Une étude montre que les parcs éoliens de l’Atlantique Nord pourraient alimenter le monde entier

Le vent est l’une des sources d’énergie les plus propres qui soient, et les États-Unis sont assis à côté d’une mine d’or. Une nouvelle étude a révélé que la vitesse du vent sur les océans pourrait permettre aux éoliennes en mer de produire beaucoup plus d’énergie qu’un parc éolien terrestre – l’Atlantique Nord, en particulier, étant théoriquement capable de fournir suffisamment d’énergie pour toute la civilisation humaine.

En puisant dans l’énergie éolienne, les États-Unis ont été pendant des décennies à la traîne par rapport à l’Europe et au Royaume-Uni, qui abritent les plus grands parcs éoliens offshore du monde, y compris le London Array et le parc éolien Gemini aux Pays-Bas. Mais les États-Unis rattrapent leur retard: la première installation du pays a ouvert ses portes au large des côtes du Rhode Island l’année dernière, et si le projet Trident Winds se concrétise, il pourrait arracher le titre de plus grand parc éolien du monde.

En plus d’être plus sûr pour les oiseaux et moins perturbateur pour les humains, le principal avantage de l’installation de parcs éoliens en mer est le fait que les vitesses du vent sont plus élevées. En théorie, ces vitesses signifient qu’il y a cinq fois plus d’énergie qui circule au-dessus de l’eau que sur terre, mais la question était de savoir si cela se traduirait par des gains de production d’électricité. Des chercheurs de Carnegie Science se sont mis à la recherche de la réponse.

« Les vents sont-ils si rapides parce qu’il n’ y a rien pour les ralentir? » demande Ken Caldeira, co-auteur de la nouvelle étude. « Est-ce que planter des parcs éoliens géants ralentira les vents au point de ne pas être mieux qu’à terre? »

L’équipe a utilisé des modèles informatiques pour comparer la production des parcs éoliens terrestres existants au Kansas à d’énormes installations théoriques en pleine mer. Selon leurs résultats, les turbines dans l’océan ne feraient pas baisser la vitesse des vents autant que celles qui traversent les terres, et dans certaines régions, elles pourraient produire trois fois plus d’électricité que leurs homologues terrestres.

Le mécanisme sous-jacent est le résultat de conditions atmosphériques différentes sur terre et sur mer. L’énergie que les turbines puisent commence par des vents plus rapides à des altitudes plus élevées, qui sont ramenés vers la surface. Sur terre, ces vents ont tendance à rester élevés, mais au-dessus de l’océan – et en particulier de l’Atlantique Nord – le réchauffement de surface de l’eau de mer les ramène à portée des turbines.

« Nous avons découvert que les parcs éoliens géants situés en mer sont capables de puiser l’énergie des vents dans la majeure partie de l’atmosphère, tandis que les parcs éoliens terrestres sont limités par les ressources éoliennes proches de la surface », explique Anna Possner, co-auteur de l’étude.

Aussi riche que l’Atlantique Nord soit en énergie éolienne, l’équipe a également constaté que sa productivité varierait selon la saison. En été, un parc éolien offshore aussi gigantesque et théorique pourrait être capable d’alimenter l’ensemble des Etats-Unis ou de l’Europe, mais en hiver, l’équipe estime qu’il y a assez d’énergie pour répondre aux besoins du monde entier.

La recherche a été publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Publicités

5 commentaires sur “Une étude montre que les parcs éoliens de l’Atlantique Nord pourraient alimenter le monde entier

  1. Il y a quelques années, on entendait dire qu’il aurait fallu un champs d’éoliennes aussi gros que la France pour fournir une ville comme Paris. C’est dingue de voir les progrès qui se font à ce sujet. Savez-vous quelle est la durée de vie d’une éolienne ? Merci pour cet article !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s