Publicités

Les voitures autonomes vont changer notre façon de prendre l’avion

Les voitures autonomes vont changer notre façon de prendre l’avion

Pourquoi prendre l’avion quand vous pouvez dormir et regarder des films dans une voiture auto-conduite qui vous emmène directement à votre destination ? Parmi les perspectives d’avenir de vol, regardons déjà comment les voitures sans chauffeur pourraient bouleverser l’industrie du transport aérien.

Voler est sur le point de changer complètement-Because Of Cars

Voler est rarement agréable. Vous devez sauter dans une taxi sinon transporter vos bagages en métro pour vous rendre à l’aéroport. Ensuite, vous attendez dans des files sans fin, traversez de longs bâtiments froids, impersonnels, à l’éclairage fluorescent, où des haut-parleurs beuglent toutes les quelques secondes, et où la plupart des offres alimentaires est beaucoup trop chère ou de mauvaise qualité, ou les deux. Et ce, avant même d’arriver dans l’avion.

Mais d’ici 10 à 15 ans, les expériences de vol pourraient être très différentes. Une raison ? Les voitures sans conducteur. Elles pourraient se trouver sur toutes les routes du monde en seulement quelques années. Une estimation de IHS Automotive prédit 54 millions de véhicules autonomes sur la route en 2035 et que presque tous les véhicules seront autonomes en 2050.

Les voitures d’auto-conduite annoncent quel avenir au voyage aérien ? Pas grand-chose à première vue, mais considérez ceci: préférez-vous voler de Los Angeles à San Francisco, ou sauter dans une voiture autonome, allongé, devant un film, et détendu pendant que votre voiture vous conduit directement à votre destination ? Selon les experts, les voitures en auto-conduite pourraient radicalement bousculer tous les aspects de l’expérience du vol, de la façon dont vous voyagez à la façon dont vous circulerez jusqu’à l’aéroport.

Est-ce-qu’en en 2030 vous prendrez encore l’avion ?
Les concepteurs proposent des moyens inventifs pour améliorer l’industrie du transport aérien.

MOINS DE VOLS POUR LES COURTES DISTANCES

La facilité et la commodité de prendre une voiture en auto-conduite pendant 6 ou 7 heures tout en travaillant à distance ou en dormant pourrait signifier annoncer une baisse des vols court-courriers. Pourquoi passer autant de temps à traiter avec le mal de tête des aéroports lorsque votre voiture peut vous conduire directement à votre destination ?

Selon Devin Liddell, un  stratège de la firme de design basée à Seattle, Teague, qui se concentre sur l’avenir du transport en véhicules autonomes, pense que cette solution changera radicalement l’industrie du transport aérien, de la même façon que les trains à grande vitesse ont déjà eu un impact sur les vols court-courriers dans les pays comme le Japon et l’Espagne. En Europe, le train à grande vitesse gagne 50% du trafic lorsque la longueur du trajet est inférieur à 4,5 heures, selon la SNCF, et gagne 90% du trafic lorsque le voyage est de 2 heures ou moins. Au Japon, le train grande vitesse a nuit aux vols courts et moyen courriers, selon une étude publiée par les Académies nationales des sciences, d’ingénierie et de médecine.

En raison de ce genre de précédent, Liddell croit que les voitures en auto-conduite pourraient réduire considérablement le nombre de vols court-courriers aux États-Unis : « vous avez une industrie qui est dans les transports aériens intercontinentaux business, et tout le reste est pris en charge par le transport par voie terrestre, comme les véhicules autonomes », dit-il.

Les constructeurs automobiles ont déjà pensé à distribuer divers types de voitures en auto-conduite. Sven Schuwirth, vice-président d’Audi pour la stratégie de marque digitale, a déjà proclamé que ce serait un moyen de prendre des parts de marché des compagnies aériennes et des hôtels, car les conducteurs pourront dormir dans leur voiture pendant le trajet vers leur destination.

