L’Infinitone : une toute nouvelle interface musicale qui dépasse n’importe quel instrument au monde

« Je veux être en mesure de jouer une mélodie quelconque, que j’entends dans ma tête. »

Chaque piano, du monde entier, a la même interface utilisateur: 88 touches, disposées linéairement dans un ordre normalisé, avec une série de 12 notes répétées encore et encore à des hauteurs de gammes supérieures et inférieures. Mais si vous pouviez accéder à davantage que ces 12 notes, en utilisant une interface adaptée basée sur la musique elle-même ?

Voilà ce que le compositeur et musicien Subhraag Singh a prévu de faire il y a à cinq ans pour créer un instrument de musique qui pourrait accéder aux tonalités infinies de l’octave traditionnelle, tout en le rendant facile à utiliser pour le joueur. L’instrument résultant est le bien nommé Infinitone, un instrument à vent pyramidal avec des soupapes coulissantes commandées par des moteurs contrôlés par ordinateur.

Comme un saxophone high-tech, l’ interface principale du Infinitone est un iPad, qui affiche 256 notes par octave. Son invention a récemment remporté le premier prix au Concours d’Instrument Guthman Musical à Georgia Tech.

« J’externalise les éléments mécaniques de la musique, les donne aux ordinateurs, qui conserve l’expression humaine à l’ancienne : l’âme, la vie, le souffle venu de l’instrument par la bouche et les vibrations » , dit Singh, qui a suivi une fomation comme saxophoniste de jazz . « Mais l’accord des notes est un phénomène mathématique. »

Pour les moins musicalement disposés, il est utile de penser que cette corne d’abondance des notes de musique est comme les couleurs sur un gradient. Il y a peut-être des couleurs infinies sur la roue des couleurs, tout comme il y a des tons infinis entre chaque note sur le piano. « La roue des couleurs est un peu comme l’octave musicale, » dit-il. « Je l’utilise comme un guide pour mes compositions, je l’utilise pour visualiser ce que je compose. »

Après avoir passé des années à étudier les mathématiques derrière les intervalles musicaux et la construction du Infinitone, Singh a juste commencé à composer de la musique avec elles. Ses compositions semblent bien différentes de la notation en clefs doubles que nous connaissons. Au lieu de cela, chaque note est délimitée par une couleur et une étiquette numérique qui indique une proportion qui génère l’intervalle musical. Pour jouer en direct, Singh pré-compose un morceau, puis clique sur chaque note comme il soufflerair dans l’embout buccal. Une valse  est composée d’un trio de Infinitones qui sonne à la fois tristement et avec désinvolture en même temps.

« Un musicien devrait être en mesure d’utiliser d’infinies couleurs musicales et beaucoup plus d’espace dans leurs compositions », dit Singh. « Mon objectif est que je veux être en mesure de jouer une mélodie quelconque, celle que j’entends dans ma tête. » Il considère les instruments avec des interfaces fixes, comme un saxophone, comme une limitation, et veut donner une méthode de lecture de la musique qui ne soit pas limitée par un système de réglages, par un instrument, ou un style des musiciens.

L’Infinitone lui-même est constitué d’un long tube en laiton pyramidal avec une embouchure semblable à celle d’un saxophone. Les diapositives sur le côté de l’instrument qui contrôlent le ton sont reliés à des moteurs qui sont commandés par un Arduino -lui-même relié à l’ordinateur de Singh. L’interface d’iPad qu’il utilise provient du programme Lemur, et il l’a configuré pour afficher 512 notes au moment où il compose. Il espère embaucher un programmeur pour créer une interface personnalisée pour l’instrument via une application, ce qui lui donnerait encore plus de flexibilité. Même s’il écrit un morceau qui utilise 256 notes, il peut n’utiliser que cinq notes pour un passage particulier, et Singh imagine une interface qui ne lui montre que les notes dont il a besoin à un moment donné, ce qui élimine une partie de la difficulté de jouer en faisant appel à un grand nombre de notes et d’instruments plus accessibles.

« Je peux transformer et façonner l’interface que je veux », dit-il. « Je ne suis plus limité à une interface particulière. Je n’ai plus à passer des années à pratiquer le piano pour en jouer. »

Singh est pas le premier musicien à composer en dehors de l’échelle de 12 tons occidentaux et beaucoup d’autres musiciens dans des endroits tels que l’Inde, la Chine et les cultures du Moyen-Orient utilisent des échelles qui sont incompatibles avec le piano par exemple. D’autres compositeurs ont travaillé avec des résonances et des variations entre les notes – appelées harmoniques et nuances – produisant de grands effets. Les compositions qui utilisent plus de 100 notes par octave sont possibles à réaliser en utilisant des instruments acoustiques comme le violon, mais ils sont incroyablement difficiles à maîtriser parce que les différences minimes entre chaque note peuvent être difficiles à mémoriser et à pratiquer pour les doigts humains.

Le Johnston’s String Quartet #7 utilise 1400 notes individuelles et est considéré comme le quatuor à cordes le plus difficile jamais écrit. Le célèbre Kepler Quartet a mis près de 15 ans pour maîtriser l’ensemble du Johnston quatuors à cordes.

Mais en utilisant un ordinateur pour calculer les fréquences précises de chacune des 256 notes par octave, Singh est en mesure d’atteindre un niveau de précision dans son instrument qui est incroyablement difficile à faire manuellement. Il espère recréer le travail du Kepler Quartet en utilisant l’Infinitone, et estime qu’il lui faudra beaucoup moins de temps.

« Au départ, pour les gens qui sont habitués à entendre des pianos et des guitares, cette musique que je crée peut sembler un peu étrange ou peut-être hors du temps, mais comme les oreilles commencent à gagner en flexibilité et en expérience, et mon espoir est que cela devienne très naturel, réel et beau ».

 via Infinitonic 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s