Les trois grandes leçons tirées de la #FASHIONTECH Berlin

#FASHIONTECH, l’événement à Berlin, a discuté de l’avenir de la mode et a axé la réflexion sur le rôle que la technologie y joue. #FASHIONTECH c’est l’endroit où les fashionistas rencontrent les super-nerds, où la technologie répond à l’esthétique, où l’innovation rencontre les entreprises et, enfin, où les principales marques de détail – comme Mavis, TOMS, Barts, Minimum, Khujo et Kenneth Cole – ont exposé leurs produits et où les leaders de l’industrie ont donné des discours inspirants sur les usages, le commerce électronique et le marketing numérique.

Voici quelques-unes des principales sorties de l’événement, qui peuvent être appliquées non seulement aux acteurs de l’industrie de la mode, mais aussi à d’autres marques de consommation.

LES MARQUES DEVRAIENT AVOIR UN OBJECTIF SOCIAL

Avec de plus en plus de millenials qui choisissent un but plutôt qu’un chèques de paie, il existe maintenant une énorme pression sur les marques pour changer leur entreprise en un modèle axé sur les objectifs. Les consommateurs d’aujourd’hui ne veulent plus acheter de produits de marques – ils veulent acheter des produits qui vont changer le monde. Pas plus, pas moins que ça.

L’étude de 2015 Ubiquity Global CSR par Cone Communications (CSR signifie Corporate Social Responsibility) a révélé des données extrêmement intéressantes:

  •  80% des consommateurs sont prêts à acheter auprès de petites marques inconnues qui ont des valeurs sociales plus fortes
  •  84% des consommateurs recherchent des produits responsables chaque fois que c’est possible
  •  72% des consommateurs croient que leurs achats font un impact positif modéré à significatif sur les problèmes sociaux ou environnementaux

Et ce qui est encore plus intéressant, selon la recherche ConeComm, plus de la moitié (57%) des consommateurs admettent réellement qu’ils achèteraient un produit de moindre qualité si ce produit était plus socialement responsable.

En d’autres termes, il ne s’agit plus du produit: il s’agit de l’impact qu’il a eu.

Lisa Hogg, directrice du marketing de l’EMEA à TOMS, a donné un discours formidable sur la façon dont une entreprise peut croître et prospérer parce qu’elle est socialement responsable – pas comme un « projet parallèle », pas comme une belle «réflexion ultérieure », mais comme valeur de marque principale.

Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas TOMS, c’est une marque mondiale qui vend des chaussures pour changer le monde. TOMS est basé sur le principe One for One, ce qui signifie que pour chaque paire vendue, il y a une autre paire donnée à une personne dans le besoin. À l’heure actuelle, TOMS a donné 60 millions de paires de chaussures nouvelles, telles que des talons classiques, des chaussures de sport, des bottes d’hiver, des chaussures pour l’école, etc. « Vous pourriez penser que les chaussures de l’école semblent un peu impitoyables, mais il y a des régions dans le monde où, si vous n’avez pas les bonnes chaussures, vous n’allez pas aller à l’école », explique Hogg.

Au cours des années, TOMS a évolué comme ils le font, en élargissant leurs offres de produits. Maintenant, ce ne sont pas seulement les chaussures qu’ils vendent et font don, mais il y a aussi des lunettes et des sacs fourre-tout. TOMS aborde ouvertement et directement les problèmes socio-environnementaux, sensibilise à la pauvreté, à l’injustice sociale et aux problèmes de santé. Et admettons cela: c’est plus qu’une marque moyenne n’a jamais fait.

« Plus nous vendons, plus nous donnons » – Lisa Hogg

Source de l’image: TOMS

Reconnaissant cette tendance, la construction d’entreprises avec un impact socialement positif sera sur le chemin du succès de la marque dans un avenir en continu.

DES PRIX DYNAMIQUES POUR LA MODE: 

Depuis toujours, le prix manuel a été un obstacle pour les détaillants hors ligne qui ne pouvaient pas modifier les prix avec souplesse – ce qui peut devenir une grande douleur dans l’environnement actuel concurrentiel des prix. Le commerce de détail de mode nécessite désespérément des outils et des solutions qui pourraient aider à répondre rapidement aux défis et aux changements de prix.

Avec des prix dits dynamiques – ou des prix en temps réel -, l’approche consistant à fixer le coût d’un produit ou d’un service est très flexible. C’est une solution ultime et précise que Agata Sedowaska, vice-présidente chez MariElla Labels Oy, a proposé lors de #FASHIONTECH.

