Le plus grand drone octocoptère du monde est fondamentalement un camion volant

Il s’agit du premier prototype de drone cargo de Boeing, un Godzilla octocoptère, le plus gros jamais fabriqué. C’est une indication que la plus grande société aérospatiale du monde croit que les drones civils autonomes sont l’avenir de la navigation commerciale.

La vision de Boeing pour les drones cargo n’a pas grand-chose à voir avec les projets actuels d’entreprises orientées vers le consommateur comme Amazon, DHL ou même Domino’s Pizza. Ces entreprises se concentrent sur la livraison « dernier kilomètre« , c’est-à-dire le transport de petits colis ou de produits d’épicerie à domicile. Par exemple, DHL expérimente les livraisons de drones depuis 2014 et Amazon a fait sa première livraison de drones Prime en mars 2017. Le prototype de Boeing n’est pas du tout conçu pour être livré à domicile, affirme la société. Au lieu de cela, il semble que ce soit pour l’étape avant la livraison: l’expédition.

À 330 kg, le prototype de Boeing est un monstre. D’une longueur de 4,5 m et d’une largeur de 5,4 m, il est équipé de batteries personnalisées qui alimentent huit moteurs à contre-rotation avec des pales de 1m80 qui lui permettent de voler à quelques centaines de mètres d’altitude à une vitesse maximale théorique de 115 km/heure. Cette bête volante est capable de transporter jusqu’ à 250 kg de cargaison. Pour vous donner un repère de données familier, le plus gros drone grand public disponible aujourd’hui – le DJI Agras MG-1 – ne peut transporter que 22 livres, soit 10 kg

Le prototype de Boeing vole tout seul grâce à la technologie d’Aurora Flight Sciences, la compagnie de développement de vol autonome que Boeing a achetée en octobre dernier. En fait, c’est une petite équipe de 50 personnes d’Aurora et de Boeing qui a construit le prototype en trois mois, un record. Aurora avait une longueur d’avance, puisqu’elle construisait déjà un prototype de drone entièrement autonome pour l’US Air Force et Darpa appelé Lightningstrike. Mais ce concept était complètement différent de celui de l’octocoptère de Boeing, utilisant une architecture similaire à celle du Bell Boeing V-22 Osprey, un avion qui peut décoller et atterrir verticalement comme un hélicoptère mais naviguer comme un avion.

 

Jusqu’ à présent, Boeing mettait tous ses jetons de drone dans la machine à jackpot militaire. La plupart de ces drones étaient des avions réduits ou des hélicoptères complets équipés de télécommandes. Aujourd’hui, la compagnie de 94 milliards de dollars de Chicago semble reconnaître que l’avenir du transport représente une occasion plus grande que ce qu’elle avait anticipé, une occasion qui dépassera l’utilisation militaire au fil du temps. C’est pourquoi il a conçu ce véhicule, qui utilise l’architecture habituelle à rotors multiples des petits drones de consommation et des prototypes de livraison d’Amazon, plutôt que la conception typique des avions des drones militaires. Dans un communiqué de presse, Greg Hyslop, Chief Technology Officer de Boeing, a déclaré que le prototype est une étape importante pour Boeing « pour vraiment changer le transport aérien et les transports. »

Pour le transport, Boeing s’imagine que ces drones à grande échelle pourraient servir de « camions » volants, transportant rapidement et à peu de frais de gros chargements des entrepôts de distribution vers, par exemple, les magasins d’une ville. Ils peuvent également servir à déplacer des équipements vers des installations industrielles éloignées, comme les plateformes pétrolières, sans pilotes. En ce qui concerne le transport de passagers, nous avons déjà vu ce que des entreprises comme Uber et Bell Helicopter ou Airbus veulent faire avec leurs véhicules aériens autonomes électriques. Qu’il développe ou non son prototype dans ce sens, l’octocoptère de Boeing est une plateforme d’essai qui vise à jeter les bases de nouveaux modes de transport en commun.
Ce n’est peut-être pas comme les essaims du dernier kilomètre que Bezos imaginait ou un scénario de type Retour vers le futur, mais il n’est plus fou d’imaginer un ciel rempli de ces machines qui emmènent les gens des centres-villes aux aéroports ou les marchandises des entrepôts aux zones commerciales.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.