Détours du monde

L’élément manquant de la réalité virtuelle : les autres personnes

La VR peut être à la base d’une nouvelle industrie de la communication si la technologie était moins insulaire et isolante.

Vous avez peut-être une des rares personnes à avoir un casque de réalité virtuelle ; sinon, plus probablement vous en avez déjà fait l’expérience. Et la plupart du temps, la VR se vit seul.

C’est une chose amusante à propos de cette technologie. Bien qu’on soit isolé avec un casque individuel qui nous ferme du monde autour de nous, cela pourrait être génial pour la socialisation. Lorsque le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a dépensé 3 milliards de dollars pour acheter le fabricant de casques d’écoute VR Oculus en 2014, il a souligné le potentiel des interactions sociales comme un objectif-clé. Et il a raison. La réalité virtuelle peut vous donner l’impression d’être avec d’autres à un niveau tel qu’aucun appel FaceTime sur un iPhone ne pourra le permettre. La réalité virtuelle pourrait rendre l’expérience plus émotive pour se connecter avec des amis et la famille, ou donner un sentiment de présence physique à des cours en ligne, ce qui est impossible d’obtenir autrement.

Mais, curieusement, le réseau social n’a pas fait des applications sociales un point focal pour le casque Oculus Rift, lancé en 2016. Principalement, il est toujours destiné à jouer à des jeux et à regarder des courts métrages. En avril, Facebook a publié une application pour Oculus Rift appelée Spaces pour vous permettre de vous rencontrer avec vos amis Facebook dans la VR. Mais c’est assez déroutant. Vous pouvez prendre un selfie virtuel avec vos copains, créer un avatar personnalisé en fonction de vos photos Facebook, regarder des vidéos 360 ° ou faire des griffons 3-D avec un marqueur géant. Vous ne pouvez interagir qu’avec les amis que vous avez déjà sur le réseau social, de sorte que, à moins que vos amis aient des casques de réalité virtuelle, vous pouvez vraiment faire beaucoup de choses dans les espaces, mais vous traînez tout seul. Et même si vous vous retrouvez avec un ami dans Spaces, vous êtes obligé de vous tenir debout autour d’une table virtuelle tout le temps. Il semble que, pour éviter d’écraser les premiers utilisateurs de VR, Facebook est allé trop loin dans le sens de la simplicité.

Récemment, un lieu social virtuel a été créé qui est vraiment amusant. C’est une application gratuite pour Rift et un autre casque haut de gamme, HTC’s Vive, appelé Rec Room. Son monde virtuel est présenté comme une version animée d’une salle de gym de lycée où vous pouvez jouer à des jeux comme du paintball et du dodgeball, que vous contrôlez avec des mouvements physiques dans la vie réelle. Il y a aussi un grand lobby commun appelé le vestiaire (pour sortir, pas pour changer de vêtements virtuels, vous pouvez le faire dans le salon d’une chambre privée). Dans le vestiaire, vous pouvez rencontrer des amis ou des étrangers, créer des groupes ou jouer au ping-pong.

La salle de récréation a de nombreux défauts, mais elle montre néanmoins le pouvoir de la technologie de réalité virtuelle immersive d’aujourd’hui pour promouvoir les liens entre les gens d’une manière bien meilleure que les tentatives passées de socialisation virtuelle – souvenez-vous de Second Life ? Les interactions avec d’autres sont largement intuitives : pour devenir amis avec les gens dans la salle de récréation, par exemple, vous serrez des mains, ce qui produit des réactions énergétiques dans le contrôleur de poche. On passe un moment de plaisir dans Rec Room avec d’autres amis qui utilisent la VR. Et c’est aussi le seul environnement virtuel qui vous invite à vous connecter avec des personnes que vous ne connaissez pas d’une manière qui n’est pas gênante au point de vouloir retirer son casque.

Bien que 10 millions de casques d’écoute virtuels aient été expédiés l’année dernière, ce nombre est minime par rapport au marché des smartphones, où 1,5 milliard de combinés ont été vendus en 2016. Et il semble la technologie aura du mal à accrocher plus d’utilisateurs et donc de descendre sous les 800 $ pour un casque d’écoute et un PC compatible VR : à moins qu’il ne devienne plus social. Ce n’est pas que la réalité virtuelle n’est pas amusante. C’est génial d’être transporté quelque part avec un casque sur les yeux et dos écouteurs sur les oreilles. Mais peu importe la façon dont la réalité virtuelle est fascinante, c’est finalement une évasion solitaire que personne d’autre n’apprécie avec nous. Si des expériences comme Rec Room attirent,  la VR peut devenir la première véritable plate-forme sociale post-smartphone.

