2018

Que se passe-t-il quand on fait du vol à l’étalage dans un magasin sans caissiers ?

Est-ce bon que les systèmes de caisse deviennent autonomes ?

On peut dire adieu aux scanners à auto-contrôle défectueux dans votre magasin de détail du coin. L’achat d’épicerie est sur le point de recevoir un grand coup de pouce de l’intelligence artificielle.

Dans un magasin-test de Santa Clara, en Californie, vous prenez un panier, vous le remplissez pendant que vous marchez dans une allée remplie de toutes sortes de choses – Doritos, du savon à main, du coca, etc. La tablette affiche une liste de tout ce qui se trouve dans votre panier et le montant que vous devez payer ; puis vous payez et vous partez.

Ce magasin est en fait l’espace de démonstration d’une startup appelée Standard Cognition, qui utilise un réseau de caméras et des techniques de vision industrielle et d’apprentissage profond pour créer une expérience de caisse autonome.

Michael Suswal, cofondateur et chef de l’exploitation de Standard Cognition, dit que la société espère l’avoir dans un magasin – que ce soit un partenaire ou le sien – dans six mois, probablement dans la région de la baie. Et tandis que l’application tablette de la société vous demande actuellement de payer, ils disent qu’une application smartphone pour les clients pourrait ajouter le paiement automatique.

Si cela vous semble familier, c’est parce que Amazon, le créateur d’un marché de détail en ligne, exécute un test bêta privé dans un magasin de Seattle pour un projet très similaire, Amazon Go. Une startup basée à Stockholm, Wheelys, teste un magasin similaire en Chine. Cela excite l’équipe de Standard Cognition, puisqu’il semble valider l’idée que ce genre d’expérience de caisse, tout en étant encore au stade expérimental et peut-être quelque chose que certaines personnes trouveront flippant, mais qui pourrait un jour être le standard du shopping.

Pour l’instant, l’entreprise passe beaucoup de temps à peaufiner sa technologie dans son espace de Santa Clara, où un mur ressemble beaucoup à une épicerie de nuit dont le stock provient principalement de Costco. Il y a des grands sacs de chips et des paquets de céréales, des pots géants de beurre d’arachide Skippy et des articles non alimentaires comme des porte-serviettes en papier et des ventilateurs en plastique.

Standard Cognition utilise ses caméras pour suivre en temps réel les personnes qui se déplacent dans le magasin (Suswal dit que l’entreprise ne fait pas de reconnaissance faciale) et repérer les articles qu’elles prennent des rayons. L’entreprise forme ses réseaux neuronaux profonds à reconnaître les articles en magasin, aussi, dans un processus qui prend environ deux minutes par article et qui consiste à ce qu’un employé prenne l’article et fasse des choses comme le retourner et le placer dans un panier à la vue des caméras.

Vous pouvez voir une représentation visuelle de ce droit lorsque vous entrez dans le magasin-test de Standard Cognition. Contre un mur, il y a un grand écran plat qui montre une vidéo en direct de l’espace avec un marqueur de couleur différente indiquant chaque personne; chaque fois que vous prennez quelque chose, il y a un cercle et une étiquette à l’écran. Une video que la société a publiée montre la technologie en action, alors que deux personnes se tiennent dans le magasin de démo prenant des articles et testant, un peu perplexe, le système.

Sauf que, en remplissant son panier, de façon « naturelle » et habituelle, au moment de se rendre à une tablette qui récapitule la liste de tous les éléments que la Cognition Standard pense qu’il y a dans le panier, des tests ont montré des failles : il manquait une bouteille de Coca-Cola sur deux qui ont été prises et une bouteille de gel douche était comptabilisée en trop. Certes les listes semblent généralement correctes mais le système est capable de voir quand vous prenez quelque chose que vous le mettez ailleurs que dans le panier.

Brandon Ogle, un autre cofondateur et ingénieur de l’entreprise, affirme que la classification des articles dans le magasin de démonstration est correcte 98 % du temps. Standard Cognition y travaille, en partie en apprenant à ses ordinateurs à identifier plus de produits : Ogle dit que plus l’entreprise a ajouté d’articles, plus elle a obtenu de précision.

Il peut cependant s’écouler un certain temps avant que la caisse autonome ne devienne la norme dans la plupart des magasins. Tom Davenport, professeur au Babson College et co-auteur de Only Humans Need Apply: Winners and Losers in the Age of Smart Machines, pense que nous verrons de plus en plus de telles expériences, mais il est sceptique quant à la rapidité avec laquelle cela se produira. Après tout, dit-il, l’autocontrôle existe depuis environ deux décennies aux États-Unis et n’ a toujours pas révolutionné le processus de paiement depuis.

Je pense que personne ne prétend aujourd’hui que le fait de devenir commis de point de vente dans un supermarché soit la promesse de la pleine croissance de l’industrie « , dit-il. « Mais elle fait preuve d’une résistance remarquable pour avancer dans cette direction. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s