La police de Dubaï survole la ville en motos volantes : qu’est-ce qui pourrait mal se passer ?

Le royaume magique de Dubaï continue de consolider sa double réputation en tant que ville la plus prometteuse du monde, et la plus désespérée pour attirer l’attention, avec l’annonce de son intention d’ajouter des aérodromes de type quadricoptère à sa flotte policière.

Le plus grand salon de la technologie du Golfe, GITEX, a annoncé l’arrivée de l’aérobique de police. Sous tension électrique, il peut conduire un pilote à 70 km/h avec une hauteur maximale programmée de 5 mètres. Il volera aussi sans pilote avec une vitesse maximale plus près de 100 km/h. La portée est comprise entre 20 et 25 minutes, avec des durées de recharge d’environ 3 heures – mais les batteries peuvent être remplacées pour garder ces choses dans l’air si nécessaire.

Ne nous en cachons pas, c’est un coup publicitaire à 100 %, et probablement dangereux. Les aéroglisseurs en question sont un design russe que nous avons déjà couvert, le Hoversurf Scorpion 3.

(Vous pouvez lire une opinion complète sur cette cellule ici : « A l’époque, nous avions recommandé le Scorpion surtout pour les « aspirants amputés » à cause de la proximité entre les lames qui tournent et les pattes charnues, mais c’est loin d’être le plus gros problème de sécurité. Il y a une grande différence entre le fait d’être des pionniers de l’aviation qui prennent des risques comme l’équipe Hoversurf et le déploiement d’un prototype initial à peine stable dans un espace aérien urbain non contrôlé et public. »)

Dans la plupart des pays, il est actuellement illégal de faire voler des drones de moins de 2 kg de qualité grand public comme le DJI Mavic au-dessus d’une foule, parce que le fait est qu’ils tombent parfois du ciel, et 2 kg avec des lames qui tournent rapidement est déjà un énorme fardeau si elle atterrit sur la tête de quelqu’un de n’importe quelle hauteur.

L’idée de faire voler ces motos aérodynamiques, à l’état embryonnaire dans lequel se trouve cette technologie, avec leur charge de vol maximale de 300 kilogrammes et leurs hélices tournantes de deux pieds, au-dessus de la circulation ou n’importe où près des gens pour lutter rapidement contre le crime… C’est tellement irresponsable qu’il est difficile de croire qu’un corps policier aurait quelque chose à voir avec cela.

Dans une entrevue à GITEX avec Gulf News, un représentant de la police de Dubaï a souligné que l’accord initial portait sur des prototypes de motos aérodynamiques pour des essais plus poussés, le ministère planifiant la création d’une division de drone qui utilisera des cellules habitées et non habitées à diverses fins policières.

On peut soupçonner que nous allons voir d’autres vols de démonstration très publics autour de Dubaï, au-dessus des zones d’atterrissage, et ensuite ces choses iront dans le même hangar poussiéreux que les jets d’incendie dont nous avons si peu entendu parler depuis leur lancement en janvier. Les gens qui prennent ce genre de véhicules au sérieux peuvent alors s’atteler à les transformer en options de transport sûres, fiables et réalistes, tandis que Dubaï se précipite sur la prochaine pièce ostentatoire, à savoir une technologie à mettre au point bien avant qu’elle ne soit prête.

Voici quelques vidéos du Hoversurf Scorpion en vol, dans sa livrée de la police de Dubaï.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.