Comment concevoir une UX non addictive (et ce n’est pas difficile)

Le changement décisif dans le domaine du design, qui a finalement attiré l’attention de la Silicon Valley sur le design, a été la montée en puissance de l’UX. La capacité de concevoir de grands engagements pour les consommateurs de technologie mobile a apporté une valeur ajoutée énorme aux entreprises de haute technologie – et à la profession même du design. Les concepteurs se sont finalement déplacés de la périphérie vers le centre d’affaires alors que les ingénieurs et les codeurs ont reconnu l’importance cruciale d’une expérience de conception. Au cours de la dernière décennie, le design et la technologie se sont transformés en un seul processus de production. Pour sevrer les utilisateurs de leurs appareils, les concepteurs UX peuvent déployer les astuces qui ont rendu leurs produits si addictifs en premier lieu.

Dans la discussion actuelle sur Apple, Facebook et Twitter qui transforment les enfants en accros du téléphone et des médias sociaux, il y a un besoin pour les concepteurs et les ingénieurs qui font l’UX (User Experience) d’aller de l’avant et de prendre la responsabilité de leurs actes de conception. Cela commence à se produire, mais n’ a pas atteint la masse critique.

Si vous déconstruisez ce que les « grandes UX » traduisent réellement, vous obtenez souvent un site numérique addictif où les consommateurs sont manipulés pour se sentir contraints de visiter encore et encore le site. C’est un espace où vous êtes capturé, examiné via vos données, et ciblé par les annonceurs qui vous vendent des trucs. Les casinos de jeu de Las Vegas sont connus depuis longtemps pour être conçus pour la dépendance. Les enfants ne sont pas autorisés aux machines à sous. Ils ont toutefois le droit de se présenter devant n’importe quel écran qui leur arrive, et ils sont entraînés dans ce que les entreprises aiment à considérer comme une « expérience de grande consommation » – comme nous le sommes tous.

D’où la nécessité d‘un nouveau design de désintoxication. Nous devons utiliser toutes les pratiques de l’UX pour nous aider à nous débarrasser de notre dépendance aux dispositifs. Voici quelques suggestions sur la façon de faire du Detox Design:

  1. Ajouter une étape. Ralentissez le traitement. L’addiction à l’appareil dépend d’une connexion rapide et d’un feedback rapide. Ralentissez le tout en jetant un peu de « saleté numérique » dans le processus. Concevoir l’UX pour qu’il soit un peu plus difficile de se connecter et de répondre.
  2. Activez les alarmes. La rétroaction est nécessaire pour montrer aux gens à quel point ils sont dépendants sur une journée. Utilisez donc des données comme le temps et l’intensité d’une interaction pour mesurer la dépendance – et montrez-les à l’utilisateur. Le spectacle doit être émotionnel et effrayant. La couleur et le son sont parfaits pour cela. Créez une ligne verte/ambre/rouge sur le côté de l’écran qui illustre l’utilisation. Mettez du son qui hurle quand un utilisateur va trop loin. Concevoir des émojis qui invitent les utilisateurs à s’arrêter, les avertir s’ils vont trop loin, et les punir quand ils ne parviennent pas à s’arrêter
    .
  3. Construisez un traqueur pour entretenir votre santé (dé-)connectée. Concevoir un tracker qui montre à la fois le temps et l’intensité lorsqu’on est en ligne. De la même fqaçon que les traqueurs de données vous aident à être en bonne santé, un traqueur de crack de données pourrait diminuer vos envies en ligne en vous montrant par exemple que vous passez 10h sur un écran quand vous ne dormez que 7h par nuit…
  4. Offrez une option « stop ». Des minuteries qui arrêtent simplement les utilisateurs après 1,2,4 ou 10 heures sur un appareil pourraient être un élément de conception formidable. Et sans doute que beaucoup d’appareils en ont déjà un enfoui profondément dans leur logiciel. Les horloges de compte à rebours qui affichent les minutes et les heures jusqu’ à la fin peuvent aussi fonctionner. Cet élément de Detox Design peut être particulièrement attrayant pour les parents.
  5. Diversifier. Il ne faut pas perdre de vue que la plupart des personnes qui mettent en garde contre l’accoutumance au numérique sont des hommes qui, en tant que jeunes ingénieurs et codeurs, étaient directement responsables de la création des caractéristiques qui mènent à l’accoutumance au numérique. Tony Fadell à Nest, Sean Parker à Facebook, Evan Williams à Twitter se lamentent tous sur les expériences numériques qu’ils ont aidées à concevoir pour nos enfants, nos relations, nos valeurs. Aujourd’hui adultes et parents de jeunes enfants, ils regrettent beaucoup. Mais en tant que « jeunes-techniciens », ils se sont tous intéressés à des types d’interaction plus rapides et plus variés, les éléments clés d’un design addictif. Le fait d’intégrer plus de femmes, de personnes de couleur et de voix supplémentaires dans les « cultures masculines » de Facebook, Twitter et Apple ajouterait d’autres dimensions au design UX qui favorisent la sociabilité plutôt que l’excitation.
    A quel point sera-t-il difficile de développer un Detox Design? Pas tant que ça. Nous vivons déjà dans un monde d’alertes, de notifications et d’avertissements incessants. Nos téléphones sonnent. Ils montrent que notre autonomie quotidienne diminue. Nous recevons des alertes météorologiques pour la neige, les tornades et les tsunamis. Nous recevons des alertes pour les enfants disparus et les missiles. Nos détecteurs d’incendie et de monoxyde de carbone nous parlent et émettent des sons effrayants et des lumières clignotantes. Nos tableaux de bord montrent combien de kilomètres nous pouvons parcourir (si c’est un véhicule électrique) ou combien il nous reste d’essence. Nos imprimantes nous alertent en cas de manque d’encre et nous commandent plus….

Nous nageons dans une culture d’avertissement, et avec l’IA et l’apprentissage machine à la hausse, cela ne fera qu’empirer – ou s’améliorer. Toutes les alertes, avertissements et bourdonnements qui sont maintenant souvent utilisés pour nourrir notre dépendance à l’appareil peuvent être utilisés pour nous sevrer de cette dépendance. Les formes et outils de conception sont déjà disponibles. On doit juste s’engager à les utiliser.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.