Qwant pèse sérieusement contre Google

Qwant annonce équiper ses infrastructures de données et de calcul avec des supercalculateurs DGX-1 Nvidia. Un choix qui permet au moteur de recherche européen d’affiner encore mieux ses résultats de recherche par le deep learning et de lancer une nouvelle offre de service auprès des start-up. Et il est Français !

Qwant, l’anti-Google français trace sa voie… et ça paie !
Qwant, l’anti-Google français trace sa voie… et ça paie !
 Et si tout ne tournait pas autour de Google ? C’est bien le pari de Qwant. Né en France en 2013, le moteur de recherche européen qui s’est positionné dès le départ sur le respect de la vie privée résiste face au géant. « De 26 millions de visiteurs uniques fin 2016, nous avons passé la barre des 36 millions en ce début début 2017« , se félicite Eric Léandri, son fondateur. Et l’actualité est riche pour Qwant. Après sa levée de fonds de de 18,5 millions d’euros début février 2017 auprès d’Axel Springer et de la Caisse des Dépôts, son partenariat avec Netatmo et le lancement des versions corse, bretonne et basque, la start-up française annonce ce mercredi 26 avril 2017 une collaboration d’envergure avec Nvidia.

LE DEEP LEARNING AU SERVICE DES RÉSULTATS DE RECHERCHE

Qwant a choisi les supercalculateurs DGX-1 de l’inventeur du GPU pour équiper ses infrastructures de données et de calcul. « En tant que moteur de recherche européen qui a besoin de travailler sur d’énormes masses de données, on avait grandement besoin de trouver une solution pour faire de l’intelligence artificielle sur la data« , explique Eric Léandri. « Sous ce nom barbare de DGX-1 se cache un serveur pour l’intelligence artificielle qui a la puissance de 250 serveurs classiques« , explique Serge Lemonde, directeur commercial Europe du Sud et Moyen-Orient de Nvidia. L’entreprise a fait un chèque d’1,5 million d’euros pour déployer la solution.

 

La croissance de Qwant ? Le fondateur l’explique par trois raisons : l’amélioration constante du produit, le respect de la vie privée et la neutralité des résultats. Un vrai pied de nez à Google, régulièrement critiqué pour faire l’inverse. Au-delà de la progression assez impressionnante du nombre de visiteurs uniques en moins de quatre ans, Qwant indique avoir répondu à 2,6 milliards de requêtes en 2016. Discrète sur son chiffre d’affaires, elle annonce une augmentation de ses effectifs. De 60 environ en ce début 2017, le nombre d’employés devrait passer à 150 en fin d’année et à 250 en 2018. Les profils recherchés ? Des ingénieurs en sécurité et en deep learning, des data-scientist, bien sûr, mais aussi des profils marketing. Car Qwant compte bien encore se faire connaitre auprès du grand public. La start-up s’est fixé un budget média de 20 millions d’euros cette année… De quoi accélérer sa notoriété. En attendant, elle avance ses pions en Europe. Un bureau devrait ouvrir dans les semaines à venir en Allemagne, et un autre en Italie dans le courant de l’année.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s