Cet artiste réimagine les peintures de l’ère de la Renaissance avec des femmes puissantes

Entrez dans un monde magique où les belles femmes dansent avec des têtes coupées.

Changez le jardin des délices terrestres avec quelques femmes nues, dansant dans un paysage pastel fantastique. Sanam Khatibi peint un monde magique, toujours détaché de la réalité et enraciné dans les images de la Renaissance.

« Je pense que le noyau de ma pratique porte sur nos impulsions primordiales, notre bestialité et notre relation avec les structures de pouvoir », a déclaré Khatibi . « Je doute de notre relation ambiguë envers la domination et la soumission. Je suis intéressé par notre nature ambivalente au pouvoir, à la violence et à la sensualité, et à quel point ils peuvent être liés ».

Avec la valeur de ma langue, huile et crayon sur toile, 150 x 180 cm, 2016

L’artiste né en Iran crée un paysage où les femmes sont des chasseuses et expriment leur sensualité avec des titres comme « Tout est à la maison sauf votre femme » ou « Avec la valeur de ma langue ». « Je suppose que mes filles n’ont jamais été informées » Ne jouez pas avec votre nourriture! « , dit-elle.

Cependant, les inspirations techniques de Khatibi sont beaucoup plus classiques. « Mon travail a été davantage influencé par les anciens maîtres, que je trouve de plus en plus fascinants », dit-elle. « J’ai découvert le travail de Lucas Cranach il y a quelques années, ce qui a déclenché ma passion pour les anciens maîtres et la période de la Renaissance ».

Khatibi cite également le travail de Frida Kahlo, Hieronymus Bosch et Henry Darger comme inspirations. Les histoires classiques et la littérature de la Perse, comme The Book of Kings et Kalila et Dimna ont également influencé les perspectives de Khatibi. Ce sont des fables et des leçons d’histoire apportées au public à travers les âges avec une combinaison de mysticisme et de personnification animale.

Je pensais que tu aimerais danser, huile sur toile, 40 x 50 cm, 2015

Avec tendresse et envie, huile sur toile, 40 x 50 cm, 2015

Personne ne va tranquillement, huile et crayon sur toile, 170 x 180 cm, 2016

Pour la sauver, je tuerais le monde, huile et crayon sur toile, 140 x 180 cm, 2016

La jeune chair brûle le mieux (à gauche), chaque fois que je danse pour vous, j’ai des problèmes (à droite) huile et crayon sur toile, 140 x 180 cm, 2015

Vous avez oublié de m’embrasser, céramique, 90 x 32 x 4 cm, 2015 (en bas). Le creux dans les fougères, tapisserie de laine tissée à la main, 220 x 260 cm, 2016 (centre)

Il m’a frappé et il a senti comme un bisou, une broderie en lin et encadrée en laiton, 21 x 26 cm, 2015

Si j’avais une queue, huile et pastel sur toile, 50 x 60 cm, 2015

Une version de beauté, huile et crayon sur toile, 160 x 200 cm, 2016

Dans les bras de mon cher, huile et crayon sur toile, 140 x 180 cm, 2016

En septembre, Khatibi affichera une exposition solo à la galerie Rodolphe Janssen lors du Week-end de la Galerie de Bruxelles. En novembre, elle fera partie d’une émission de groupe chez Various Small Fires à Los Angeles. Suivez le travail de Khatibi sur son Instagram et visitez son site.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s