Publicités

Un manuscrit illustré de remèdes à base d’herbes médicinales vieux de 1 000 ans est disponible en ligne

Un manuscrit illustré de remèdes à base d’herbes médicinales vieux de 1 000 ans est disponible en ligne

Chercher des remèdes naturels en dehors de la pharmacie chimique n’est pas seulement pour la médecine orientale. En fait, la guérison à base de plantes a aussi une longue tradition en médecine occidentale, comme en témoigne un livre magnifiquement illustré dans la collection de la British Libary. Le Cotton MS Vitellius C III  est un manuel illustré de pharmacologie végétale vieux de 1 000 ans, qui a été numérisé pour être visionné en ligne.

Le livre, magnifiquement illustré du XIe siècle, est rempli de  » herbes « , des traitements naturels à base de plantes pour tout guérir de l’odeur corporelle (artichauts et bambou dans du vin) à l’apaisement des douleurs thoraciques (la racine de réglisse fait l’affaire). En zoomant sur le scan haute résolution, il est incroyable de voir l’ancien script en anglais et les dessins détaillés des plantes et des animaux utilisés pour leurs propriétés curatives.

Bien que les herbes médicinales étaient assez communes dans la médecine anglo-saxonne, le manuscrit de la British Library est le seul manuscrit illustré en vieil anglais qui subsiste. « Personne ne sait exactement comment ce manuscrit a été utilisé, ni même où et par qui il a été réalisé « , commente Alison Hudson, la conservatrice du projet. Sa production a été associée à la scriptoria monastique de Cantorbéry et de Winchester, en raison de son style de décoration et d’écriture, mais ce n’est pas certain. Les monastères de ces régions fonctionnaient à la fois comme des centres de guérison naturelle et surnaturelle, mais aussi comme des bibliothèques et des centres d’apprentissage. »

Chaque entrée du manuel énumère le « nom de la plante ou de l’animal » dans différentes langues, les descriptions des maladies qu’il peut être utilisé pour traiter, et les instructions pour le trouver et le préparer… Et bien qu’il soit discutable de savoir si le guide était vraiment pratique – il inclut des plantes comme le cumin qui n’auraient pas été disponibles en Angleterre – c’est une curieuse œuvre d’art en soi.

Si vous avez de la difficulté à comprendre le vieil anglais, vous pouvez vous procurer une traduction de 2002.

Publicités

3 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :