Le studio japonais Hidemi Nishida a récemment développé une installation environnementale appelée « fragile chairs« , une série de chaises en bois placées sur le lac Poroto à Hokkaido, au nord du Japon.

L’œuvre est une extension de la série fragile du studio, connue pour son esthétique de l’espace et sa perception de l’environnement, qui met l’accent sur une expérience primordiale et donne un sens au choix de l’emplacement du studio. Le lac de Hokkaido qui sert en partie comme musée pour les touristes est occupé par les peuples indigènes « ainu » qui considèrent le lac comme un sanctuaire.

L’œuvre de Nishida compose ce qui apparaît comme une vue banale, en utilisant des éléments visuels pour dessiner des connexions qui nous aident à intérioriser la pensée sur notre propre existence. Cette occupation temporaire agit comme une métaphore de domaines que les humains ne peuvent pas atteindre, faisant peut-être allusion à ceux observés par les ainu et les touristes dans le pays d’Hokkaido. On ressent facilement, la distance entre l’existence présente, celle qui précède et celle qui suit.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.