Publicités

L’avenir du selfie est-il flou ? (partie 2)

L’avenir du selfie est-il flou ? (partie 2)

Une civilisation avancée à des millions d’années-lumière d’ici serait certainement pardonnée si elle décrivait la’espèce humaine en 2018 en utilisant un seul mot: Duckface (pourtant so 2014).

Comment cette posture actuelle de bouder et de froncer les lèvres porte-t-elle toute la valeur du selfie et continue à alimenter sa culture sans montrer aucun signe de déclin – avec des millions de personnes prenant la pose, y compris les présidents, les princes et même le pape ?

Au nom de l’humanité, on peut se poser la question : Quand est-ce que les selfies deviendront-ils sérieusement désagréables et deviendront ringards ?

Pour ma part, j’y ai déjà répondu ici.

Mais Dr. James Canton, qui a conseillé trois administrations de la Maison-Blanche et plus de 100 entreprises, reconnu par The Economist comme l’un des leaders mondiaux du futur, nommé « Digital Guru » par CNN et « Dr Future » par Yahoo YHOO +0%, il dirige depuis 1990 l’Institute for Global Futures, un groupe de réflexion de premier plan, en tant que CEO et Président du Conseil d’administration, lui, croit que les selfies ne sont pas une mode, mais font partie de notre avenir.

« Les selfies ne vont pas disparaître », dit-il. « En fait, ils vont se transformer et changer dans le cadre d’un média riche et dynamique. »

Il se met ensuite à peindre une image de la façon dont une nouvelle génération de selfies jouera un rôle intégral dans nos styles de vie – où la télévision, l’Internet et le téléphone convergeront – en créant un nouvel arc ou bras.

L’égoïsme, dit-il, sera l’évolution de cela.

Dans les prédictions que le Dr Canton partage pour la première fois, voici comment il voit les choses:

  • La vidéo selfie :
    Dans un avenir proche – pour la deuxième génération des selfies, l’image standard selfies sera remplacée par la vidéo selfies. Nous voyons déjà un mouvement dans cette direction, donc rien de nouveau.
  • La réalité augmentée selfie :
    La troisième génération de selfies va utiliser la téléprésence ou de la réalité augmentée. La tendance vidéo de la deuxième génération de selfies évoluera de manière à nous permettre de produire des selfies sur d’autres objets ou en d’autres lieux.

« Je vis à San Francisco, explique-t-il, mais disons que je veux faire un selfie en réalité augmentée… au sommet de la Tour Eiffel, et bien je pourrais le faire. Il y aura des applications qui m’aideront en temps réel à devenir un producteur de mes propres médias égoïstes, et à transformer mes amis en public. Les gens commenceront à créer des festivals de « réalités augmentées de soi-même » et des expériences superposées. Cela fera partie d’un nouveau mème culturel sur la façon dont les gens utilisent les selfies. »

Il dit qu’il faut s’attendre à voir la réalité augmentée s’épanouir dans environ trois à cinq ans.

L’essor de l’économie de soi

Des entreprises comme  AppleNike and Philips sponsoriseront les producteurs créatifs de la « Selfie Economy » – comme nous le voyons en ce moment avec YouTubers. Les gens pourront gagner leur vie en créant des selfies augmentés. Nous sommes à la limite de cette réalité augmentée en ce moment. Nous avons déjà des applications dans lesquelles nous pouvons utiliser notre téléphone et le maintenir dans notre environnement et voir l’intelligence intégrée dans des objets – comme les QR Codes. Éventuellement, il y aura plus d’information intégrée dans le paysage, ce qui nous permettra de devenir plus géo-intelligents. Lorsque nous sommes capables de superposer l’information numérique au paysage physique, les implications pour le commerce sont énormes « , dit-il.

Quand tout – chaque objet qui nous entoure – a une adresse IP, quand notre voiture peut parler à notre maison, notre téléphone, notre télévision – quand tous ces objets se connectent et font partie de ce que le Dr Canton appelle une « réalité mélangée« , où les réalités physiques et numériques fusionnent et convergent pour faire partie de notre style de vie – boom. L’économie de l’auto-portrait/selfie prend son envol.

« Ce que nous voyons maintenant de la culture du partage et l’omniprésence des selfies, dit-il, ce n’est que le début. »

« Les selfies feront éventuellement partie d’une soupe énergisée de connectivité de l’intelligence médiatique. Tu pourras dire: »Je serai en tous lieux et connecté à tout le monde. »

Sans surprise, la perspective d’une culture égoïste qui s’élargit est vue avec une certaine réticence par ceux qui y voient un signe de narcissisme croissant dans la société, accéléré par les médias sociaux.

Kim Stolz, ancienne concurrente de l’America’s Next Top Model et auteure de l’ouvrage Unfriending My Ex: And Other Things I’ll Never Do, est l’une de ces adversaires.

« En ce moment, c’est comme si nous étions dans une grande émission de télé réalité numérique mondiale. Nous sommes tous des compétiteurs qui rivalisent pour qui a les meilleurs amis, les meilleurs samedis soirs, les meilleures relations, les meilleurs voyages et les meilleurs chiots. Je crois qu’avec le temps, il y aura un retour en arrière contre cette nouvelle normalité et je pense que les effets néfastes de notre dépendance aux médias sociaux, l’insécurité et le narcissisme qui s’ensuivent trouveront peu à peu des obstacles redoutables. Ces obstacles viendront d’une manière très personnelle de chacun de nous, à mesure que nous digérerons les façons dont ils ont changé nos vies. »

Peut-être que les obstacles mentionnés par Kim dans son commentaire, même s’ils sont préoccupants, ne sont pas si mauvais que ça.

Et il y a aussi la possibilité que les prédictions du Dr Canton ne se réalisent jamais.

Prévoir les événements futurs, comme le dit l’adage, c’est un peu comme chercher un chat noir dans une pièce non éclairée qui n’est peut-être même pas là.

Mais ce que l’histoire a montré à maintes reprises – ce qui est resté une constante à travers les âges, et remarquablement, c’est notre désir de connexion. C’est ce seul facteur qui a conduit au développement de technologies révolutionnaires comme le téléphone, l’Internet, le mobile, la VoIP – et bien sûr les médias sociaux.

Lorsque nous avons créé des profils Facebook à partir de nos vraies identités, et lorsque nous l’avons fait par centaines de millions – même si le scepticisme était omniprésent, nous nous laissions aller, en tant qu’individus et en tant que société, à devenir plus intimes avec la technologie -, fusionnant davantage le nous-même réel avec notre moi virtuel.

Ce que la culture actuelle des selfies a fait, c’est qu’il nous a permis de partager encore plus de nous-mêmes, en créant plus d’intimité avec la technologie.

Que vous pensiez que c’est une bonne chose ou une mauvaise chose, c’est cette intimité croissante avec la technologie, enrichie par la culture du partage et de la mise en commun, qui mènera au développement du  » grand modèle  »  : la prochaine invention technologique qui nous permettra de nous connecter les uns aux autres d’une façon nouvelle et probablement époustouflante.

Quelle forme exacte cela prendra ou quand, qui sait, mais nos enfants ou petits-enfants nous demanderont un jour comment nous vivions avant le selfie.

Pour l’instant, il faudra encore endurer un couple de « Regardez-moi! Je pose si bien dans ma salle de bains en ce moment…

Voir : Le passé du présent futur : quand le selfie sera ringard (Partie 1)

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :