Dix jours sur Tinder : visualiser à quoi ressemblent les rencontres en ligne

Pierre Buttin a participé à une exposition à Londres, sur « L’amour en 2016 » : « l’adoption généralisée de Tinder a semblé être un changement culturel majeur sur la façon dont nous aimons »…

C’est à partir d’un article de Harvard Business Review, qui fait valoir que les marques réussies doivent décrire l’orthodoxie du sujet de leur catégorie de produit, puis la défier, que l’artiste a développé son idée dans ce sens. Par exemple, Dove a compris que la dictature du corps parfait était l’orthodoxie de sa catégorie. Il l’a ensuite contesté en demandant à ses clients de cesser de s’inquiéter (ici les démarches de Dove).
Buttin a donc identifié deux orthodoxies sur les rencontres en ligne: « Je peux rencontrer tant de gens «  et « Les gens se traitent comme de la viande ».

Pourtant, certains utilisateurs ont l’opinion d’être au milieu, défiant ainsi les orthodoxies susmentionnées: « Au début, les possibilités de l’application sont passionnantes. Pourtant, plus une personne est prise dans le flux débordant de nouvelles relations, plus un sentiment de confusion et de désorientation prend le dessus.« 

AFFINER L’IDÉE :

 « J’ai commencé à expérimenter en illustrant les histoires d’utilisateurs que Tinder a publié sur sa page Facebook :
Tinder_fb_couple
Tinder_gif_loop_300px
 J’ai suivi avec une version LO-FI de Tinder: j’ai fait 100 cartes papier, comme pour la limite quotidienne de Tinder des profils que l’on peut aimer :
Dix-jours-sur-tinder_prototype_cards
Ces cartes ressemblaient à des layers dans Photoshop, des couches avec lesquelles je pouvais jouer. J’ai mis 100 images dans le logiciel et j’ai joué. En appliquant le mode de fusion « Différence » à toutes les couches, il s’est produit des résultats qui donnaient une résonance avec mon idée. Les images générées étaient colorées et denses (« nous étions excités par les possibilités de l’application « ), mais aussi vertigineux et psychédélique ( » un sentiment de confusion et de désorientation prend le dessus« )

Passer de 100 images à 1 image

« J’ai pris une capture d’écran de chaque profil et j’ai arrêté lorsque j’ai atteint la limite quotidienne de 100 profils de Tinder. J’ai ensuite fusionné les captures d’écran dans Photoshop avec un simple mode de fusion pour générer une seule image. J’ai répété ce processus pendant 10 jours. Je me suis retrouvé avec une série de 10 images, soit 1000 personnes.

FAIRE UNE SÉRIE

Au-delà de l’assomption de Ten / Tinder, ce nombre vertigineux a renforcé mon argument. Avant l’exposition, j’ai envoyé les 10 images à des médias comme Wired ou Fast Company pour communiquer sur le sujet.

CONSIDÉRATIONS ET APERÇU

« Un spin-off serait la moyenne des visages, afin de visualiser mes préférences réelles. Cela nécessiterait de capturer uniquement les personnes qui m’intéressent. En outre, la diversité du jeu de données (portraits / non-portraits, angles de prise de vue, traits faciaux) pourrait être difficile. « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s