LE SOCIAL STRUCTURÉ

Rec Room, fabriqué par une société appelée Against Gravity, n’est pas très avancée graphiquement. Quand on participe à l’application, on prend l’apparence d’une Rachel géométrique: une tête ovoïde, un torse rectangulaire et des mains semblables à des mitaines, avec des lunettes et une coiffure qui ressemble à un casque en forme de bob. Mais même dans le cadre de ce simple avatar, on trouve une énorme quantité de plaisir à se cacher dans les conteneurs d’expédition et à tirer sur des adversaires (y compris les copains de VR) dans un jeu géant de capture

Étant donné que la technologie VR est encore nouvelle, la plupart d’entre nous ne possèdent pas beaucoup d’amis, et l’interaction avec des étrangers dans la réalité virtuelle est aussi gênante que dans la réalité de la vie. Rec Room utilise des méthodes légèrement non conventionnelles pour vous amener à socialiser. Il vous force littéralement à participer aux jeux. Cameron Brown , le DA, l’appelle  » le social structuré ». Si vous et quelques autres personnes entrent dans la salle de gym au même moment pour jouer au dodgeball, par exemple, le logiciel de Rec Room formera automatiquement tout le monde en équipes et une voix de femme commencera soudainement à compter les secondes jusqu’à la fin du match. Avant de pouvoir y réfléchir, vous êtes poussé dans un jeu. « Qui a envie d’aller à une fête où vous ne connaissez personne, et juste d’entrer dans une chambre et dire, »Salut »? » a-t-il dit.

Assez vrai. Pourtant, les méthodes de glace de Rec Room peuvent être gênantes au début. Comme la plupart des gens, on préfère socialiser avec ceux avec lesquels on partage les intérêts, plutôt que de s’ajouter à groupes d’étrangers, et ce n’est pas nécessairement le but de Rec Room (bien que vous puissiez configurer des jeux privés avec vos amis seulement). Finalement, cependant, cette tactique de socialisation ne permet pas de se détendre et de s’amuser, puisqu’on essaye de faire preuve de courage pour parler aux autres. »Pendant que vous jouez, vous avez subitement une raison d’être là, et avant que vous le sachiez, une demi-heure est passée », a déclaré Brown.

Merveilleux ou non, Rec Room est remarquable pour tout ce qui donne l’impression d’être dans un espace avec d’autres personnes, en particulier un ami qui est à des milliers de kilomètres. Ce jeu offre un  moyen de communiquer et d’être ensemble d’une manière nouvelle. C’était beaucoup plus agréable que Facebook Spaces, où il n’y a pas assez à faire, et une autre application sociale, AltspaceVR, où il y a trop d’options pour la socialisation, et qui n’est pas très amusant.

PROBLÈMES AVATAR

Si vous traînez dans la réalité virtuelle, vous aurez besoin d’un corps, et ce à quoi ce corps doit ressembler dépend du contexte. Souvent, il semble que les personnages humains dessinés soient les meilleurs pour l’immersion dans la VR, car il est encore difficile de faire ressembler les avatars à ce que nous sommes. (Probablement l’avatar le plus réaliste appartient au créateur de Second Life, Philip Rosedale, dans sa nouvelle application sociale VR, High Fidelity).

Indépendamment de la façon dont votre avatar est bien conçu en VR, une façon dont ces mondes ressemblent à la vie réelle est que votre genre forme les interactions que vous avez dans ce monde. Dans la salle de récréation et d’autres applications sociales, comme AltspaceVR et Facebook Spaces, on peut avoir un avatar féminin – et de préférence similaire à soi. Être fidèle à votre identité réelle peut vous faire sentir que votre moi virtuel est authentique, mais comme personnage féminin ou masculin, vous êtes susceptible de faire face à un comportement qui est odieux ou pire.

Brown reconnaît par ailleurs que les interactions peuvent générer des problèmes dans la VR, tel que le harcèlement qui peut être un problème.

Des outils simples pour contrer ces comportements sont essentiels, mais comme la VR elle-même, ils sont encore très expérimentaux. Rec Room et AltspaceVR vous permettent de désactiver les utilisateurs offensifs ou de créer un coussin invisible autour de votre avatar pour qui repousse les intimidateurs s’ils sont trop proches. Rec Room permet également aux joueurs de voter sur la question de savoir si quelqu’un devrait être expulsé d’un jeu. Ces outils devront être plus avancés et plus intuitifs à l’avenir.

A VOIR : L’éthique dans la VR : tuer dans la VR devrait-il être illégal ?

Il pourrait falloir plusieurs années pour que les prix des casques puissent baisser et pour qu’une gamme d’applications offrent les interactions que nous voulons avoir dans des espaces virtuels. Les utilisateurs attendent de la VR d’être aussi convaincante que la TV, le PC et le smartphone : qu’elle devienne quelque chose que la personne moyenne veut (et peut) utiliser. Rec Room ne sera pas cette application killer pour beaucoup de gens. Mais parce qu’elle se concentre sur certaines activités et reconsidère la façon de promouvoir les interactions sociales, c’est un bon modèle pour ce qui est possible de développer pour la suite.

L’expérience actuellement est terriblement frustrante, que ce soit pour la qualité de l’expérience (nausée, faiblesse des décors ou des choses qu’on peut faire) ou la solitude immense d’être dans un univers captivant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s