Votre opinion sera toujours partiale, mais voici ce qu’il faut faire vis à vis de cela

Rien de tel qu’une rétroaction objective. Mais plutôt que d accepter en silence cette réalité et d’essayer d’être aussi objectif que possible, sachant que nous allons vite être à court de ressources, il est souvent préférable d’adopter l’approche inverse. Pourquoi ne pas commencer par la reconnaissance que de toutes les façons , nous ne sommes pas objectifs ? De cette façon, le destinataire au moins comprend d’emblée où vous voulez en venir et peut remettre en question votre point de vue en conséquence.

Parce que voici la chose: nous sommes toujours biaisés. Au contraire, notre rétroaction est un ensemble très subjectif de pensées éclairées par un large éventail d’influences, qui vient de notre éducation, de notre culture,de notre sexe, etc.

Mais l’idée de donner une rétroaction utile ne doit pas sembler si ardue du fait qu’elle est inévitable. Voici comment on apprend à donner une meilleure rétroaction, non pas en dépit des préjugés, mais grâce à eux.

RECONNAISSEZ VOS PRÉJUGÉS (Y COMPRIS CEUX QUE VOUS NE CONNAISSEZ PAS)

Certains de vos préjugés sont vraiment évidents pour vous  -comme la façon dont vous pouvez légèrement favoriser quelqu’un ou quelque chose qui vous est proche ou pour lequel vous êtes sensible. Mais les influences moins évidentes sont pernicieuses. Une façon de les syntoniser est d’apporter un bloc-notes en réunions et de noter tout ce qui vous fait tressaillir ou génère de l’anxiété. Chaque moment, chaque sujet qui active automatiquement une résistance avant que l’orateur ait même fini.

Une autre méthode consiste à vérifier votre liste inachevée de to-do: quels éléments restent en suspens pour vous ? Gardez un répertoire courant des interactions liées au travail, des idées et des expériences face auxquelles vous résistez le plus, et des modèles commenceront à émerger. Peut-être que vous allez remarquer que vous êtes plus critique envers une proposition parce que votre équipe devra gérer la logistique. La personne pourrait influer sur votre capacité à écouter et à fournir une rétroaction à l’idée.

Une fois que vous connaissez vos influences évidentes et moins évidentes, vos préjugés deviendront assez clairs. Ces biais sont en constante évolution en fonction des expériences quotidiennes et des informations que nous consommons. D’autres biais, par leur nature même, ne sera pas évidents pour nous, ces « préjugés inconscients » vous influencent aussi. Mais pendant que vous travaillez sur vos autres « points faibles », gardez à l’ esprit qu’il y a des « zones aveugles » dans votre esprit que vous n’allez probablement pas découvrir du tout. Vous avez besoin de reconnaître leur existence, même si vous ne pouvez pas leur donner de substance.

DÉCLAREZ VOS PRÉJUGÉS AVANT DE DONNER VOTRE FEEDBACK

 

Avant de rejeter une idée ou d’affirmer qu’elle est mauvaise, commencez en déclarant ouvertement vos a priori, vos influences et partis pris – « ce que je cherche et pourquoi je le cherche » – avant même d’aborder le jugement de l’idée. Les critères et le cadre de réception d’une idée participent évidemment à son accueil, ou son rejet.

Informez vos interlocuteurs des facteurs qui régissent vos opinions. De cette façon, ils ont le contexte pour les interpréter.

Ceci est mon feedback, et la raison pour laquelle je me sens de cette façon s’explique parce que j’ai eu ces expériences. Voilà ce que je pense, et la raison pour laquelle je pense ainsi.

Que le destinataire prenne en compte ou non la rétroaction de vos préjugés importe peu, il y a de toutes évidences quelque chose de précieux avec la franchise.

DE MEILLEURS COMMENTAIRES

À l’autre extrémité, nous avons aussi des préjugés quand nous recevons des commentaires. Nous pouvons lutter pour accepter les commentaires parce que nos expériences (préjugés) nous influencent dans un sens. Nous avons tendance à nous irriter émotionnellement face à des opinions qui ne cadrent pas avec nos propres cadres, même si nous pouvons comprendre d’où elles viennent.

Nous donnons souvent un poids supplémentaire à la rétroaction des personnes ayant autorité, que ce soit un patron, un mentor ou investisseur potentiel. Voilà une influence dont nous avons besoin de nous libérer afin de mieux exploiter les commentaires d’un large éventail de sources. Lorsque nous comprenons que tous les commentaires, peu importe d’où ils viennent, sont biaisés, il est plus facile de les regarder de façon critique.

C’est la première étape vers le traitement de l’information de manière plus efficace, en sachant très bien que les attitudes subjectives, les croyances et les hypothèses jouent un rôle des deux côtés de la table. Mais au moins, tout mettre sur la table, donne la certitude qu’il n’y a rien de caché.

1 commentaire sur “Votre opinion sera toujours partiale, mais voici ce qu’il faut faire vis à vis de cela”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.