Cette excentrique règle de grammaire anglaise vous fait passer pour plus intelligent que vous ne l’êtes

Selon certains, seuls les gens intelligents utilisent cette ancienne et souvent négligée règle de grammaire anglaise.

L’une des découvertes les plus surprenantes du siècle dernier a été la réapparition de la Coelacanth, un poisson à nageoires lobées dont on pensait qu’il avait disparu il y a des millions d’années. Les scientifiques étaient stupéfaits que ce « fossile vivant » antique avait survécu dans les temps modernes.

Eh bien, la langue anglaise a aussi un « fossile vivant« , un vestige d’une ancienne façon de parler qui a survécu – à peine – aux temps modernes. Et comme le Coelacanth, il pourrait disparaître au cours des prochaines décennies.

Avant d’expliquer la règle, voici une petite question. Les points suivants sont-ils grammaticalement corrects?

  • « I were rich. » (« J’étais riche. »)
  • « She leave now. »(« Elle part maintenant. »)
  • « He be guilty. »(« Il serait coupable. »)

Bien qu’elles sonnent un peu bizarres et même grottesques en étant isolées d’un contexte, lorsqu’elles sont placées dans leur contexte, elles sont grammaticalement justes. Comme ça:

  • « If I were rich, I would buy a Ferrari. » (« Si j’étais riche, j’achèterais une Ferrari. »)
  • « I insist that she leave now. » (« J’insiste pour qu’elle parte maintenant. »)
  • « Should he be guilty, he deserves punishment. » (« S’il est coupable, il mérite une punition. »)

Ce que vous voyez ici est le dernier vestige de ce qui était autrefois une grande partie de la langue anglaise: l’humeur subjonctive. C’était (et c’est toujours) un moyen rapide et pratique de communiquer rapidement aux auditeurs que vous parlez de quelque chose de réel (encore).

En anglais, la réalité – ce qui existait, existe ou existera réellement – est communiquée à l’aide de quelque chose appelé « Indicative Mood » (l’humeur indicative »). Ce sont les formes de verbes que tout le monde utilise tous les jours. Comme ça:

  • « I am rich, so I’m buying a Ferrari. » (« Je suis riche, alors j’achète une Ferrari. »)
  • « She is leaving now. (« Elle s’en va maintenant.)
  • « He is guilty and will be punished. (« Il est coupable et sera puni.)

En revanche, vous utilisez l’humeur subjonctive lorsque vous discutez de quelque chose qui n’existait pas, qui n’existe pas ou qui pourrait ne pas exister à l’avenir. En d’autres termes, si c’est réel, utilisez l’Indicatif; si ce n’est pas le cas, utilisez le subjonctif.

Dans les langues plus formelles, l’humeur subjonctive pour un verbe typique peut prendre plusieurs dizaines de formes (passées, présentes, futures, etc., première personne, deuxième personne, troisième personne, singulières, plurielles, etc.), dont la plupart sont différentes des mêmes formes dans l’Indicatif.

C’est beaucoup à apprendre, comme le savent tous ceux qui ont pris quelques années de latin.

L’anglais ancien avait une partie de cette complexité, mais il ne reste plus aujourd’hui que quelques idiomes bizarres. Et même elles commencent à disparaître.

Par exemple, il est maintenant beaucoup plus courant (dans les deux sens du terme) pour quelqu’un de dire « If I was rich… » – « Si j’étais riche… » – (Indicatif et incorrect) que  « If I were rich… » – « Si j’étais riche… » (Subjonctif et correct). De même, la plupart des gens diraient probablement  « I insist that she leaves now » – « J’insiste pour qu’elle parte maintenant » (Indicatif et incorrect) plutôt que « I insist she leave now. » – « J’insiste pour qu’elle parte maintenant ». (Subjonctif et correct). Même chose avec « If he is guilty,… » – « S’il est coupable,… » (Indicatif et incorrect) en remplaçant  « Should he be guilty,… »  – « S’il est coupable,… » (Subjectif et correct).

Même si de telles règles grammaticales peuvent sembler un peu ridicules, ce sont des repères culturels (pour ceux qui les remarquent) qui indiquent si un orateur est éduqué. C’est un peu comme une poignée de main secrète. Utilisez la forme Subjonctive correctement c’est être de ceux qui sont « dans le club »  et qui savent que vous êtes membre.

A la différence du français et des concordances des subjonctif, avec le plus-que-parfait par exemple, qui servent des mots du type :

– Il fallait qu’ils fussent partis avant midi.
– Je doutais qu’ils eussent écrit ces lettres.

Emprunter ce type de langage est limite pédant et marque une distinction dans la conversation (à moins d’être dans une joute oratoire entre avertis).

De peur que cela ne semble bloqué ou arbitraire, presque tout le monde fait la même chose en cherchant encore plus loin dans la chaîne grammaticale. La plupart des gens, par exemple, déclasseront l’intelligence des orateurs s’ils utilisent des formes simplifiées de l’humeur indicative. Par exemple,  « you was happy » – « vous étiez heureux  » plutôt que  « you were happy » » vous étiez heureux  » sonne comme un jargon d’anaphabète ou peu cultivé.

L’humeur subjonctive est juste un cas plus extrême de ce genre de snobisme culturel. Quelle que soit sa raison d’être, cependant, utilisez simplement le subjonctif correctement, vous aurez l’air plus intelligent aux gens qui prêtent attention à de telles choses, et vous éviterez le rire en disant, pour le coup en français, « si j’aurais su, j’aurais pas venu« .

 

Publicités

1 commentaire sur “Cette excentrique règle de grammaire anglaise vous fait passer pour plus intelligent que vous ne l’êtes”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.