Voici le design d’Apple comme jamais vous ne l’avez vu ! Réfléchissez-y maintenant…

Dans 5000times, la conceptrice Isabel Mager visualise les tâches répétitives effectuées par les personnes qui mettent en commun les iPhones et les iPads.

Peu d’utilisateurs d’iPhone se rendent compte que quand ils prennent une photo qu’il y a quelqu’un dans une usine à Shenzhen, en Chine, qui passe des journées entières à vérifier la qualité de l’image. Selon une analyse par la designer néerlandaise Isabel Mager, un ouvrier d’usine aura 3.600 images par jour à vérifier. Le voisin de ce travailleur pourrait avoir la tâche de rassembler des pièces de téléphone, une tâche répétée 2.160 fois par jour, ou faire des zones de marquage pour l’assemblage, en moyenne 4800 fois par jour. Une fois assemblé, les iPhones exécutent les tâches les plus élémentaires pour nous, mais leur production est presque entièrement réalisée par des mains humaines.

Grace à de séquences vidéo en ligne à l’intérieur de Foxconn, le fabricant qui assemble les iPhones et les iPads d’Apple à Shenzhen, Mager a récolté ces chiffres et ceux de six tâches effectuées manuellement juste pour l’assemblage de l’ensemble de nos appareils de haute technologie les plus répandus. Elle a ensuite visualisé le processus en vidéo appelé 5000times, présenté maintenant à la Science Gallery à Dublin dans le cadre de l’exposition Humans need not apply. Mager demande aux utilisateurs d’examiner les travailleurs humains derrière le dispositif qui passent de longues journées à effectuer une tâche  répétitive et fastidieuse.

Les chiffres que Mager représente dans sa vidéo sont des estimations. Foxconn, qui sert également des sociétés électroniques grand public comme Dell, Motorola et Sony, est notoirement discret sur ce qui se passe à l’intérieur de son usine. En 2010, une série de suicides des travailleurs de l’usine de Foxconn a attiré l’ attention des médias sur les conditions de travail lamentables en usine. Depuis lors, plusieurs études de l’industrie et le journalisme d’investigation ont fait un rapport sur le fonctionnement interne, mais il n’y a pas encore beaucoup d’ informations sur ce qui se passe exactement pour les travailleurs chaque jour. « J’ai commencé mes recherches parce que je pensais que s’il y avait tant de gens dans ces usines, quel était leur travail exactement ? » dit Mager. « N’est-ce pas quelque chose qu’un robot peut faire? »

En démontant un MacBook Pro, elle remarqua immédiatement des morceaux e jaune vif de ruban Kapton à l’intérieur de l’appareil. La bande est couramment utilisée sur les cartes de circuits comme isolant afin qu’il n’y ait pas d’interférence avec d’autres appareils. Les morceaux de ruban à l’ intérieur de l’ordinateur de Mager ont été coupés en tailles différentes et ils avaient le bord en zigzag d’un rouleau de ruban adhésif. « C’est quand je pensais, ‘Il y a au moins une personne dans l’usine dont le travail est de simplement placer la bande, » dit-elle.

L’information en ligne était difficile à trouver, alors Mager a commencé à chercher des vidéos mises en ligne par les quelques journalistes ou ingénieurs ayant accès à l’intérieur de l’usine. Si la vidéo met en vedette un travailleur qui effectue une tâche, Mager faisait le catalogue les étapes et comptait le temps qu’il a fallu pour les réaliser. Elle a ensuite calculé à peu près combien de fois le travailleur pouvait accomplir la tâche à cette vitesse sur une période de 12 heures. (Selon les recherches de Mager, le travail est sur 10 à 18 heures, donc elle a pris la moyenne.) Dans la vidéo, elle recrée les mouvements dans une chaîne de montage chorégraphié pour les téléspectateurs.

Mager admet qu’elle n’a pas un aperçu complet des mesures qui entrent dans la fabrication d’un iPhone ou d’in iPad, elle dit bien que les chiffres ne sont pas précis à 100%. Une ligne à la fin de la vidéo explique davantage. Le but est de visualiser le volume de travail stupide et répétitif qui est nécessaire pour la fabrication de dispositifs qui sont tellement omniprésents et intégrés dans certaines sociétés. La simplicité de la vidéo est un clin d’œil à l’esthétique d’Apple, et les mains dans la vidéo sont celles Mager. Elle a choisi de ne pas présenter des ouvriers chinois, de peur que ce soit facile pour les Occidentaux de se dissocier de ce qu’elle dénonce.

« Je ne voulais pas de influencer la subjectivité humaine dans mon travail parce que si j’ajoutait trop identité je n’aurais qu’amplifier : »Ceci est dans un autre contexte, ça ne se passe pas ici » dit-elle. « Je voulais faire ces choses dans le contexte où nous sommes, en tant qu’utilisateurs du produit et les concepteurs du produit. »

Avant l’exposition à la Galerie des sciences, Mager a également montré la vidéo à des festivals de design comme Dutch Design Week et Design Indaba. La plupart des commentaires qu’elle a obtenu ont été positifs. Alors que les conditions dans les usines pourraient être améliorée en faisant pression sur Foxconn pour faire respecter un environnement de travail plus humain, la question entourant l’assemblage manuel et les usines automatisées n’est pas aussi simple. L’élimination de milliers d’emplois de gens n’est pas forcément la meilleure option, et comme Mager le souligne, pour de nombreuses usines de fabrication de produits de haute technologie, l’automatisation du flux de travail est impossible ou rentable. Les changements technologiques si rapides permettent de former des personnes sur une variation des tâches à chaque nouvelle version de l’iPhone, plutôt que de réécrire le logiciel et installer du nouveau matériel sur les machines.

Mager continue à travailler sur le projet, et parle avec des experts dans les pratiques et les ingénieurs familiarisés aux procédures d’assemblage à la chaîne. En attendant, elle montre la ventilation des coûts d’un iPhone 6s Plus, qui se vend à 800 euros par Apple, avec le coût pour faire le téléphone, totalisant environ un tiers de ce prix. Le coût pour les salaires des travailleurs dans la construction d’un iPhone, selon Business Insider, est d’ environ 11 $, soit 2% du prix de détail final. Prenant un chiffre d’ABC News, qui rapporte que près de 325 personnes travailleront sur un iPad, Mager estime au moins que beaucoup de gens travaillent sur l’iPhone 6s Plus.

Voilà dans quelle mesure ces 11 $ de salaires se retrouvent par appareil. Pas beaucoup d’utilisateurs remarquent tout cela dans le prix d’un iPhone, mais pour les travailleurs à l’autre bout de l’équation, leurs salaires pourraient doubler s’il y avait cette prise de conscience.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.