Avoir des enfants tard est la meilleure chose pour qu’ils réussissent leur vie plus tard

Une étude, faite au Danemark, a suivi 4,741 mères allant de 17 à 47 ans, et a constaté que celles qui avaient attendu plus longtemps pour avoir des enfants étaient plus susceptibles de créer un environnement qui les conduiraient à être plus heureux et accomplis.

Plus précisément, l’étude a révélé que les parents qui avaient atteint ou dépassé « l’âge pour être parent », défini sur une variable, autrement dit entre 30 ou 40 ans, étaient moins susceptibles de crier sur leurs enfants ou d’imposer des châtiments corporels que les jeunes parents.

Cela conduit également à une « amélioration de la santé psychosociale des familles au-delà des années préscolaires » et « moins de difficultés comportementales, sociales et émotionnelles chez les enfants à l’âge de 7 et à 11 ans ».

L’avantage de la maman plus âgée

Une mère de 17 ans aura 32 ans quand son enfant en aura 15 : l’expérience de vie passée en étant mère ou en étant femme ne sera par conséquent pas la même et l’éducation qu’elle donnera en sera forcément influencée.

Donc, on ne sait pas vraiment si l' »avantage de la maman plus âgée » disparaît plus tard dans la vie, ou si la mère jeune acquiert des qualités plus rapidement, il n’empêche que la maturité et l’expérience de la vie assagissent nécessairement une personne.

Les chercheurs ont noté:

Avec quelques exceptions notables, les études empiriques montrent généralement des avantages d’adaptation des mères plus âgées lors de l’examen psychosocial de la transition à la parentalité, tels que des niveaux inférieurs d’inquiétude face à la grossesse, une attitude plus positive envers le rôle parental et des comportements parentaux plus équilibrés.

(Vous pouvez trouver tout cela ici.)

La plupart des mamans ont plus de 30 ans

Les chercheurs ont fait remarquer que les mères plus âgées sont plus dans la norme maintenant. La majorité des mères pour la première fois ont plus de 30 ans, et il y a quatre fois plus de première grossesse à 40 ans qu’il n’y en avait en 1985.

 

Le seul décalage finalement est lié aux petits maux et blessures physiques, qui avec l’âge, inquiètent toujours plus. Les nuits blanches et le rythme de vie avec un nouveau-né est forcément moins bien encaissé avec l’âge que dans la jeunesse. L’étude est logique, par le simple fait que la plupart d’entre nous devenons plus sages et mesurés en vieillissant. Les choses ne nous dérangent plus autant que lorsque tout était blanc ou noir dans la jeunesse, et peut-être sommes-nous un peu moins susceptibles de paniquer ou de réagir de manière excessive aux crises quotidiennes de la parentalité. Et il se trouve que c’est ce qui est bon pour nos enfants.

Enfin, concernant une femme qui s’est consacrée à sa carrière et qui devient mère tardivement :

“Never apologize for working. You love what you do, and loving what you do is a great gift to give to your child.” – Marlene Sanders, du livre Dear Ijeawele, or a A Feminist Manifesto in Fifteen Suggestions.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.