Comment l’arrogance rend malgré tout une personne désagréable fascinante ?

Urapmin, une communauté éloignée dans les montagnes de Papouasie-Nouvelle-Guinée, n’a pas d’électricité dans l’un de ses sept villages. Les gens là-bas, aussi appelés Urapmin, n’ont aucun moyen stable de gagner de l’argent. Ils construisent leurs maisons en matériaux qu’ils trouvent dans la forêt tropicale qui les entoure, et ils jardinent et chassent pour se nourrir…

Quand Joel Robbins, anthropologue, vivait là-bas, la communauté avait une population d’environ 400 personnes, et on ne parlait que de seulement quelques-unes d’entre elles, ces gens dont les gens parlent beaucoup. Un homme, nommé Kinimnok était un arrogant. Il se vantait souvent, il était fort, et sujet à des crises de colère. La plupart des Urapmin avaient tendance à garder leurs succès pour eux-mêmes, ils sont d’une nature calme, et jamais n’exprimaient ouvertement la colère, de peur d’être rejetés par les autres. Les manières de Kinimnok était tout à fait « non-Urapmin« , non-conformes.

Les Urapmin obtenaient presque toute leur nourriture de leurs jardins, qui étaient entretenus par les hommes et les femmes. Plus on travaillait, plus il était rare d’avoir faim. Les hommes chassaient aussi les marsupiaux dans la jungle, la nuit, à l’aide d’arcs et de flèches. Contrairement au jardinage, la chasse était très peu fiable – pour la plupart des sorties les hommes revenaient bredouille et les filets vides. Mais quand un chasseur réussissait, c’était une grosse affaire.

Compte tenu de la possibilité que la chasse pouvait grandement améliorer la réputation d’un homme, la tentation pour les hommes de favoriser la chasse au jardinage était grande, avec tout un folklore d’histoires de chasseurs Urapmin pour entretenir le mythe. Dans ces histoires – du type du lièvre et de la tortue – le jardinier prudent récolte plus que le chasseur vantard. Dans ces contes d’ailleurs, les Urapmin entretenaient la croyance également que les hommes chanceux à la chasse avaient inconsciemment épousé le dieu féminin qui soignait les marsupiaux. Elle faisait en sorte que son nouveau mari remporte beaucoup de succès à la chasse. La première fois qu’un chasseur revint vainqueur il eu un accident et supposa que l’esprit marsupial l’avait maudit, et il arrêta de chasser pendant un certain temps.

Kinimnok était un chasseur accompli. Il chassait tout le temps, il négligeait le travail des jardins, et si parfois il échouait, il proclamait que l’esprit marsupial le pourchassait constamment pour le tuer. Aucun autre homme Urapmin se comportait ainsi.

Alors qu’il était permis aux hommes Urapmin d’avoir plus d’une femme, Kinimnok était en fait le seul homme qui était marié à deux femmes. Sa plus jeune femme était la fille de son autre femme plus âgée, et Kinimok l’avait élevée comme son propre enfant depuis l’enfance. Ces faits n’ont fait qu’amplifier ce que les gens pensaient de Kinimnok : que c’était un étrange personnage qui s’était égaré au-delà de ce que la plupart des Urapmin considéraient comme acceptable.

Durant sa première année à Urapmin, l’anthropologue trouvait que Kinimnok était autoritaire et désagréable, comme tout le monde devait le penser. Mais quand il a menacé de tuer l’homme que les Urapmin avait choisi pour les représenter comme chef à l’extérieur, beaucoup de gens ont commencé à craindre que le gouvernement allait condamner Kinimnok. Malgré le consensus sur son sort, la perspective de son retrait avait été accueillie avec beaucoup de tristesse.

L’effusion de douleur sur le retrait possible de Kinimnok de la communauté a stupéfait Robbins. Il voulut réévaluer la popularité de Kinimnok, qui était jugé comme menaçant et aux colères imprévisibles par la plus large partie de la communauté Urapmin. En commençant à demander aux gens qui était leur « favori » à Urapmin, tous les gens répondaient : Kinimnok. Kinimnok, cette personne qui, à un moment ou un autre avait à peu près scandalisé tout le monde, s’avérait pourtant être l’une des personnes les plus populaires dans la communauté.

Une fois parti d’Urapmin, l’anthropologue à essayé de comprendre pourquoi Kinimnok était si populaire parmi son peuple, et, récemment, il trouva la réponse.

Les Urapmin voyaient Kinimnok comme un homme (‘volontaire’ futebemin . Il faisait ce qu’il voulait, sans égard pour les autres. Les Urapmin jugeait qu’il était parfois important que les gens soient volontaires. Il en est ainsi, disaient-ils, parce que les gens doivent parfois secouer les autres un peu rudement pour les inciter à faire de nouvelles choses comme des mariages, des parties de chasse ou créer des groupes de jardinage. Les Urapmin, cependant, avaient tendance à penser qu’une petite obstination pouvait faire avancer et emmener vers du mieux. Ils appréciaient également la qualité qu’ils appellent « légalité » (de awem) – une volonté de préserver les choses comme elles sont, plutôt que de créer quelque chose de nouveau, et de répondre aux obligations sociales qu’ils on a déjà.

La plupart des Urapmin passent leur vie à essayer de trouver un équilibre entre le caractère délibéré et la légalité. Entre les deux valeurs, la plupart des gens ne vont jamais complètement en faveur de l’un ou l’autre complètement, et en même temps, ils ne manquent jamais de répondre à chacun d’eux de manière partielle. Kinimnok devait captiver les autres Urapmin parce qu’il leur montrait ce caractère volontaire dans sa forme la plus complète et assumée. La plupart d’entre eux n’auraient jamais pu le suivre dans son obstination si absolue, mais ils ont vu en Kinimnok à quoi la détermination ressemblait quand il était pleinement et librement exprimée.

Dans toutes les sociétés, tout comme avec les Urapmin, les gens ont tendance à équilibrer les valeurs qui ne sont pas entièrement compatibles entre elles. Les valeurs qui entrent en conflit diffèrent – dans les démocraties modernes, quelques-unes des principales valeurs opposées sont des valeurs telles que la sécurité et la liberté, la liberté et l’égalité, et l’individualité et la communauté – mais le défi d’équilibre leur revient. Par conséquent, les gens comme Kinimnok, qui ne cherchent pas l’équilibre et mettent tous leurs efforts dans la réalisation d’une seule valeur, vont toujours se démarquer du reste, et cela semble souvent captiver leurs semblables.

Mais alors même que les gens ont tendance à trouver des personnages tels que Kinimnok fascinants, la plupart des gens ne veulent pas vivre comme eux – ce ne sont pas des modèles. Au-delà de cela, la plupart du temps, les gens ne sont pas enclins à mettre des personnes comme Kinimnok dans des positions de grande puissance. Après tout, les Urapmin n’ont jamais mis Kinimnok à la tête de leur gouvernement, ce qui aurait conduit à ce que son obstination fasse disparaître la légalité dans leur vie. Nous avons besoin de déterminer pourquoi les personnages extrêmes qui suivent une seule valeur au détriment de toutes les autres parviennent à se retrouver au pouvoir…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s