LA FIN DES FILES D’ATTENTE

La commodité des voitures en auto-conduite pourrait forcer les aéroports à repenser leur conception de l’expérience toute entière (car peu pratique). Ce couplage avec d’importantes avancées technologiques, pourrait signifier la fin des files d’attente pour les bagages et les passages de sécurité. « Nous allons essentiellement avoir une expérience d’attente réduite pour les vols », dit Liddell. « Bien que cela semble impossible, cela va devenir une exigence. La voiture sera une file d’attente en moins.

La technologie comme des balises, qui permettent de suivre les smartphones des personnes, pourrait aider les aéroports à gérer le flux de passagers plus efficacement. Bien sûr, cela signifierait probablement de transmettre vos data, mais les gens sont prêts à renoncer à la vie privée pour l’efficacité, Liddell pense que ce sera la meilleure façon pour les aéroports de répondre aux besoins des passagers et d’éliminer les files.

« Les compagnies aériennes vont devoir être beaucoup plus personnalisées et plus réactives, vont devoir mieux connaître les gens et les aider à manœuvrer d’une manière presque entièrement sans tracas », dit-il.  » Lorsque vous faites passer les gens dans les systèmes d’un réseau, vous pouvez imaginer que les gens se déplaceraient dans l’aéroport de manière beaucoup plus efficace. »

Bien sûr, l’élimination des files d’attente n’est pas une tâche facile. La première que vous rencontrez généralement arrive au moment où vous déposez des bagages, là où les véhicules autonomes seraient en mesure de faire aussi bien. « Vos bagages pourraient être manipulées sans que personne n’aient jamais à les toucher ».

Le fondateur du studio de design Icrave, Lionel Ohayon, imagine un avenir encore plus radical pour les bagages. « Les sacs pourraient être récupérés dans la ville et voyager séparément de vous jusqu’à votre destination », dit-il. « Les gens ne voyageront plus avec leurs bagages. » Peut-être qu’ils seront pris par une voiture en auto-conduite ou un robot de bagages spécifique au lieu voulu.

Les lignes de sécurité sont une autre histoire. Des produits comme Sita Smart Path, permettront que les visages des passagers deviennent la seule façon d’être identifiés tout au long du parcours dans l’aéroport : un avenir où la ligne de sécurité pourrait signifier simplement marcher dans un tunnel intelligent qui scanne votre visage et s’assure que vous êtes prêt à voler.

La dernière file d’attente dans un aéroport, la ligne d’embarquement, pourrait également être réorganisée en utilisant la technologie, d’autant plus que la principale technologie pour l’embarquement reste le haut-parleur. « Les algorithmes pourraient faire monter à bord d’un aéronef les personnes de façon beaucoup plus efficace sans nécessiter une préposée annonce par un haut-parleur », dit-il.

LA MONTÉE PORTE-À-PORTE A L’AÉROPORT

Pour rivaliser avec les voitures auto-conduite, Liddell estime que les compagnies aériennes devront faire évoluer les services qu’elles offrent. Comme offrir un service porte-à-porte : récupérer les clients de leurs maisons ou du lieux de ramassage pour les emmener directement à l’aéroport.

C’est quelque chose qui arrive déjà dans pour les voyages de luxe, où les compagnies aériennes comme Emirates offrent des services porte-à-porte. Mais Liddell estime que cette tendance pourrait toucher les passagers des classes économiques et les compagnies aériennes seraient soudainement obligées de rivaliser sérieusement avec d’autres modes de transport. Cela pourrait offrir un nouveau flux de revenus potentiels et un nouveau business model pour les compagnies aériennes.

Ironie du sort, Liddell pense que les compagnies aériennes rivaliseront avec les voitures auto-conduite même en étant en possession d’une flotte d’entre elles.

