Apprendre une nouvelle langue change votre perception de la réalité

Apprendre une nouvelle langue est un processus humiliant, car cela signifie essentiellement accepter que chaque mot que vous connaissez est faux. Le lexique élaboré que vous avez développé au fil des ans devient soudainement inutile: le film cite des citations que vous connaissez, votre argot de la rue, vos vieux mots à l’ancienne que vous utilisez ironiquement – tout disparaît dans un nuage de fumée, vous laissant publiquement nus.


C’est parce que la langue est un costume confortable que vous avez adapté à votre taille; un patchwork de tous les environnements auxquels vous avez été exposé. Vous ne comprenez pas à quel point votre identité est liée à votre langue tant que vous ne l’avez pas perdue.
En déménageant d’un pays à un autre il faut recommencer à zéro. Sans langage, vous devenez une machine souriante: vous souriez quand vous comprenez quelque chose, mais vous souriez aussi quand vous ne comprenez rien.
Pourquoi subir un tel enfer? Cela fait bien dans votre CV, cela  vous permet de voyager à l’étranger avec plus de confiance, et il vous donne un terrain d’entente avec cet étranger exotique de l’autre côté du bar. Mais cela élargit aussi votre perspective et, par conséquent, vos ressources créatives.

Est-ce que vous verriez un dauphin de la même façon si vous saviez que le mot basque pour ça, »izurde », qui est la contraction de « cochon de mer »? 

(nous avons nous-même la crevette mais nos connaissances de latin sont lointaines)

Chaque langue fournit un point de vue unique sur le monde. Là où vous voyez des tamias ou des écureuils, certains ne voient que des ardillas, mais on fait la différence entre les lechuzas (chouettes blanches) et les buhos (chouettes brunes). Est-ce que vous verriez un dauphin de la même façon si vous saviez que le mot basque izurde est la contraction du cochon de mer? Vous pourriez rire et considérer cela comme stupide – ou vous pourriez remarquer que les deux animaux sont des mammifères, partagent un museau proéminent et émettent des cris semblables. Vous le voyez maintenant?
Ou examiner le cas de l’arc-en-ciel, qui est l’arcoiris en espagnol. En anglais, c’est un archet de pluie, alors qu’en espagnol c’est un arc (arco) fait du spectre de la lumière (iris). Mais il faut de la pluie et de la lumière pour faire un arc-en-ciel. Chaque langue voyait le même phénomène, mais seulement 50% d’entre elles parvenaient à l’exprimer.
Mais apprendre une langue, ce n’est pas seulement découvrir les mots: c’est découvrir l’environnement dans lequel ils sont nés. Certaines de vos découvertes pourraient inclure:

  • la Nécessité: L’espagnol a pris iceberg directement de l’anglais, parce qu’il n’avait aucune nécessité de générer un tel mot dans le sud de l’Europe. L’anglais, de son côté, l’a pris du mot hollandais ijsberg, qui signifie montagne de glace.
  • les Structures sociales: Comparez nobility enraciné pour les nobles et les villainy enraciné dans la ville, qui défini une ferme du Moyen Age.
  • les Mythes: Les jours de la semaine en anglais font référence au soleil et à la lune, au dieu romain Saturne, ainsi qu’aux dieux norvégiens Tig, Woden et Frige.
  • l’Historique: Le terme salaire est censé provenir de l’époque où le travail était rémunéré par le sel, qui est sal en latin.
  • les InvasionsFreckle, awe, skull, rotten, knife, skirt, and slaughter sont quelques-uns des mots vikings introduits à l’anglais.
  • les Tendances: Le s dans l’île est silencieux parce que lorsque le latin était la langue dominante au Moyen Âge et que l’île ne prenne l’ascendant, un s a été ajouté pour la rendre plus similaire à l’insula latine, puis l’island en anglais.
  • les Obsessions: prenez cheese? Cheesycut the cheesethe big cheesecheesed off, ou chalk and cheese, et même quand vous dites cheese quand vous prenez une photo….

En apprenant une autre langue, vous en apprendrez plus sur la vôtre. J’ai appris l’origine du mot espagnol malabares (pluriel de malabar) pour me souvenir du mot anglais jongleur (juggler). Il venait de la région indienne de Malabar, où les commerçants britanniques et portugais ont découvert que les autochtones étaient des maîtres de la jonglerie. Les Britanniques continuèrent à utiliser le mot racine dans le joggler français médiéval, et les Portugais et les Espagnols commencèrent à utiliser le malabar. Ils ont donné à l’exercice le nom d’une région qui était souvent prononcée. Aurions-nous découvert son histoire sans faire des recherches sur les mots?
Apprendre une nouvelle langue peut être embarrassant, mais vous devez passer à travers la phase embarrassante. En tant que survivant au naufrage de votre vocabulaire, vous restez à flot avec le peu de choses que vous pouvez trimballer. Voici quelques conseils pour apprendre une langue ou toute autre activité créative.
L’imperfection vaut mieux que rien. Les gens qui parlent mal iront plus loin que ceux qui font de grandes pauses en essayant de trouver le mot parfait ou qui sont trop gênés pour parler. Votre auditeur peut pardonner certaines erreurs, mais il ne pardonnera pas l’ennui.
MacGyvez-vous. Si vous n’avez que quelques mots à portée de main, combinez-les pour exprimer des idées plus complexes. Parfois, cela ne fonctionnera pas, mais quand ça marche, ça chatouille l’esprit des gens d’une manière que les mots préexistants ne peuvent pas. Shakespeare lui-même a été le premier à utiliser le nom comme verbe, et on peut conjuguer une série télévisée des années 1980 au début de ce paragraphe!
Diviser et conquérir. Si vous ne pouvez pas penser à un mot, divisez le concept en plusieurs parties et décrivez-le en l’entourant. Appelez les écureuils rats-avec-queues si vous ne pouvez pas le prononcer correctement.
Devenez archéologue. Si vous trouvez un mot inconnu, faites une recherche. Élaborer son étymologie, ses synonymes et ses antonymes. Vous pouvez même visiter les tombes de votre langue maternelle et voir si, comme Indiana Jones l’ a fait avec l’idole d’or, votre mot natif peut combler le vide.
Mais vous n’avez même pas nécessairement besoin d’apprendre une langue étrangère pour expérimenter ces effets secondaires créatifs: essayez simplement de voir votre langue maternelle avec de nouveaux yeux. Soyez curieux, comme le dirait Lewis Carroll. Utilisez quelques mots de façons étranges et nouvelles, et percevez les nouvelles réalités que vous êtes capable d’exprimer.

Publicités

Un commentaire sur “Apprendre une nouvelle langue change votre perception de la réalité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s