La batterie en tissu extensible utilise des bactéries transpirantes pour produire de l’électricité.

Les scientifiques ont créé un nouveau type de pile à base de tissu extensible alimentée par des bactéries qui mange votre sueur – ou tout autre type de liquide nourricier bactérien – pour produire de l’électricité. Il est facile d’imaginer le potentiel à long terme du prototype expérimental – un jour, vos vêtements pourraient charger votre smartphone pendant que vous vous promenez en ville.

Pour l’instant, cependant, les chercheurs derrière la batterie ont « ciblé les applications de l’Internet-of-Things à faible consommation d’énergie« , comme l’a dit Seokheun Choi, professeur adjoint d’électricité et d’informatique à l’Université de Binghamton. La nouvelle batterie est une évolution d’une invention antérieure qui utilisait des bactéries et du papier, également mis au point par l’équipe de Choi. Ces piles en papier étaient capables d’alimenter une lumière LED pendant 20 minutes avec quelques gouttes d’eau sale, et ont été conçues pour être jetables.


Cependant, cette nouvelle source d’énergie biologique est conçue pour durer. Au lieu d’utiliser le papier comme support, il est intégré dans un tissu élastique qui peut être tendu et froissé. En fait, selon Choi, la technologie « présente une capacité de production d’électricité stable lorsqu’elle est testée dans le cadre de cycles d’étirements et de torsions répétés », ce qui la rend idéale pour être intégrée dans n’importe quel type de vêtement, y compris les vêtements de sport.
Choi a bon espoir que leurs bio-piles peuvent faire une différence dans la société d’aujourd’hui assoiffée d’énergie, soutenant que les bactéries sont partout en quantités incroyables. Si l’on considère que les humains possèdent plus de cellules bactériennes que de cellules humaines dans leur corps », dit-il dans le communiqué annonçant l’invention, »l’utilisation directe de cellules bactériennes comme ressource énergétique interdépendante du corps humain est concevable pour l’électronique portable « .


La technologie pourrait avoir d’autres applications, selon Choi. Elle peut être utilisée pour placer des capteurs auto-alimentés dans n’importe quel type de surface, quelle que soit sa complexité, »comme des parties du corps ou des organes en mouvement ». « Nous avons considéré une bio-pile flexible, extensible et miniaturisée comme une technologie énergétique vraiment utile en raison de ses capacités durables, renouvelables et respectueuses de l’environnement. »
Il reste à voir si ces sources d’énergie à base de bactéries pourraient bientôt trouver une voie vers la fabrication industrielle. De nombreuses autres technologies prometteuses de batteries ont eu du mal à arriver sur le marché en raison d’énormes contraintes économiques et techniques. J’espère quand même que ça marchera.

L’idée de recharger mon téléphone en utilisant mes sous-vêtements en sueur comme source d’énergie infinie semble absolument parfaite et motivante pour aller encore plus au sport !

Publicités

2 commentaires »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.