : celles où vous levez simplement votre bras en l’air et attendez qu’un taxi s’arrête, et les autres où vous devez appeler un taxi à l’avance et tout organiser. Bien sûr , vous ne pouvez pas savoir qui est qui jusqu’à ce que vous vous trouviez à l’aéroport là-bas. Voilà pourquoi ce guide est bien utile. Nous avons examiné les 25 destinations les plus populaires sur Trip Advisor pour faire un guide pratique pour héler un taxi.

Voici comment héler un taxi dans les 25 des destinations les plus populaires dans le monde entier:

La ville de New York

frank-kohntopp-130291

Le Yellow Cab est une chose emblématique de New York City paysage, mais en héler un est un art qui prend des années à maîtriser. L’astuce: trouver un taxi avec la bonne lumière qui brille depuis son toit. Plus précisément, vous en cherchez un avec juste le numéro du centre éclairé et rien d’autre. Si aucun des voyants n’est allumé, c’est qu’il est déjà occupé, et si toutes les lumières sont allumées , il est probablement hors service, mais vous pouvez toujours essayer.

Sydney, Australie

alex-wong-46432

Selon le guide de T + L , les taxis peuvent être hélés dans la rue à Sydney, mais il est recommandé de naviguer dans la ville à pied pour voir les plus beaux paysages. Si vos pieds sont trop fatigués de marcher entre Central Business District et Darlinghurst dirigez-vous vers Bondi Beach, il y a aussi des stations de taxis autour de la ville, selon le site Web de Sydney.

Barcelone, Espagne

dennis-van-den-worm-97965

Si naviguer en métro dans Barcelone semble ardu, prenez un des nombreux taxis qui sillonnent les rues. Il suffit de regarder pour une borne de taxi et de faire la queue jusqu’à ce qu’une voiture soit disponible, sinon vous pouvez héler un taxi vide dans la rue en agitant votre main en l’air. Pour plus d’ informations, visitez le site de Barcelone : site officiel .

Buenos Aires, Argentine

marcela-r-209723

Comme dans la plupart des grandes zones urbaines, Buenos Aires a un réseau de taxis animé sur ses principales rues et avenues. Recherchez un des distinctifs taxis noirs et jaunes de la ville avec une lumière rouge où est écrit « LIBRE » avec le bras en l’air. Les Radio Taxi sont les plus communs, selon Wander Argentine, et vous pouvez appeler la compagnie et commander un taxi radio à l’avance.

Istanbul, Turquie

yns-plt-149181

Les rues d’Istanbul sont remplies de taxis jaunes lumineux, tous marqués par un signe sur le toit qui se lit « taksi« . Assurez-vous que le taxi a un compteur. Bien qu’il soit facile de héler un taxi dans la rue, mieux vaut être prêt à payer en espèces, parce que « les conducteurs ont rarement beaucoup d’espèces. »

Londres, Royaume Uni

arvydas-venckus-112700

Comme tout visiteur peut vous dire, les taxis noirs sont des lieux communs autour de Londres et, contrairement à certaines destinations (comme New York City), il est facile de dire si oui ou non un taxi est disponible. Par expérience personnelle, c’est tout simplement une question de voir à travers le brouillard et la pluie le mot « TAXI » allumé. Cela signifie que le taxi est disponible, lorsque la lumière est éteinte, il est non disponible. Les taxis noirs sont tenus d’être accessibles aux fauteuils roulants, selon Visit London, ce qui le rend plus facile pour tout le monde le déplacement dans la ville. De plus, les chauffeurs de taxi londoniens doivent passer un test complet de la géographie de Londres, appelé The Knowledge, pour obtenir leur licence, ils connaissent généralement chaque allée, rue, et point de repère.

Mexico, Mexique

scott-umstattd-93198

Prenez un Uber ou faites appeler votre hôtel un sitio taxi, sinon vous pouvez prendre place dans un turismo taxi, qui généralement vient vous chercher, vous attend, et vous ramène à votre hôtel. Si vous prenez un taxi, inutile d’en héler un dans la rue, rendez-vous plutôt à l’une des stations de taxis. Une fois dans la voiture, faites attention à l’ endroit où le conducteur va, assurez-vous qu’il y a un compteur, et prenez des petites factures. Selon un expert L T, une autre option est de prendre une voiture privée ou de prendre le métro. Pour les dernières informations de sécurité, aller sur travel.state.gov.

Marrakech, Maroc

kees-kortmulder-119965

Selon le guide T + L, pour un court voyage, optez pour un petit taxi avec un drapeau dans la rue plutôt que dans un hôtel, vous aurez plus de chances d’économiser un peu d’ argent. Pour une excursion, réservez un grand taxi par votre hôtel.

Paris, France

alice-donovan-rouse-171566

Par expérience personnelle, quand vous voulez prendre un taxi pour vous déplacer du Marais aux Tuileries, prenez le premier taxi dans la rue qui attendent en ligne, ou tout simplement hélez un taxi dans la rue comme vous le feriez dans une autre grande ville. Pour vous assurer que vous êtes dans un taxi légitime, chercher un sigle taxi Parisien sur le toit, le compteur, et une plaque d’immatriculation indiquant que c’est un taxi.

Siem Reap, Cambodge

sven-scheuermeier-102292

Si vous cherchez à profiter de la beauté incomparable des temples de la ville du Cambodge, Siem Reap, la meilleure façon d’y arriver est de louer un taxi à l’aéroport ou à votre hôtel pour environ 20 $ – 25 $ par jour. Soyez prêt: de nombreux taxis ajoutent un supplément de 10 $ par jour pour aller au temple le plus éloigné, Banteay Srei.

Tokyo, Japon

redd-angelo-157518

Il est facile de repérer les taxis de Tokyo quand ils traversent les rues de la ville. Les taxis verts omniprésents sont partout et en héler un est assez simple. Les feux verts signifient la voiture est prise, alors cherchez un taxi avec une lumière rouge à l’avant de la voiture et le kanji pour « ku-sha » ou « voiture vide », selon Time Out. Ensuite, agitez tout simplement votre main pour saluer le conducteur et il se rabattra vers vous et la porte s’ouvrira automatiquement. Dans le cas où votre chauffeur ne parle pas anglais, assurez-vous d’avoir votre adresse écrite avec le numéro japonais et un téléphone, si possible.

Lisbonne, Portugal

david-marcu-158231

Si vous êtes allés explorer les musées de Belém toute la journée, et que vous voulez prendre le déjeuner à Sea Me dans le Chiado, vous aurez probablement envie de prendre un taxi en raison des nombreuses collines de la ville. Heureusement, il y a des taxis partout à Lisbonne et ils peuvent facilement être hélés dans la rue. Uber est également une option populaire. Cela dit, selon T + L, les « trains historiques, comme le Tram 28, fait le voyage du Bairro Alto à Graça et sont parfaits pour faire du tourisme. »

Bangkok, Thaïlande

sven-scheuermeier-102293

Il est facile de prendre un des taxis aux couleurs vives à Bangkok, mais il faut être prêt à négocier sur le prix avant de partir. Si vous ne vous sentez pas de jouer le jeu « mon compteur est cassé » avec votre chauffeur de taxi, en particulier en partant de l’aéroport, pensez à réserver un taxi via des applications comme Easy Taxi, Grab Taxi et Uber qui ont également lancé une version moto de leur programme appelé UberMoto. Sinon, demandez à votre hôtel, ou prenez un tuk tuk. Quel que soit le mode de transport que vous choisissez, retenez que ce sont les taxis en tête de la liste des « plus dangereuxs » selon une enquête récente, bien que les chauffeurs soient classés comme les plus sympathiques, aussi.

Rome, Italie

alex-blajan-196841

Pour obtenir un taxi à Rome, demandez à votre hôtel pour avoir un taxi, sinon utilisez une application comme Uber, ou trouvez un des taxis omniprésents dans la ville. On les identifie par un grand panneau orange où ont lit « Taxi ». Assurez-vous de prendre seulement les taxis autorisés avec un compteur et l’emblème de la Ville éternelle marqué par les lettres « SPQR. » Par expérience personnelle, sachez que les héleurs de taxis, même vétérans peuvent tomber sur des chauffeurs de taxi filous qui prennent des voies détournées pour faire grimper le prix de la course. Et faites savoir si vous commencez à avoir des doutes sur la route. Menacez d’appeler (ou de faire appeler) les carabinieri. Alternativement, T + L suggère de voir la ville à pied ou en prenant le métro.

Budapest, Hongrie

larisa-birta-37925

Après une journée de visites à pied, vous pouvez prendre un taxi pour vous emmener sur le Danube qui sépare les villes jumelles de Buda et Pest. Selon le site Web de la ville, les taxis sont marqués avec le mot « taxi » et ont une plaque d’immatriculation jaune (par opposition aux plaques blanches pour les civils). Le site note également que votre hôtel peut appeler un taxi pour vous, ce qui est moins cher que d’en héler un dans la rue.

Katmandou, Népal

christopher-burns-198263

Si vous êtes à la recherche d’un taxi au Népal, vous aurez plus de chance dans les grandes villes comme Katmandou et Pokhara. Les taxis peuvent être hélés dans la rue, ou votre hôtel peut en appeler un pour vous. Les taxis peuvent avoir un compteur, mais mieux vaut négocier le prix à l’avance. Selon Rough Guides, le meilleur pari pour le transport à Katmandou est de louer un taxi pour une journée entière, ce qui coûte environ 2200 roupies népalaises, ou 20 $ US environ.

Cusco, Pérou

ashim-d-silva-100978

Cusco est rempli de taxis désireux d’aider les touristes à faire le tour de la ville pour un prix relativement bas. Les taxis peuvent soit être hélés dans la rue ou les hôtels peuvent appeler un taxi officiel pour les voyages à l’aéroport, de la gare, ou encore vers la Vallée Sacrée. Selon le T + L Guide, le taxi n’est pas cher depuis la gare de Cusco si vous vous dirigez vers le Machu Picchu, qui est en fait dans la ville voisine de Poroy. Ils avertissent que les voyageurs doivent ajouter « au moins une heure pour aller du centre de Cusco à la gare » parce que le trafic peut être dense.

Saint-Pétersbourg, Russie

saint-petersburg-1

Selon le site Web de Saint-Pétersbourg, les voyageurs devraient avoir leur hôtel qui peut appeler une compagnie de taxi de bonne réputation (vous pouvez trouver une liste ici). Le tarif sera calculé lorsque vous réservez le voyage, mais attendez-vous à un tarif minimum de l’ordre de 10 $, qui couvre le premier 5 km. Le site ne recommande pas de héler une voiture dans la rue,  » à moins que vous ayez un bon russe et une connaissance raisonnable de la ville. »

Le Cap, Afrique du Sud

clinton-naik-200638

Alors que les taxis sont faciles à héler dans les rues animées de Cape Town, selon T + L  » la plupart des Capetonians ne jurent maintenant plus que par Uber comme moyens de transport pas cher et sécurisant. Téléchargez l’application Uber et mettez en place votre profil avant de faire partir à la découverte du Cap.

Amsterdam, Pays-Bas

Le Site d’Amsterdam indique que les taxis prendront les voyageurs d’une ville néerlandaise majeure pour un taux fixe. Si vous vous dirigez vers le centre-ville d’Amsterdam, prenez un taxi officiel à l’aéroport (reconnaissable par leurs lumières sur le toit et les plaques d’immatriculation bleues). Le trajet coûte à taux fixe environ 39 euros, bien qu’il puisse y avoir des frais supplémentaires pour les bagages, la conduite de nuit, ou le voyage les jours fériés. Dans la ville, selon le site d’Amsterdam, il y a un art de héler le taxi néerlandais. En raison des vélos et la circulation des piétons, les taxis ne peuvent pas s’arrêter tout simplement partout.

Hong Kong, Chine

dan-rinon-178153

Selon l’office du tourisme de Hong Kong, « les taxis sont nombreux dans Hong Kong. Ils peuvent généralement être hélés dans la rue (sauf dans des zones restreintes) ou appelés par téléphone. Tous sont relativement pas cher, climatisés et propres ». Uber est également une option facile pour les voyageurs à Hong Kong, en particulier si vous essayez d’aller au port, parce qu’il peut être difficile de convaincre les chauffeurs de taxi de traverser le port ».

Prague, République Tchèque

ryan-lum-2708

Prague est une ville enchanteresse pleine de merveilles architecturales à voir à pied. Par fatigue, cependant, vous pourriez être tenté de prendre un taxi. Soyez avertis, les « taxis à Prague sont généralement peu coûteux, mais ils sont connus pour duper les touristes ». Au lieu d’en héler un dans la rue, appelez un service de radio taxi tels que AAA Taxi, ou HALOTAXI, sinon embauchez un chauffeur pour la journée.

Dubaï, Emirats Arabes Unis

arham-awan-194801

Tout au long de l’année, il fait trop chaud pour marcher à Dubaï, donc la population locale soit va dans le métro ou prend un taxi. Selon le T + L Guide Dubai,  » les taxis sont le mode de transport le plus populaire et omniprésent. Il y a un taux forfaitaire obligatoire de 3 $ (des services de taxi pour femmes seulement sont également disponibles) ». Vous pouvez également commander un chauffeur dans le luxueux Burj Al Arab Jumeirah où une flotte de Rolls Royce seront disponibles. Pour un frisson pas cher (une rareté à Dubaï) sautez dans un taxi-boat motorisée (abra en arabe) pour traverser la crique de Dubaï.

Hanoi, Vietnam

linh-pham-215262

Une fois que vous avez volé à travers le monde, vous êtes prêt à explorer Hanoi. Demandez à votre hôtel d’appeler une compagnie de taxi de bonne réputation pour vous. Selon Frommer, il y a beaucoup de taxis dans les quartiers touristiques populaires et en dehors des principales attractions de Hanoi. Une fois dans le taxi, assurez-vous que le comteur est allumé et qu’il fonctionne correctement. Même si vous payez cher une fois, gardez à l’ esprit que Hanoi est toujours l’un des plus lieux de vacances les plus abordables dans le monde.

Ubud, Indonésie

shawn-ang-180148

Il n’y a pas de système de taxi réel à Ubud, selon Lonely Planet, mais les hôtels peuvent organiser un transport privé, ou vous pouvez essayer de négocier avec des chauffeurs dans la rue. Si vous volez pour Bali, Trip Advisor dit qu’il n’y a qu’un seul taxi qui est autorisé à faire la trajet pour l’aéroport : à l’aéroport Ngurah, les Rai Taxi. Les frais de l’aéroport sont fixes et assurez-vous de chercher les « gars en chemises à motifs bleus » car ce sont les seuls pilotes officiels de taxi.

Bon voyage, et si d’autres destinations méritent un commentaire sur l’art de héler un taxi, commentez !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.