Et si une compagnie aérienne contrôle votre transport terrestre, elle sera tout à fait en mesure de fournir d’autres services aussi. « Elles viennent vous chercher, chargent vos bagages, et potentiellement, tout sera organisé pendant que vous resterez assis dans le véhicule », dit Ty Osbaugh, du cabinet d’architecture Gensler, qui a conçu des terminaux à San Francisco,  New-York et Detroit, et qui travaille sur la conception d’un nouveau terminal à l’aéroport d’Incheon en Corée du Sud qui devrait être achevé cette année.

Le service porte-à-porte peut être nécessaire pour jouer sur la concurrence parce que les aéroports (américains en particulier) ont tendance à être plus loin des centres de la ville et manquent souvent de logistique à ce niveau, comme des options de transports directs ou à grande vitesse pour y arriver. « Si vous pensez à la façon dont les gens veulent voyager, ils veulent vraiment du porte à porte pour voyager  agréablement », dit Liddell. « Ils ne veulent pas voyager via des hubs ou des réseaux mais avec des voitures pensées pour faire le relais entre l’aéroport et le point de chute final. »

Les fabricants d’avion réfléchissent à des véhicules autonomes. En collaboration avec Italdesign, Airbus a récemment publié un concept de véhicule qui est en partie de la voiture en auto-conduite, et en partie du drone en auto-conduite. Appelé Pop.Up, le véhicule entièrement autonome est censé venir vous chercher, vous conduire à un point, où un drone viendra décrocher le compartiment de la voiture auto-conduite et volera vers un autre point . C’est un concept original, conçu spécifiquement pour éviter le trafic. Mais il est facile d’imaginer comment dans une dizaine d’ années, chaque compagnie pourrait posséder une flotte de ce type de véhicule pour amener les passagers à l’aéroport, ce qui éviterait les embouteillages au sol et arriver à l’heure pour prendre l’avion.

UNE NOUVELLE VIE POUR LE STATIONNEMENT DE L’AÉROPORT

Non seulement les véhicules autonomes forceront les compagnies aériennes à concurrencer le transport terrestre à plus large échelle,  voire les voitures d’auto-conduite sont en fait susceptibles d’altérer fondamentalement la nature de l’aéroport lui-même. Selon Sita CTO Peters, les voitures d’auto-conduite auront un impact sur les aéroports en éliminant la nécessité des structures de stationnement, puisque les voitures des gens pourront les déposer et simplement revenir à la maison. Parce que l’un des principaux flux de revenus non aéronautiques pour les aéroports provient des frais de stationnement, cela pourrait avoir un effet hors normes sur le modèle de business de l’ aéroport.

« Quand vous pensez à un environnement aéroportuaire aujourd’hui, la première impression c’est que c’est un grand garage de stationnement. À l’ère des véhicules autonomes, cet espace va évoluer », dit Osbaugh. « Que va devenir cet espace ?

Lorsque les structures de stationnement ne seront plus nécessaires, les aéroports pourront transformer une grande partie de l’immobilier en quelque chose d’autre. Pour Osbaugh, c’est une question de design urbain. « Je pense que nous devons trouver un moyen de rendre le commerce viable des terres. »

Cela pourrait signifier les transformer en un hôtel ou un centre de conférences. Sinon le plan de l’hôtel de l’avenir.

UNE FEUILLE DE ROUTE ENCORE FLOUE

Toutes ces prédictions imaginent un avenir dans lequel les voitures en auto-conduite sont pleinement intégrées à notre infrastructure mondiale. La réalité est que le changement sera beaucoup plus progressif. Dans cette situation hybride, l’industrie du transport aérien aura du mal à s’adapter au nouveau paradigme, et les passagers seront sans aucun doute au milieu de progrès à 2 vitesses.

« Je pense que les compagnies aériennes sont vraiment satisfaites du statu quo car beaucoup de voyageurs achètent on line, et des vols sans bagages, » dit Liddell. « C’est une recette pour la rupture. »

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :