La recherche de sens dans nos vies est l’une des grandes forces motrices de l’histoire humaine. Viktor Frankl a basé sa psychologie sur cette recherche. L’existentialisme repose principalement sur le besoin de sens. Comme le sait toute personne qui a vécu une crise existentielle, le fait de ne pas avoir de sens dans sa vie peut causer l’anxiété, la peur, la colère et la haine.

Entre l’aliénation, l’isolement et l’absurdité à laquelle nous sommes confrontés tous les jours, la plupart d’entre nous avons besoin d’un peu de moi quand il s’agit d’avoir du sens dans notre vie de temps en temps.

Heureusement, une nouvelle étude montre une façon intéressante de trouver un sens à votre vie: avoir des relations sexuelles.

Une étude récente de Todd B. Kashdan et d’autres chercheurs de l’Université George Mason a demandé aux participants de répondre à une série de questions tous les jours concernant leur satisfaction de vivre et la fréquence, l’intimité et le plaisir de leurs activités sexuelles. La satisfaction à l’égard de la vie a été mesurée en fonction de plusieurs paramètres, y compris l’humeur et à quel point ils jugeaient cette journée significative.

La question utilisée pour déterminer cela était: « A quel point avez-vous senti que votre vie était importante aujourd’hui? » Une formulation qui est apparue sur d’autres tests de bien-être et qui est considérée comme une mesure sur l’estime que les gens éprouvent au sujet leur vie : significative ou non adéquate.

On a demandé aux sujets, 152 adultes, qui étaient surtout des femmes, de remplir des rapports démographiques qui indiquaient s’ils étaient ou non en relation et on leur a demandé de fournir des renseignements sur la durée et la proximité de ces relations. On leur a ensuite demandé de remplir un formulaire en ligne tous les soirs pour décrire leur humeur, le sens qu’ils accordaient à leur vie et s’ils avaient des rapports sexuels. On leur a demandé d’évaluer cette activité en termes de plaisir et d’intimité sur une échelle normalisée.

Qu’ont-ils découvert?

L’analyse des rapports a montré que le fait d’avoir des rapports sexuels entraîne une augmentation du bien-être à tous les points de vue pour le lendemain, et ceux qui ont déclaré avoir des niveaux élevés d’intimité avec leur partenaire constatent que l’amélioration dure plus de 24 heures. Bien qu’on ait constaté que la fréquence des rapports sexuels avait une incidence sur le bien-être le lendemain, il n’ a pas été constaté que le bien-être avait une incidence sur la fréquence des rapports sexuels…

Ni le plaisir, ni l’intimité, ni la façon dont leur humeur s’était améliorée n’ont affecté le sentiment accru de trouver un sens à la vie. Cette facette du bien-être s’est améliorée de façon constante pour tous les sujets testés après le sexe et n’a été affectée que par la qualité de leur relation, le cas échéant.

Curieusement, les résultats suggèrent que le fait d’être dans une relation engagée, de quelque durée que ce soit, a peu ou pas d’effet sur le bien-être déclaré. Cependant, les personnes qui entretenaient les relations les plus étroites présentaient des niveaux d’amélioration du bien-être plus élevés que tous les autres. À la lumière de ce qui précède, les auteurs suggèrent qu’une composante dominante du sentiment que votre vie a un sens peut être d’avoir des liens sociaux significatifs. Une suggestion avec laquelle Aristote serait d’accord.

Comme le soulignent les auteurs, l’étude soulève des questions intéressantes concernant la relation entre le bonheur hédoniste et le bonheur eudémonique.

« Le bonheur serait l’état d’esprit résultant de la synthèse de l’évaluation par l’individu de son état hédonique (de « Êdoné », « plaisir » ou « jouissance ») et de son état eudémonique (de « Eudaimonia », littéralement « bon esprit » ou « épanouissement »).

La composante hédonique examine les affects positifs et négatifs de l’individu : l’existence du sujet est-elle caractérisée par une prépondérance de moments plaisants ou d’expériences désagréables ? Le sujet incorpore dans sa réponse les affects, les sensations et les humeurs. L’interrogation hédonique est majoritairement physiologique.

La composante eudémonique interroge le sujet sur le contentement quant à sa vie, ses buts, attentes et réussites. L’individu examine son existence pour déterminer si elle correspond à ses souhaits. L’interrogation eudémonique est donc principalement cognitive.

Une personne interrogée sur son bonheur répondrait en pondérant approximativement de deux tiers la composante hédonique et d’un tiers la composante eudémonique. Cette pondération peut-être plus ou moins révélée à l’individu et varie d’une personne à l’autre, ainsi que d’une culture à l’autre. »

FabriqueSpinoza

Si les deux types de bonheur ne sont pas du tout liés, les résultats qui montrent que le sexe, souvent associé au bonheur hédoniste, aide les gens à trouver plus de sens dans leur vie doit être expliqué plus précisément. Les différents types de bonheur sont souvent considérés comme au moins quelque peu différents les uns des autres.

En revanche, le lien entre la recherche de sens dans la vie et le sexe explique peut-être la philosophie et le mode de vie d’Albert Camus.

Les auteurs de l’étude constatent avec surprise que la littérature sur la relation entre le sexe et le bien-être est plutôt peu impressionnante compte tenu de l’historique de l’enquête psychologique sur la question. Ils soulignent également que dans la plupart des modèles de bien-être, la sexualité est, étrangement, complètement oubliée. Cependant, après avoir passé en revue la documentation existante, ils estiment que leurs conclusions sont conformes aux études antérieures qui ont été faites sur le sujet.

Bien que la poursuite souvent hédoniste du sexe puisse ne pas se substituer complètement à un mode de vie qui poursuit l’eudémonie, cette étude suggère qu’il existe un certain chevauchement entre les deux formes de bonheur, en particulier lorsqu’il s’agit de sentir que votre vie a un sens. Bien que les avantages soient éphémères et au moins quelque peu sujets à d’autres facteurs, il semble qu’il y ait un moyen de se libérer momentanément du problème de trouver un sens à sa vie.

Laisser un commentaire