Nous ne saurons jamais si notre univers est une simulation

On vit dans une simulation? Une avalanche de gros titres disent non: nous n’avons plus à nous soucier de nos vies en tant que simples logiciels issus d’un supercalculateur de pointe.

Ces histoires proviennent d’un récent article de Science Advances sur la simulation de la physique quantique. Un magazine scientifique a extrapolé à partir de cela pour suggérer que le stockage d’informations sur quelques centaines d’électrons seulement a besoin d’une mémoire informatique composée de plus d’atomes qu’il n’en existe dans l’univers – ainsi, il est impossible de simuler l’univers.

Mais l’article prétend seulement qu’un type de simulation spécifique et limité ne fonctionnera pas en raison de problèmes techniques et matériels. Il dit que, dans notre compréhension actuelle de la réalité physique, il y a certains problèmes quantiques qui ne peuvent pas être simulés sur un ordinateur classique à l’aide d’un algorithme quantique spécifique, parce qu’il nécessiterait trop de mémoire. Le journal ne mentionne même pas les électrons.

Tout en se félicitant de la couverture médiatique de leurs travaux, les auteurs Zohar Ringel et Dmitry Kovrizhin de l’Université hébraïque de Jérusalem, Israël et de l’Université d’Oxford ont déclaré à New Scientist qu’ils étaient un peu déconcertés par les conclusions que les médias en tirent. « Demander si nous vivons dans une simulation n’est même pas une question scientifique », dit M. Ringel.

L’hypothèse de la simulation a gagné en importance depuis 2002, quand Nick Bostrom, un philosophe de l’Université d’Oxford, a affirmé qu’un ordinateur avec la masse d’une planète et capable de 1042 calculs par seconde pourrait simuler toute l’histoire mentale de l’humanité en utilisant moins d’un millionième de sa puissance de traitement pendant 1 seconde.

Les idées de Bostrom ont nourri des acteurs technologiques comme Elon Musk à croire qu’il n’ y a qu’un milliard de chances pour que nous vivions réellement dans la réalité. « Il est beaucoup plus probable, disent-ils, que nous soyons simplement des données qui tournent en rond dans le supercalculateur de quelqu’un ». L’idée d’une réalité simulée, bien sûr, soulève des questions de libre arbitre et de contrôle ou non de l’humanité sur son destin.

Mais devrions-nous même nous préoccuper d’une question à laquelle nous n’avons pas assez d’information pour répondre? Pour moi, la question  » vivons-nous dans une simulation  » et toute réponse à cette question basée sur les connaissances informatiques actuelles est ridicule  « , dit Marcelo Gleiser du Dartmouth College de Hanovre, dans le New Hampshire. L’article de Bostrom part du principe qu’une civilisation hyper-avancée s’intéresse à la simulation du passé, c’est-à-dire rétroactivement. Habituellement, c’est l’inverse – nous attendons avec impatience les ordinateurs: »De toute façon, nos descendants post-humains ne se soucient pas assez de simuler une réalité pour nous.

Gleiser soulève un deuxième point, peut-être plus important: essayer de répondre à ces questions sur la base de nos connaissances et de nos machines actuelles est risqué. Les ordinateurs quantiques – s’ils deviennent réellement opérationnels – peuvent être beaucoup plus polyvalents que nous ne pouvons l’imaginer à ce stade. Si nous étions dans une simulation, les humains n’auraient aucune idée de ce que sont les lois de la physique dans le « monde réel » extérieur, si la mécanique quantique régnait, et quel type de calcul était possible en dehors des limites de notre simulation.

« À mon avis, la question est beaucoup plus de fiction que de science « , dit Gleiser. Lorsqu’ils opèrent en marge de la science, Bostrom, Musk et autres peuvent faire valoir n’importe quel argument à l’appui de leur point de vue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s