Ces photographes sont entrées dans un village traditionnel africain où chaque maison est une œuvre d’art

Niché au pied d’une colline surplombant la savane, Tiébélé est un village africain du Burkina Faso. Installée au 15ème siècle, la commune de 1,2 hectare abrite le peuple Kassena, son chef et sa cour royale, qui forment ensemble l’un des plus anciens groupes ethniques du Burkina Faso. En 2009, la photographe Rita Willaert et la blogueuse de voyage Olga Stavrakis ont eu la chance d’être parmi les rares à pouvoir visiter le site isolé.

Les photos de Willaert documentent le mode de vie intacte et unique des villageois, où les traditions locales sont préservées depuis des siècles. Stavrakis raconte leur expérience en expliquant comment, avant leur arrivée, on leur a même donné un code vestimentaire: »On nous a dit à l’avance qu’il ne fallait rien porter de rouge et que nous ne pouvions pas porter de parapluie. Seule la famille principalement noble est autorisée à jouir de ce privilège et le faire constituerait un grand affront à nos hôtes. »

Bien qu’un village royal puisse sembler opulent, ce village est tout sauf somptueux. La résidence royale de Tiébélé est composée d’une série de petites maisons en terre cuite peintes à la main dans différents motifs géométriques et symboles utilisant des peintures à l’argile. Ces modèles sont l’un des indicateurs visuels qui différencient les maisons royales de celles des « gens ordinaires ». Une autre différence réside dans les dimensions de la porte des cabanes: le chef par exemple, a la maison avec la plus petite porte, pour la protection. Bien que la plupart des structures soient des maisons, certaines des plus décorées sont des mausolées, où les morts sont enterrés.

À l’intérieur des maisons royales en terre cuite, on trouve de simples cuisines équipées de quelques pots d’argile et de fer. La plupart des repas sont cuisinés dans une seule casserole sur un brasero « , explique Olga, qui dit que les repas sont généralement composés d’un » foofoo à l’amidon ou d’une pâte épaisse comme du porridge qui est ensuite trempé dans une sauce de légumes et de poivrons. Plus la famille est riche, plus la sauce est riche. »

 

Rita Willaert: Flickr
Travel with Olga: Website

[Messy Nessy]

 

1 commentaire sur “Ces photographes sont entrées dans un village traditionnel africain où chaque maison est une œuvre d’art”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.