L’artiste pluridisciplinaire et architecte Philip Beesley  tisse dans ses œuvres un tel éventail de technologies et de systèmes qu’elles défient légitimement toute description, mais l’impact immédiat de la rencontre avec ces installations interactives tentaculaires est viscéral et impressionnant.

Son dernier-né, Astrocyte, allie la chimie, l’intelligence artificielle et un paysage sonore immersif pour créer une architecture vivante qui répond à la présence du spectateur. Composée de 300 000 composants individuels, la pièce a été exposée dans le contexte industriel des terrains portuaires de Toronto pour EDIT: Expo for Design, Innovation & Technology en octobre dernier. Extrait d’une déclaration sur le projet:

La structure est composée de mailles résilientes et légères en acrylique thermoformé, découpées au laser en motifs géométriques optimisés pour la production avec un minimum de déchets. Ce système unique de fermes spatiales s’inscrit dans le cadre des recherches pionnières de Living Architecture Systems en matière de structures résilientes et adaptables. Les composants de mailles structurales d’Astrocyte utilisent des fils de matériau qui se chevauchent dans des formes coniques doublement courbées qui procurent une résistance extraordinaire à partir d’un matériau minimal. Ces formes innovatrices sont regroupées en faisceaux semblables aux multiples filaments qui s’étendent entre les coques internes et externes des structures osseuses naturelles.

La pièce incorpore également des composants d’éclairage imprimés en 3D et des masses de verre personnalisées qui contiennent une combinaison d’huile, de produits chimiques inorganiques et d’autres solutions pour former une sorte de peau chimique. Au cœur de la recherche Beesley se trouve la question de savoir si l’architecture peut vraiment être « vivante », ouvrant la possibilité de structures autoréparées ou d’environnements organiques profondément réactifs, où l‘intelligence artificielle existe à presque tous les niveaux de conception. Indépendamment de la complexité et des idées captivantes, les œuvres sont d’une grande intrigue esthétique, directement issues de la science-fiction.

Beesley est directeur du Living Architecture Systems Group et professeur à la School of Architecture de l’Université de Waterloo. Vous pouvez explorer son travail sur son site web et avec plusieurs vidéos et interviews sur Vimeo.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.