Quand Rome choisit les LED pour améliorer la lumière de la ville… le ton monte

En ce qui concerne les visites guidées du centre de Rome, il y avait un point négatif. « Regardez là-bas, cette « Vierge à l’Enfant », avec cette lampe laide au-dessus », a déclaré Nathalie Naim, un membre du conseil municipal, en montrant une image encadrée sur un mur. Près du Colisée, un autre scandale. « Cela produisait une lumière avec un halo doré, pour que la lumière douce et accueillante vous enveloppent », se lamentait Mme Naim, d’un signe de tête à l’un des réverbères en fonte qui parsèment le centre-ville. Hélas, pas plus.

 « Je ne veux pas en faire une affaire personnelle » dit Mme Naim, couvrant de façon spectaculaire ses yeux en passant par une place bordée de lampadaires, « mais ces lumières sont horribles, mamma mia! ».

Rome, construites il y a plus de 2.700 ans, est bien sûr en constante évolution. Ses couches archéologiques en attestent. A peine un trou peut ouvrir sur un os ou une ruine. Pourtant, pour certains, la bien-aimée, hors du temps, méritent que sa beauté romantique soit améliorée.

Les réverbères de style ancien dans le quartier Monti. Le plan à 52 millions $ pour les remplacer par des lumières LED blanches devrait permettre de sauver des millions d’euros pour Rome dans les factures d’électricité. CréditGianni Cipriano pour le New York Times

Un plan visant à remplacer les réverbères de sodium de la ville jaune avec des lampes LED blanches moins chères, plus respectueuses de l’environnement, n’est pas, pour certains, une simple modernisation, mais une pure hérésie.

Cette décision n’a pas plu à tous les habitants de la Ville éternelle, qui sont susceptibles de se plaindre éternellement. Ils disent qu’ils ont assez souffert de l’indignité, de la pourriture et du déclin au cours des dernières années en raison de la corruption et du manque de services. Maintenant qu’on leur présente avec un changement pour essayer d’améliorer la ville, ils trouvent qu’il n’y a aucune amélioration du tout.

La décision de changer l’éclairage de la ville est antérieure à la permanence du maire, Virginia Raggi. Néanmoins, depuis qu’elle a pris ses fonctions en Juin, environ 100 000 lampes LED ont été installées, un peu plus de la moitié du nombre prévu, ce qui coûte 48 millions d’ euros, et qui devrait sauver la ville des millions dépensés en factures d’électricité.

Les nouvelles ampoules ont surtout allumé la colère sur les médias sociaux, où l’éclairage a été comparé à celui d’un hôpital, d’une morgue ou d’un cimetière.

Les vieilles lumières et les nouvelles sont comparées à un « dîner aux chandelles par rapport à l’allée de denrées alimentaires congelées de votre épicerie locale,» Elizabeth Minchilli, une résidente américaine du quartier central de Monti, a publié cette phrase sur Facebook.

« Ce sont des assassins de la beauté de Rome, de son histoire. »

NATHALIE NAIM, UN MEMBRE DU CONSEIL MUNICIPAL

Tout le monde n’est pas en peine, et pour certains, le débat est plus de fumée que de lumière. « C’est la façon dont vous vivez  dans la ville, et non pas l’éclairage, qui la rend romantique », a déclaré Cosimo Barnaba, le gestionnaire de salon de coiffure hipster convivial juste à côté de la place principale de Monti.

M. Barnaba a déclaré que les avantages du nouvel éclairage – l’impact environnemental moindre et des économies de coûts – l’emportaient sur les polémiques. « Rome est toujours belle, même avec une lumière blanche », at-il dit.

Mais Mme Naim et bien d’autres résidents n’en sont pas convaincus. Mme Naim est devenue une figure centrale pour renverser la décision avec pétition contre l’Hôtel de ville et documentation à l’appui.

« L’éclairage est atmosphère », dit-elle avec insistance.

Un porte-parole de l’entreprise qui a installé les LED a offert une défense peu probable pour apaiser les Romains en colère: Le changement a été inspiré par les lumières de Los Angeles (une ville rarement associée à Rome, peut-être pour une bonne raison).

Photo

En fait, les critiques disent que le problème est que la lueur très moderne assombrit le charme du vieux monde de la capitale italienne.

Même certains experts concèdent ce point. Alors que plus de villes à travers le monde se sont tournés vers l’ éclairage LED pour économiser de l’argent, « dans les villes historiques d’Italie, cela devient une question d’esthétique », a déclaré Roberto Zamboni, un expert de l’éclairage basé à Bologne.

M. Zamboni a souligné que 20% de la consommation d’énergie du monde a été utilisé par l’éclairage, public et privé, et que les coûts pourraient être considérablement réduits en remplaçant les ampoules de style ancien.

Les nouvelles lumières sont rentables et efficaces, at-il dit.

« Mais sommes-nous sûrs que nous voulons les mettre dans des centres historiques sans prendre en compte la cohérence esthétique ? » a-t-il ajouté. « Peut-être est-ce un problème pour les architectes, parce qu’il y a des solutions. »

Une LED blanche pour l’éclairage public, à gauche, sur la Piazza della Madonna dei Monti.
Les rues en arrière-plan ont encore les vieilles ampoules jaunes de sodium.
CréditGianni Cipriano pour le New York Times

Les habitants de certains quartiers se sont plaints que les têtes en fonte de nombreux lampadaires de style ancien ont été changés pour faire plus moderne, et que beaucoup de lampes en forme de dôme qui pendent sur les rues de la ville ont été remplacés par de ternes lumières rectangulaires. Beaucoup se demandent pourquoi les responsables de la culture de l’Italie ne sont pas intervenus.

« Il y a cette idée que lorsque quelque chose ne fonctionne pas, les gens pensent que la surintendance est une sorte de cour constitutionnelle pour éviter les dégâts en matière de culture, mais elle n’a pas ce rôle », a déclaré Luca Del Fra, un porte-parole de l’une des autorités culturelles de l’Etat de Rome.

Techniquement, c’était hors de leur juridiction. Mais, a-t-il ajouté, « dans l’esprit de collaboration entre les institutions, la surintendance travaillerait avec les fonctionnaires municipaux pour essayer de comprendre les problèmes et les résoudre. »

On ne peut pas nier que ces lumières blafardes desservent quelque peu le charme magique de la ville, non ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s