Publicités

La plupart des AR craignent – à l’exception de ce redoutable solutionneur de Sudoku

La plupart des AR craignent – à l’exception de ce redoutable solutionneur de Sudoku

La réalité augmentée est encore souvent un gadget. Mais un solutionneur de sudoku peut nous enseigner une leçon importante – une nouveauté ne vaut pas la peine d’être abordée.

Après que Pokémon Go soit devenu un phénomène international, toute la promesse autour de la réalité augmentée – une couche numérique recouvrant le monde réel scotcherait littéralement nos doigts sur nos écrans, plus que jamais auparavant – semblait être validée. Aujourd’hui encore, 65 millions de personnes jouent à Pokémon Go chaque mois, ce qui en fait l’un des jeux les plus populaires de la planète.

Mais il y a un revirement. Bon nombre de personnes ont désactivé les fonctions AR de Pokémon Go depuis longtemps. Demandez d’ailleurs à n’importe quel joueur que vous pourriez croiser, vous verrez que c’est le cas.

La raison en est simple. Pokémon Go en AR s’appuie sur le fait que vous devez maîtriser un certain jeu de doigts difficile, pour frapper un monstre avec une balle dans des zones de votre environnement en perpétuel changement et difficiles à discerner. Pokémon Go sans AR se débarasse de l’environnement, et installe juste le monstre au même angle à chaque fois. Cela simplifie grandement les choses, et c’est essentiel lorsque les pokéballs virtuelles coûtent si cher, et que de rares pokémons peuvent échapper à votre emprise.
En d’autres termes, la meilleure nouveauté de Pokémon Go n’était qu’une nouveauté, une annonce. Quand les joueurs sont sérieux et pris au jeu, ils apprécient ce que nous désirons ardemment dans n’importe quelle application: vitesse, prévisibilité, et surtout ne pas faire deux pas pour quelque chose qui ne devrait n’en nécessiter qu’un seul.

Entrez dans l’ARKit d’Apple, un nouveau framework dans iOS11 qui promet d’apporter l’AR au public comme jamais auparavant. Nous avons déjà vu des choses géniales avec l’AR : dessiner dans la réalité, traduire les choses, faire vivre l’art, se déplacer en real life ou encore tchatter en hologramme, et cela rien qu’avec votre téléphone et le monde autour de vous.
C’est comme le futur! Façon Minority Report. Et pourtant la plupart d’entre nous trouvent les claviers et trackpads plus utiles pour écrire des e-mails que les interfaces gérées par le geste.

C’est pourquoi il est si encourageant de voir les premiers points lumineux dans les applications AR qui utilisent l’appareil photo pour éliminer les écarts avec l’interface traditionnelle, et rendre les choses plus faciles à utiliser plutôt que simplement plus étincelantes.

Prenez Magic Sudoku, qui est à $1 sur l’App Store maintenant.
En orientant votre appareil photo vers n’importe quelle grille sudoku, le casse-tête est instantanément résolu, directement sur votre écran pour les moments où vous êtes vraiment coincé sur un Niveau 3. Vous n’avez pas besoin de prendre une photo et de la télécharger sur un serveur pour que la magie se produise. C’est juste là directement.

Oui, ce truc de sudoku a encore tout l’attrait des applications AR éblouissantes. Mais son instantanéité le rend aussi pratique à utiliser.

Les grandes entreprises envisagent également une AR rapide et pratique. Google a récemment fait une démonstration de toutes sortes de fonctions de recherche par caméra qui titillent la promesse de l’AR lorsqu’il ne s’agit pas seulement d’hologrammes posés sur le monde réel.

Au lieu de taper votre requête de recherche, comme le nom d’un restaurant pour vérifier ses commentaires, Google Lens vous permet d’orienter votre appareil photo vers ce restaurant pour tout savoir sur lui, dans des informations qui s’affiche comme une carte Google typique.

C’est une philosophie introduite par une application étonnamment tournée vers l’avenir que Google a acquise il y a des années sous le nom de Word Lens, qui traduisait les signes de langues étrangères dans votre cadre d’appareil photo dans la langue de votre langue maternelle.

De même, le gourou de l’interface Matt Webb (alias @genmof) a récemment souligné l’une des astuces les moins discutées d’iOS 11. Si vous orientez votre appareil photo vers un code QR, une notification apparaît à l’écran et si vous cliquez sur la notification, vous activez le contenu qui se trouve à l’intérieur de l’image. Cela signifie, fonctionnellement, que tout site Web ou lien d’application codé QR n’est plus qu’ à un seul tap pour l’utilisateur. (Webb a démontré le potentiel et le risque potentiel de sécurité en créant un code QR qui charge automatiquement Twitter et préécrit le tweet « Je me sens étrangement obligé d’annoncer que @genmof est impressionnant… »

Avec tous ces exemples, l’AR n’est pas seulement nette, elle est rapide. Grâce au fait que nos machines reconnaissent les objets et les visages mieux que jamais – et même mieux que les gens -, nous pouvons orienter notre objectif photo vers le monde et nous appuyer sur la magie des algorithmes pour savoir à tout moment ce que nous voulons savoir.

Il n’ y a encore qu’un seul gros problème, même avec le meilleur de ces exemples d’AR : ils exigent tous que vous sortiez votre téléphone de votre poche, que vous le dirigiez vers quelque chose et que vous en déduisiez ce que vous voulez apprendre. Dans le cas d’un solutionneur de sudoku, vous devez tout de même charger une application qui chargera à son tour votre appareil photo. Le fait est que le téléphone n’est pas vraiment l’idéal d’une interface pour une AR qui fait face au monde, il reste un intermédiaire, un peu « encombrant ». L’ergonomie du strabisme à travers un écran de quatre pouces est plus logique pour les selfies Snapchat que toute autre chose. Pas étonnant que le nouvel iPhone X aura des caméras de cartographie 3Ddevant pour scanner votre visage.

De plus, l’écosystème de l’application tel qu’il est construit aujourd’hui ne s’adapte pas bien à l’AR. Nous ne voulons pas charger une seule application pour résoudre les puzzles sudoku et une autre pour afficher les avis des restaurants, si le gain réel de l’utilisateur est d’avoir une réponse instantanée à tout et n’importe quoi. Nous voulons faire toutes ces choses simultanément, et seulement lorsque nous sommes intéressés à les faire. Nous n’avons pas besoin de résoudre le casse-tête sudoku de chaque voisin de métro de notre vision périphérique.

Donc, à court terme, ne soyez pas surpris si vous vous méfiez déjà de la plupart des applications AR. Nous n’avons pas la patience de lancer une vague sans fin de pokéballs sur nos problèmes toute la journée. Mais les expériences d’AR qui restent en place seront couronnées de succès pour la même raison que nous avons acheté des PC, puis des applications, en premier lieu: ils sont tellement plus rapides que les anciennes alternatives.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :