Voici la conception qui pourrait bien être le supermarché du futur

L’espace de vente au détail a été conçu par un professeur du MIT pour être le premier magasin entièrement en réalité augmentée.

Lorsque vous prenez un légume dans votre supermarché local, vous ne pouvez guère juger plus que de sa maturité. De ses origines sur l’arbre aux traitements chimiques qu’il a reçu durant sa culture, une grande partie de la durée de vie du produit de la ferme à la table est caché au consommateur. Dans un effort pour faire de l’achat d’articles en épicerie un processus plus transparent, le professeur au MIT, Carlo Ratti Associati, aux côtés du Senseable City Lab, ont réinventé ce à quoi le shopping en supermarché pourrait ressembler dans un avenir pas trop lointain grâce à un design baptisé de manière appropriée le « supermarché du futur« . Après avoir été repris par Coop coopérative des consommateurs italiens – qui exploite la plus grande chaîne de supermarchés en Italie – la première épicerie de son genre a ouvert à Milan le mois dernier, avec des plans d’expansion au-delà de l’ Italie pour l’avenir.

foods-made-from-the-same-ingredients-are-paired-together-for-example-grapes-are-next-to-the-wine-and-fresh-tomatoes-sit-next-to-canned-tomatoes

Lorsque vous entrez dans le supermarché de l’avenir, la première chose que vous remarquerez c’est que la nourriture n’est pas organisée comme dans votre épicerie habituelle. Au lieu de cela, les aliments fabriqués avec les mêmes ingrédients sont mis en ensemble. Pensez-y plus comme une disposition compartimentée de saveurs. Les raisins peuvent être trouvés à côté des vins, tandis que les tomates fraîches et le ketchup sont rangés dans un allée séparée.

above-the-produce-there-are-long-reflective-screens-2

Au-dessus du produit, de longs écrans réfléchissants peuvent captér par des détecteurs de mouvement intégrés et des capteurs Microsoft Kinect les gestes du client. Lorsqu’il vérifie si le produit est bio, le miroir affiche toutes les données qui lui permettront de choisir ces poires bio ou les poires asiatiques : est-ce que des pesticides ou des engrais ont été utilisés dans la production, quelles données nutritionnelles, les prix, les allergènes potentiels, et les détails du voyage de l’élément jusqu’à l’étalage. Ailleurs dans le magasin, un long mur avec 54 moniteurs  met en évidence les produits les plus vendus au quotidien et offre des suggestions de recettes pour ceux qui cherchent à mettre plus de créativité dans la cuisine.

designed-by-mit-and-built-by-italian-grocery-giant-coop-the-first-supermarket-of-the-future-recently-opened-in-milan-1

Non seulement Ratti est convaincu que les données peuvent aider les consommateurs à prendre des décisions éclairées sur leurs habitudes alimentaires. Il suppose aussi que les visualisations environnantes l’aideront à quantifier un grand nombre de choix pour les acheteurs et les encourager à rester dans le magasin un peu plus longtemps. Pour avancer cela, les éléments sont affichés sur des étagères plus petites, à hauteur d’épaule – de façon à ce qu’un consommateur moyen puisse échanger avec d’autres personnes à travers les rayons. Ce projet illustre une tendance émergente qui entoure la plupart des détaillants de briques et de mortier dans l’économie d’aujourd’hui, qui consiste à passer de la simple vente d’objets sur une étagère, vers la promotion d’expériences qui établissent des relations de marque-à-client dans l’espoir d’achats répétés.

MIT Senseable City Lab

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.