Je suis une fille et j’ai sorti mon appli : rien n’est impossible !

Comment je suis allée au bout de mon projet, et pourquoi vous devriez oser vous aussi aller au bout de vos envies !

Il y a un peu plus d’un an, je ne supportais plus mon travail : à 29 ans, cela me déprimait de ressentir une telle résignation face aux choix que j’avais fait dans ma vie professionnelle.

Par ennui, et surtout pour m’éviter cette position de victime, un dimanche après-midi, j’ai commencé à dessiner l’application que je rêverai d’avoir dans ma poche par rapport à ma vie et par rapport à ma curiosité du monde.

J’ai voyagé toute seule très jeune, par goût de l’aventure d’une part, et la découverte conjuguée du monde et de moi-même. Quand en France, j’avais des difficultés à être appréciée pour ma sensibilité et mon originalité, en voyage, ailleurs, j’avais enfin un rapport normal avec différentes cultures… A partir de cela, je n’ai jamais eu peur d’aller vers l’inconnu.

Si bien que, avec mon profil littéraire et plutôt artiste, cette nouvelle lubie pour créer une application de voyage est apparue comme une idée encore saugrenue pour mon entourage. On me reprochait de ne pas être rationnelle : “tu n’es pas développeuse”, “tu n’as presque pas d’appli sur ton téléphone”, “tu connais rien à ce monde”…
Bref, cela paraissait donc complètement stupide pour mon entourage qui me reconnait malgré tout être un puits d’idées.

Donc, j’ai timidement commencé à solliciter de l’aide de gens que j’avais connu, et qui avaient lancé leur business dans le digital. Meme si la rencontre qui m’a le plus aidée n’a pas été au final la plus bienveillante quand le projet a pris de l’ampleur, mon ancien collègue m’a expliqué ce qui était le plus important dans un produit : la simplicité.
Faire une fonctionnalité pour commencer, et ensuite développer autour de cette fonctionnalité.
J’ai donc commencé à faire des maquettes -horribles- sur Sketch et à demander des avis.
Dans ma grande naïveté, je pensais que c’était le moins difficile à faire… Et en vérité, j’ai découvert ce que signifiait UI et Ux design.
Et c’est de ces remarques virulentes que j’ai adoré l’idée qu’il y ait de l’empathie dans le monde du digital.

Je ne savais pas qu’il y avait des réflexes mentaux dans nos usages du téléphone : en haut à droite, en bas à gauche, le clic, le swipe… Tout cela, comme tout le monde, nous le faisons par instinct.
Quand nous ne comprenons pas la navigation… et bien on laisse tomber !

Pourquoi Amazon, Le Bon Coin, Reddit fonctionnent-ils aussi bien alors que le design est laid ?
Tout simplement parce qu’il y a des fonctionnalités simples et faciles à comprendre, et bien sur un service immédiat derrière.
Pourquoi, on s’obstine à parcourir l’application météo truffée de pubs ? Parce qu’on veut connaître le temps qu’il fera cette semaine, etc…

Quand on m’a parlé de Dribbble, je me suis dit : “je suis trop nulle à coté de ces designers, je n’y arriverai jamais !”. Sauf qu’avec la pratique et la recherche pour mon projet, et bien j’ai réalisé que le beau graphisme… et bien OSEF (vraiment On s’en Fout !). Ca apporte un peu de divertissement, mais si rien n’est pratique ou immédiat, dans ce cas, le design dessert le concept, et on passe à autre chose.

D’où la raison pour laquelle, les milliers d’applis qui sortent chaque jour ne sont pas de véritables concurrents : il y a finalement assez peu d’applications qui optent pour la fonctionnalité en premier et le design Wahooo en phase ultime.
Et je pense effectivement que lorsqu’on mesure notre usage des applications sur notre téléphone : on opte pour les plus pratiques et celles qui nous rendent service, comme la météo, les infos, et certains réseaux sociaux.

