La prohibition est finie, encore une fois! C’est ainsi que les Californiens saluent la récente légalisation de la marijuana par l’État – et cela a fait couler beaucoup de cocktails créatifs.

La réponse à la décision du 1er janvier fait écho à la réaction de San Francisco, le 5 décembre 1933, à la nouvelle selon laquelle le Congrès avait abrogé le 21e amendement, levant ainsi une interdiction nationale de 13 ans sur l’alcool. Avec l’alcool légal coulant de nouveau, quatorze camions transportant vin et gin roulaient dans la ville, livrant fièrement leur cargaison au maire à l’hôtel de ville.

Les barmen modernes célèbrent la fête en mélangeant des cocktails de cannabis dans les soirées et sur les menus des restaurants californiens. Le groupe de restaurateurs du nord de la Californie Tacolicious organise un festin “Crab and Cannabis” le 31 janvier, offrant un éventail de crabes Dungeness infusés aux herbes locales, une chaudrée de palourdes à la mexicaine avec des poblanos grillés, une salade de chicorée d’hiver, un pot de crème à l’horchata et des boissons de tequila infusées au cannabis.

Ne vous attendez pas à des dîners de défonce. Le cannabidiol dérivé du chanvre (CBD), la substance sans goût et non psychoactive du cannabis, confère un « body high » plutôt que la version planante du THC. Pour la fête « Tacolicious », la CDB sera mélangée en petites quantités dans des cocktails vierges et alcoolisés, dit le directeur des événements et du marketing, Kory Cogdill. Personne ne va rester étendu sur le sol à regarder fixement le ciel « , dit Cogdill.


Boissons de cannabis à Los Angeles’Gracias Madre

Le Café Flore, dans le quartier Castro de San Francisco, a préparé un menu de 15 nouvelles boissons infusées à la CDB, tout comme d’autres établissements à Oakland, Portland et Los Angeles. Les barmen mélangent des cocktails avec du soda de cannabis au citron et au gingembre, des infusions de vodka et du sirop simple Sour Diesel.

Les boissons sont légales pour la première fois depuis la Marijuana Tax Act de 1937, qui interdisait la vente et l’utilisation du cannabis dans tout le pays. Bien qu’elle soit légalisée à des fins récréatives ou médicinales dans tous les États américains sauf quatre, la marijuana demeure une drogue de l’annexe I fédérale, »sans usage médical actuellement accepté et avec un fort potentiel d’abus ». Elle est classée dans cette catégorie aux côtés des drogues comme l’héroïne en vertu de la Loi réglementant certaines substances depuis les années 1970.

En Californie, plus de 400 firmes de cannabis ont ouvert leurs portes et ont obtenu une licence du Bureau of Cannabis Control le 1er janvier dernier (plus de 1 000 demandes sont toujours en instance). L’État s’attend à ce que les grandes entreprises tirent de l’herbe légale: 1 milliard de dollars en recettes fiscales annuelles, et 250 millions de dollars d’économies grâce à moins de procès pour des infractions liées à la marijuana, rapporte GreenState. Au niveau national, ces chiffres seront beaucoup plus élevés. C’est un autre rappel de ce qui a été déverrouillé lorsque la première interdiction a pris fin, soit 11 milliards de dollars en recettes fiscales et 300 millions de dollars en coûts d’exécution.

Publicités

1 commentaire »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.