Grâce à des prix dynamiques, des concepts d’escompte, qui se sont révélés très rentables dans le monde en ligne, peuvent être facilement traduits dans le monde hors ligne. Pensez à une vente Flash de deux heures. Ou « Happy Hour Specials », par exemple: une courte période pendant laquelle les clients peuvent recevoir une deuxième paire de chaussures gratuitement.

Les opportunités de prix dynamiques peuvent élever l’activité de vente au détail de la mode à un tout nouveau niveau – et les choses possibles maintenant ne sont vraiment qu’une pointe de l’iceberg.

LA RÉALITÉ VIRTUELLE ET AUGMENTÉE CONDUIRont L’AVENIR DE LA VENTE DE MODE

Avec Pokémon GO devenant une sensation globale l’année dernière, les réalités virtuelles et augmentées sont rapidement devenues un sujet de discussion globale parmi les spécialistes du marketing, qui étaient tous concernés par une question: comment les réalités virtuelles et augmentées peuvent-elles être utilisées à des fins professionnelles ?

Certaines entreprises en ligne ont été prompts à utiliser la tendance à leur avantage: vous pourriez avoir lu à propos de la pizzeria de Long Island, Pizza Bar, qui, pour seulement 10 dollars, a attiré une douzaine de personnages Pokemon à leur emplacement. L’impact de ce phénomène a été formidable: plus de 70% des ventes ont augmenté pour leurs tranches de pizza sur un seul week-end.

Anna Rojahn, fondatrice et directrice générale de Fast Forward Imaging, a suggéré que ce n’est qu’une question de temps lorsque les détaillants en ligne pourront utiliser la réalité augmentée à leur avantage.

« Il y a un énorme changement de paradigme devant nous en ce qui concerne la façon dont nous consommons les médias », a-t-elle déclaré lors de son discours à #FASHIONTECH, « Et cela, curieusement, tend à venir avec la façon dont nous consommons réellement les choses. Avant, si vous en pensez, nous avions des boutiques hors ligne avec des produits hors ligne. Mais alors, c’est Internet – et, soudainement, le commerce électronique. Puis les smartphones – et, soudainement, les produits mobiles.

Alors, quel est le prochain appareil actuellement poussé par les fabricants qui va transformer le paysage du commerce de détail?

Les casques d’écoute.

Selon le cabinet de recherche Tractica, il y aura un chiffre d’affaires de 21,8 milliards de dollars créé en vendant des écouteurs  VR. Et c’est grâce à nos aimés iPhones et iPads, ce qui peut rendre possible VR.

« Chacun d’entre nous portons un périphérique compatible VR dans notre poche, parce que les smartphones sont essentiellement juste cela » – Anna Rojahn

Pendant la London Fashion Week17, de nombreuses marques exploitaient le pouvoir de la réalité augmentée, ce qui permet aux participants de voir le spectacle à travers un iPad, ce qui a permis de créer des contenus numériques au sommet du défilé.

En avril de l’année dernière, Marks & Spencer a créé des T-shirts futuristes de réalité augmentée pour les enfants, leur permettant de plonger dans un monde plein de licornes, tout en regardant les grattes-ciel et les singes se balançant dans la jungle. Tout ce que les gens devaient faire était de télécharger une application, de tenir l’appareil sur le T-shirt, puis d’observer les créatures se déplacer et même sauter hors du T-shirt.

Exemple de détail agrandi par Marks & Spencer
Source d’image: Marks & Spencer

Alors, où allons-nous avec tout cela ? Au détail augmenté. Nous avons déjà la possibilité d’utiliser les appareils pour afficher le contenu en réalité augmentée après tout – de sorte que les marques continueront seulement à l’explorer.

Avec les nouvelles technologies qui surviennent chaque jour, il devient profondément essentiel pour les marques de se concentrer sur le but derrière l’utilisation de certains types de technologies – c’est la seule façon de réussir dans le futur.

Les consommateurs ont faim de sens, ils sont affamés, avides de changement  affamés de contenu authentique. Les marques doivent considérer cela comme une opportunité: en ouvrant leurs yeux et en écoutant leurs clients, ils peuvent créer des plateformes de contenu évolutives et axées sur les valeurs tout en restant une entreprise rentable. Le commerce de contenu est l’un des moyens de le faire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s