J’ai commencé à travailler tous les soirs à reproduire du matérial design pour essayer de comprendre les subtilités UX/UI, à partir du mois de juin 2016. En décembre, le 26, je voulais abandonner.
Personne ne me soutenait, on se moquait doucement de moi, et j’avais démissionné de mon précédent travail en aout pour une expérience professionnelle catastrophique qui n’a duré qu’un mois et demi.
Donc chômage (pour la première fois de ma vie) et aucun soutien autour de moi : je me suis dit que j’adorais mon idée d’application de voyage et que j’allais l’envoyer à Google pour qu’avec leurs moyens il la développe (c’était le moment “drama” de la perte totale d’espoir : donner mon idée à des professionnels). Et que moi j’allais créer un truc tout simple pour collecter mes bonnes adresses, en 3 clics, le faire développer pour pas très cher, et que ce serait pour mon usage personnel…

Et en fait, quand j’ai complètement lâché prise, ben l’idée est arrivée.

Collecter mes adresses au moment où je suis sur place, les classer par thématiques (bars, restaurants, voyages) dans lesquelles je ferai des listes (mes bars à cocktails, mes restaurants thaï à Paris, les bonnes adresses en Italie). Les adresses apparaitraient sur la carte et seraient reliées entre elles (comme le jeu des points à relier quand on était petits). Je pourrais les envoyer à mes amis qui me demandent mes bonnes adresses, ou créer des cartes collaboratives.

Mince !

C’est top finalement : simple, utile, et puis personne n’a pensé à faire ça ! C’est tellement simple en vérité… que ça parait pas ambitieux.

En 3 jours, les 5 maquettes étaient faites : 2 boutons par page et puis voilà.

2017 a débuté positivement.

Enfin, jusqu’au moment de trouver le Qui allait me développer cela.
Le prix de base pour qu’une agence vous réalise une application ? 30 à 60k au bas mot, sans compter la maintenance une fois lancée.
Donc, non.

Je suis allée voir pour des écoles et j’ai posté une annonce sur Codeur.com. J’ai obtenu une centaine de réponses, malgré l’annonce sommaire du projet, et mon budget minimal (1 à 5k max).
Une seule réponse m’a convaincue : le type qui m’a écrit un roman pour expliciter comment il voulait procéder.
Certes, je n’ai pas compris tout son langage, mais l’effort d’écriture, d’explications rassurantes et finalement cette motivation pour mon petit projet m’ont inspiré confiance.
La première rencontre, il a trouvé mon brief et mes maquettes très bien (pour une fille qui n’est pas du métier).
Il m’a proposé 1500 euros pour le MVP (Minimum Viable Product) : un skate board avant la Ferrari.

Nous avons commencé à travailler ensemble. Et pour la première fois quelqu’un me disait que c’était plaisant de voir que j’étais précise, réactive et claire dans ce que je voulais.
En mars, tout a vraiment commencé, et vu le budget, le développement fut long : ce n’est que le 19 juin que nous avons soumis à l’Appstore.

Hier, je recevais la notification que Mappend avait été acceptée !

Alors Mappend c’est quoi ?

C’est cela :

Alors, oui c’est un produit très simple, qui a encore beaucoup d’imperfections, mais l’utilité est là pour ceux qui veulent se souvenir de leurs adresses et obtenir les adresses fiables de ses connaissances.

J’ai crée une Landing page ici : Mappend.me

Et si vous souhaitez l’essayer et me donner vos avis pour que j’améliore tout cela : téléchargez Mappend sur l’appstore pour l’instant.

Ecrivez-moi sur hello@mappend.me et si le produit vous plaît, partagez-le sur Facebook.

 

*Update 24.06.2017 : Quelques bugs à rectifier (normal pour cette V1 qui essuie les plâtres) et le design va s’affiner. Semaine prochaine, ça carbure.
Néanmoins, il reste possible d’enregistrer vos adresses là où vous êtes et de les envoyer à vos contacts.

*Update 25.06.2017 : On recasse un peu pour repartir sur des bases saines. Les bugs sont complètement corrigés, et on passe au lissage du design, qui n’était pas la priorité pour la V1. Merci aux 30 user testeurs d’avoir fait leur retour.
V2 dans quelques jours !

Publicités

3 commentaires sur “Je suis une fille et j’ai sorti mon appli : rien n’est impossible !

    1. Attention, c est la première version, c est loin d être parfait, les corrections sont apportees au fur et mesure de l usage.
      Donc vous m aiderez à construire le bon produit.
      Merci en tout cas

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s