C’était la boisson officielle de l’exploration arctique

Le lait malté en poudre s’est peut-être transformé en une saveur de dessert nostalgique, mais tout a commencé comme une façon de nourrir les bébés et les explorateurs.

Préparez-vous à vous régaler de l’une des histoires les plus fantastiques de produits alimentaires industriels! Vous entendrez parler de la crème glacée, des guerres mondiales, des bidonvilles et des maladies! Il y a des apparitions de noblesse britannique, des merveilles géologiques captivantes, des manchots effrayants (probablement!). Il y a tout un monde passionnant autour de la poudre de lait malté.

Il y a près de 200 ans dans la forêt de Dean, James Horlick, cherchant plus d’excitation que la campagne anglaise ne pouvait en offrir, s’est rendu à Londres, où, comme nous l’avons appris au cinéma, la plupart des gens étaient des criminels et/ou des prostituées et où tout vous donnait la tuberculose (surtout les prostituées). James est devenu chimiste homéopathe dans une entreprise qui fabriquait un nouveau produit appelé lait maternel, qui permettait aux femmes de travailler 14 heures par jour dans les conserveries de poisson sans avoir à prendre des pauses pour allaiter leurs bébés agaçants.

L’impact a été remarquable: alors que la plupart des produits homéopathiques de l’époque n’étaient guère plus que des mensonges emballés, les préparations pour nourrissons étaient de véritables suppléments nutritionnels qui produisaient des résultats concrets. Ils ont fourni des vitamines et des minéraux par l’intermédiaire du son de blé, du bicarbonate de potassium et de l’ingrédient magique: l’orge maltée moulue. Le malt est le processus qui consiste à faire tremper un grain séché jusqu’ à ce qu’il germe, à libérer ses supervertus nutritionnelles cachées et à convertir les glucides en sucres simples, ce qui aide les bébés à grandir et se renforcer pour combattre la tuberculose, la typhoïde ou toute autre maladie qui sévissait à Londres à cette époque-là.

Voyant une opportunité majeure, Horlick a développé sa propre formule magique pour bébé, mais a eu du mal à trouver des investisseurs pour soutenir sa société. Lui et son frère William décidèrent de tenter leur chance en Amérique. Ils ont ouvert une boutique à Chicago et ont rapidement connu du succès; des médecins de partout au pays ont commencé à dire aux patients d’ajouter une cuillerée de « Horlick’s Food » dans un verre de lait pour créer une boisson nutritive qui leur assurait une excellente santé.

Horlick s’est vite rendu compte que le lait non pasteurisé qu’il utilisait dans la boisson était un terrain fertile pour la tuberculose. Il a fallu près d’une décennie de recherche pour trouver la solution, mais en 1882, il l’a fait. En mélangeant le blé et l’orge maltée avec du lait avant séchage, il a réussi à créer une poudre hydrosoluble complètement stérile. Il l’appelait « lait malté », et de là tout a changé.


Publicité d’ A Horlick de 1849 (image de The Independent, via Flickr Creative Commons)

Finalement, Horlick’s Malted Milk a été trouvé dans tous les placards en Amérique, et bientôt James a eu sa revanche contre tous ces stupides financiers britanniques qui ont refusé de soutenir sa vision. Il est retourné en Angleterre pour ouvrir un bureau qui allait importer des millions de dollars de son produit « Made in the USA », qui avait encore plus de succès là-bas. Alors que les poudres nutritionnelles précédentes étaient consommées principalement par les nourrissons et les invalides, le lait malté était adopté par tous les groupes démographiques. Il est devenu indispensable dans les bidonvilles des villes industrialisées, fournissant des nutriments indispensables comme le calcium et le phosphore aux pauvres régimes alimentaires des pauvres. Le gouvernement britannique a ajouté le Horlick’s aux rations militaires, maintenant les soldats rassasiés dans les tranchées de la Première Guerre mondiale.

C’est devenu la boisson officielle de l’Âge héroïque de l’exploration, en atteignant le sommet de l’Everest jusqu’aux profondeurs les plus sombres de l’Amazonie. Horlick appréciait son rôle symbolique dans ces aventures et utilisait sa fortune pour financer les expéditions de nombreux explorateurs légendaires. Sans le lait malté, Roald Amundsen n’aurait jamais pu se payer le premier voyage au pôle Sud, et les manchots empereurs n’auraient jamais appris l’existence des Norvégiens.

Le lait malté a fait de James Horlick l’un des hommes les plus importants du monde. Le roi George V l’a fait entrer dans l’aristocratie britannique en faisant de lui un baron; le roi Haakon l’a fait chevalier en Norvège. Les Montagnes Horlick de l’Antarctique ont été nommées en son honneur. Horlick’s reste un produit de base dans une grande partie du monde, en particulier dans les pays en développement. En Amérique, on a surtout oublié le Horlick’s, sauf pour les milk-shakes maltés.

Et pourquoi pas revisiter le lait malté? Il ajoute un léger bonus nutritionnel à tout dessert, ce qui facilite la justification d’une autre part. C’est assez délicieux pour avoir gagné l’adoration de centaines de millions de personnes au fil des ans. Et ça a sauvé un peu le monde aussi. Faites ce gâteau au chocolat malté, facile comme tout, et levez un verre de lait à James Horlick. Il le mérite.

Gâteau au lait malté

200g de farine
180g de cassonade tassée
220g de sucre, d’abord 50g puis le reste
1 cuillère à soupe de levure chimique
60g de cacao en poudre, divisé en deux
100g de lait malté en poudre, divisé en deux
3 cuillères à soupe d’huile neutre, comme l’huile végétale ou de canola
1 grand verre de lait
1 oeuf
1 cuillère à café de vanille
3 verres d’eau bouillante

Etapes :

8 à 10 personnes

Préchauffer le four à 180°C. Graisser légèrement un moule de rectangulaire avec du beurre.
Dans un grand bol, fouetter ensemble la farine, la cassonade, la levure, le sel, 50g de sucre, lecacao en poudre et le lait malté. Faire un puits au centre et ajouter le lait, l’huile, l’oeuf et la vanille. Fouetter le liquide jusqu’à ce qu’il soit mélangé, puis incorporer les ingrédients secs au fouet jusqu’ à ce que la pâte se forme. Verser dans le moule et niveler avec une spatule.
Dans un petit bol, mélanger le reste de sucre, un peu de lait malté en poudre et un peu de cacao. Saupoudrer uniformément sur le dessus de la pâte à gâteau. Placer le gâteau sur la grille centrale du four et verser l’eau bouillante sur le dessus. Oui, ça a l’air bizarre, mais faut faire confiance. Au fur et à mesure qu’il cuit, ces ingrédients s’enfoncent ils créent un « pudding » dense et épais sous le gâteau.
Cuire au four de 20 à 25 minutes jusqu’ à ce que le dessus du gâteau ressorte sec au toucher. Servir chaud.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.